07/04/2011 00:56:57
Opinion: "A méditer..".
Au moment ou se joue l’épilogue de cette embrouille « politico –juridico -militaire » et en réaction à la position des uns et des autres, je m’invite dans ce débat que j’ai, jusqu’à présent, suivi sans mot dire pour partager mon point de vue ainsi qu’il suit...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Au moment ou se joue l’épilogue de cette embrouille « politico –juridico -militaire » et en réaction à la position des uns et des autres, je m’invite dans ce débat que j’ai, jusqu’à présent, suivi sans mot dire pour partager mon point de vue ainsi qu’il suit:

Martin Luther King a combattu pour les droits civiques des noirs d’Amérique au moment ou TOUS les indicateurs étaient contre lui, les forces, les armes, le nombre, tout était pour les blancs ; même les hommes d’église auprès de qui il aurait pu avoir un soutien au nom des simples valeurs humaines le jugeaient mal, certains disaient qu’il menait son peuple à l’abattoir. Pour certains c’était un entêté, il suffisait seulement qu’il renonce pour avoir pour son propre compte un statut particulier. Il est mort pour son combat, il n’en a pas tiré profit, mais il avait un rêve.

Il faut lire, à travers « l’entêtement » de Laurent GBAGBO la réaction d’un homme libre, sur de son fait. Un homme libre l’est d’abord dans sa tête, il ne l’est pas à cause de sa puissance militaire, il ne l’est pas parce qu’il est en face d’un plus faible ou d’un plus fort que lui ; il l’est par la force de ces arguments et celle de son raisonnement ; qu’on lui prouve seulement qu’il a perdu les élections et ce sera fini.

Aujourd’hui, la « communauté internationale » n’a pas de règles, ou si elle en a, elles sont inégalement appliquées. Un individu doté d’un peu de bon sens peut légitimement se poser les questions ci-après :

- Pourquoi refuser le recomptage des voix aux ivoiriens (recomptage dont l'ONU qualifie d'INJUSTE) alors qu’au même moment on le pratique à Haïti (A titre d'information, le 3e selon l'ONU est celui qui a finalement remporte l'election presidentielle en Haiti, apres recomptage des voix)?

- N’a-t-on pas vu les élections organisées en Afghanistan sous l’égide de l’ONU être truffées d’irrégularité (le challenger de KHARZAI avait finalement jeté l'éponge face à la mascarade et à ce jour les Etats-Unis sont toujours plongés dans ce bourbier)?

- Pourquoi les fonctionnaires de l’ONU en côte d’Ivoire seraient ils soudain devenus des hommes au dessus de tout soupçon (CHOI l'a dit, donc c'est vrai)?

- La grande France, la puissante France en est aujourd’hui à demander à Laurent GBAGBO, qui n’a plus d’armée, plus de force, plus d’alliés à reconnaître par écrit la victoire de OUATTARA, n’est ce pas ridicule ?

- Ils ont gagné la guerre cela n’est-il pas suffisant pour installer leur champion à la tête du pays?

- Il y’a quelque chose qui ne tourne pas rond dans cette affaire. Même militairement vaincu, écrabouillé, laminé, GBAGBO reste dangereux pour eux. POURQUOI ?

Le sage dira c’est la force de ses idées, de ses arguments, de son raisonnement ; ces idées risquent de lui survivre et faire des émules et elles survivront. Un chanteur populaire ne disait t-il pas « même si quelqu’un me terrasse parce qu’il est plus fort, peut-il changer mon opinion » ?

Chers amis, ce qui peut ressembler aujourd’hui à un voeux pieux, à un manque de réalisme politique est tout simplement la semence d’une graine d’espérance pour les nations faibles. Les puissants de ce monde vont savoir à partir de cet exemple que la force à elle seule ne suffit pas à faire plier un homme, un peuple, une nation.

Tous les peuples aspirent à la même chose : « le bien être » ; celui-ci commence par la liberté de ce peuple à se choisir ses dirigeants ; à régler ces différents selon le mode retenu par ce peuple lui-même, c'est-à-dire à pratiquer la justice ou l’état de droit.

Tout comme Martin Luther KING, GBAGBO  ne savourera certainement pas les délices de son combat, mais il sera précieux aux yeux des générations qui en récolteront les subsides. En ces temps là, on aura vite fait d’oublier les SARKOZI et consort, mais le nom de GBAGBO sera immortalisé.

Pierre Billong

Pierre Billong

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE