07/04/2011 19:25:11
Sidiki Bakaba: de la résidence de L. Gbagbo, «je suis dégoûté de la nuit dernière!»
De la résidence de Laurent Gbagbo à Abidjan, Sidiki Bakaba accuse les Français d'avoir attaqué toute la nuit. Et l'affirme encore: il n'est pas question de négocier.
slateafrique
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Après une nuit de frappes sur la résidence de Laurent Gbagbo dans le quartier de Cocody à Abidjan, imputées par le camp du Président sortant à l'armée française, Sidiki Bakaba, un acteur et réalisateur proche de Laurent Gbagbo, qui se trouve parmi son entourage, témoigne pour SlateAfrique.

SlateAfrique - Que se passe-t-il à Cocody?

Sidiki Bakaba - Il faut faire attention, les militaires de Sarkozy vont créer un sentiment antifrançais en Côte d'Ivoire! Ça a tapé toute la nuit, de 22 heures à 6 heures. Je suis dégoûté de la nuit dernière! Ce n'est pas la meilleure façon de le faire partir et il va se poser un problème de principe. Le bâtiment a été durement frappé, je ne sais pas par quel miracle les bombes ne sont pas tombées sur nous... Des voitures bousillées ont été collées à l'entrée de la résidence même, à l'entrée du salon du président. Un tank a été frappé. Tout est concentré sur la résidence. Une femme a reçu des éclats d'obus. Je ne sais pas quel est le jeu de Paris. Les hélicoptères tournent toute la nuit. Il y a eu trois morts dans nos rangs hier. Le jour, à chaque fois on fonce, et ce sont les combattants de Ouattara qui reculent. Moi, je filme.

SlateAfrique - Que veut Laurent Gbagbo aujourd'hui?

S.B. - Qu'on nous laisse! Qu'on nous fiche la paix! Alassane (Ouattara) ne peut pas rester une semaine au pouvoir en Côte d'Ivoire! Il y a trop de faussaires de son côté. Il faudra déployer l'armée française pour faire gouverner un homme dont on ne veut pas. Je ne comprends pas comment on peut obliger quelqu'un à partir, alors que les jeunes ne veulent pas qu'il parte.

SlateAfrique - Pourquoi dit-on qu'il négocie sa reddition s'il ne le fait pas?

S.B. - Cela rentre dans une logique de démoralisation de ceux qui le soutiennent, alors qu'ils sont galvanisés. Tant que ce n'est pas prouvé que ce n'est pas lui qui a gagné les élections, comment voulez-vous qu'on règle le conflit? Deux personnes autour de Laurent Gbagbo ont parlé de négociations, sans que le président le sache. Désormais, l'un d'entre eux est regardé comme un pestiféré ici. C'est faux! Il ne négocie pas sa reddition.

*Titre de Cameroonvoice

Pierre Cherruau et Anne Khady Sé

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE