06/04/2011 00:07:31
Nécrologie: Ange-Félix Patassé est mort au Cameroun
L’information, qui a d’abord circulé sous forme de rumeur a été confirmée par une source administrative autorisée.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Selon des sources crédibles, l’ancien chef d’Etat de la République centrafricaine, Ange-Félix Patassé est décédé hier mardi, 5 avril des suites de maladie à l’hôpital Général de Douala. De sources concordantes, c’est dimanche 3 mars qu’il a été interné dans cette formation hospitalière. Cette information qui a circulé hier sous forme de rumeur a été finalement confirmée par une source administrative autorisée de la capitale économique du Cameroun. Jointe en soirée par Le Messager, cette source introduite a d’abord sollicité du temps pour s’informer avant de confirmer peu après la triste nouvelle. Cette confirmation est ainsi venue mettre un terme aux difficultés pour les Journalistes locaux à recouper cette info.

Des responsables de l’établissement hospitalier s’étaient montrés très prudents, ne voulant pas se prononcer sur la question. De même, la présidence de la République centrafricaine à Bangui jointe au téléphone par Le Messager n’était pas affirmative. “ Les dernières informations que nous avons reçues avant votre appel indiquait qu’il était dans le coma ”, a répondu un conseiller du président François Bozizé. Dans son journal parlé de 20 heures, la Crtv-radio a annoncé la mort d’Ange-Félix Patassé ainsi que confirmée par notre source.

A l’hôpital général où le reporter de Le Messager s’est rendu hier à 20 heures, l’ambiance était morose. Dans l’enceinte de l’hôpital, limousines banalisées et du corps administratif, des bidasses et des agents de la Dgre en tenue de ville sont visibles.

Un silence de cimetière règne. L’heure est aux modalités d’identification du corps.  Même le match Inter-Shalke 04 est visionné sans son. Le préfet du Wouri, Bernard Bernard Okala Bilaï, le sous-préfet de Douala 3è, les commissaires de police et Madame Patrice Monthé sont là pour assister la famille. Au fond du hall, sur une chaise, est assise madame Ange-Félix Patassé, assistée par sœur Aimée. A 20 heures 40, la famille convoie les effets personnels de l’illustre défunt dans un mini car de la gendarmerie nationale. Et à 21 heures, madame Patassé et sa fille Valentine prennent place dans la limousine affrétée expressément par Yaoundé, direction, un hôtel de la place. Son fils médecin et le maître d’hôtel resteront encore un moment avec la dépouille à la morgue, jusqu’au moment où le reporter du Messager quittait les lieux.

Né dans la ville de Poua le 25 janvier 1937, de Paul Ngakoutou de l’ethnie Gbaya du sous-groupe Suma et de Véronique Goumba de l’ethnie Kaba, Ange-Félix Patassé est diplômé de l’académie supérieure de l’agriculture tropicale de Nogent-sur-Marne en France. Sa carrière politico-administrative commence en 1965 lorsqu’il est nommé dans le cabinet du ministre de l’Agriculture et du développement. Sous la présidence de Jean-Bédel Bokassa, il a été tour à tour, ministre du Développement rural (mai 1972-avril 1973, du Tourisme, de l’eau, des bois, de la chasse et de la pêche (juin 1974-octobre 1975 avant d’être nommé Premier ministre le 8 décembre 1976, poste qu’il occupera jusqu’en juillet 1978.

Il connaîtra la consécration politique avec son élection comme président de la République le 22 octobre 1993. Réélu en 1999 il est quatre ans plus tard débarqué à la suite d’un putsch par l’actuel locataire du palais présidentiel centrafricain, François Bozizé le 15 mars 2003. Il sera par la suite condamné par contumace le 30 août 2006 par la Cour criminelle de Bangui à 20 ans de travaux forcés qui le juge coupable de détournement de 70 milliards Fcfa. Sa mort intervient quelques semaines seulement après qu’il a pris part à la dernière élection présidentielle qu’il a perdue face à son tombeur...

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE