11/04/2011 13:29:21
Tentative d'assassinat de Gbagbo: L'UPC dénonce
L'UPC invite le peuple français à contraindre son gouvernement à cesser sans délai, son agression actuelle qui est anachronique contre le peuple de Côte d’Ivoire.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Ainsi donc « les masques sont tombés », comme le disait déjà en 2004, le Professeur Mamadou KOULIBALY, Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire.

En effet, depuis Jeudi 31 Mars 2011, le Gouvernement français de Monsieur SARKOZY est monté au créneau en Côte d’Ivoire. Son armée bombarde tout ce qui peut servir aux Forces de Défense et de Sécurité de Côte d’Ivoire, d’éléments de défense et de riposte à l’agression des forces de Monsieur OUATTARA.

Déjà, en Septembre 2002, le coup d’Etat de Monsieur OUATTARA, préparé depuis le Burkina Faso voisin de Monsieur Blaise COMPAORE, avait foiré. Le Gouvernement français, après avoir refusé d’appliquer les Accords de Défense qui le liaient à la Côte d’Ivoire, à savoir, aider celle-ci à faire face à toute attaque extérieure, s’était ensuite, précipitamment porté au secours des putschistes en obligeant l’armée régulière de Côte d’Ivoire d’arrêter son offensive d’écrasement des rebelles. L’effet de surprise passé, les Forces de Défense et de Sécurité de Côte d’Ivoire, avaient réagi et mis en déroute les putschistes. L’intervention du Gouvernement français avait eu pour résultat de les sauver. Non content de cela, le Gouvernement français en avait fait un Gouvernement parallèle à celui de Laurent GBAGBO et l’avait installé à Bouaké.

Lors des Accords de Marcoussis en Décembre 2002, le Gouvernement français a tenté de dépouiller Laurent GBAGBO de tous ses atouts constitutionnels de Président de la République alors que ce dernier, tout seul, avait réussi à faire échouer le coup d’Etat ! Tout s’est passé comme si c’était lui le putschiste !

En 2004, les FANCI (Forces Armées Nationales de Côte d’Ivoire) étaient sur le point de prendre Bouaké, lorsque le Gouvernement français a prétendu que celles-ci venaient de tuer neuf de ses soldats dont personne, ni en Côte d’Ivoire ni en France, n’a jamais vu les corps, pour, non seulement anéantir toutes les forces aériennes ivoiriennes, mais aussi pour tenter dans la foulée de réussir une « bavure » en assassinant le Président Laurent GBAGBO.

Par la suite, le Gouvernement français, par OUATTARA et les rebelles interposés, s’est ingénié à torpiller tous les Accords de gestion de cette crise qu’il avait sciemment provoquée et qu’il entretenait et ce jusqu’à ce dernier traquenard qui a consisté à obliger Laurent GBAGBO à accepter l’organisation d’une élection présidentielle dans un pays où les rebelles n’avaient pas désarmé !

Même dans ces conditions en fait imposées par le Gouvernement français, Laurent GBAGBO a été élu Président de la République le 28 Novembre 2010. Mais, ce n’est pas le résultat que le Gouvernement français attendait ! Alors, il a décidé de le refuser et d’imposer le sien !

Les résolutions de l’ONU ? Le Gouvernement français s’en moque. Il y puise ce qui l’arrange pour son plan : Bouter Laurent GBAGBO hors du Palais Présidentiel pour y installer son copain OUATTARA.

Une Résolution de l’ONU stipule que celle-ci a décrété un embargo des armes sur la Côte d’Ivoire. Le Gouvernement français n’en a cure. C’est par containers entiers qu’il fait entrer des armes de tous calibres en Côte d’Ivoire ! Le Gouvernement ivoirien saisit et confisque des containers d’armes dans le port d’Abidjan ? Qu’à cela ne tienne ! SARKOZY fait transiter 17 containers d’armes par le Kamerun. D’autres armes arrivent par le Burkina Faso ou par avion à Bouaké !

Mais à GBAGBO, on applique rigoureusement l’embargo !

C’est pourquoi, aujourd’hui, le citoyen OUATTARA est mieux armé que le Gouvernement de Côte d’Ivoire. Il a des « Forces Républicaines », habillées et armées comme une vraie armée !!!

Enfin, la France a commis en Côte d’Ivoire, le crime le plus abominable qui soit. Elle a décidé et a appliqué un embargo des MEDICAMENTS en direction de la Côte d’Ivoire. Même sur les champs de bataille, on ne refuse pas de soigner un ennemi blessé. Mais dans la France de SARKOZY, on le fait sans état d’âme !

Face à ce tableau :

L’Union des Populations du Cameroun (UPC) :

1 INVITE le peuple français à contraindre son gouvernement à cesser sans délai, son agression actuelle qui est anachronique contre le peuple de Côte d’Ivoire.

2 DEMANDE au Président KONAN BEDIE du PDCI, lui qui a été l’héritier direct de feu le Président HOUPHOUET BOIGNY, d’expliquer aux peuples africains si c’est cela que le Père de l’Indépendance de la Côte d’Ivoire aurait souhaité pour son peuple ?

3 EXIGE le départ immédiat et sans conditions, de la côte d’Ivoire, de toutes le armées du Gouvernement français et de l’ONU.

4 INVITE le Président élu par la Communauté Internationale et rejeté par l’écrasante majorité du peuple de Côte d’Ivoire à se retirer pour laisser à celui-ci le soin de gérer lui-même ses problèmes.

5 DEMANDE aux Chefs d’Etat africains de s’organiser pour chasser de la Côte d’Ivoire, les troupes d’occupation du Gouvernement français qui ont entrepris la reconquête coloniale de l’Afrique en commençant par la Côte d’Ivoire.

6 INVITE les autres Chefs d’Etat soucieux de la paix dans le monde, à apporter un concours actif pour que cesse immédiatement, l’entreprise de reconquête coloniale de l’Afrique par la France.

7 APPELLE la jeunesse africaine à travers tout le continent, à manifester sa désapprobation et son mécontentement de la politique de reconquête coloniale en Afrique et d’exprimer son soutien au peuple frère de Côte d’Ivoire.

8 DEMANDE aux peuples africains de condamner l’agression barbare et sanglante de la France contre le peuple ivoirien.

9 SOUHAITE que le peuple ivoirien gère lui-même ses propres problèmes.

L’Union des Populations du Cameroun (UPC) :

1 S’INCLINE respectueusement devant la mémoire des victimes de l’armée française en Côte d’Ivoire et en particulier à Abidjan.

2 PRESENTE ses condoléances attristées aux familles et aux amis de ces victimes.

3 RENOUVELLE son ferme soutien au peuple frère de Côte d’Ivoire, dans sa lutte pour sa souveraineté et pour rester maître de son destin.

Fait à Douala, le 10 Avril 2010

http//www.upc-kamerun.com

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE