12/04/2011 01:18:50
Enlèvement de Gbagbo: Réaction des Camerounais
« Les Africains ont compris le message de ce qui est à venir »
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Eugène Messina, chef de chaîne Radio Siantou

« Les Africains ont compris le message de ce qui est à venir »

Je pense que l’arrestation de Laurent Gbagbo, le président de la Côte d’Ivoire, permet à l’Afrique de mieux se regarder dans le miroir pour se rendre compte qu’elle a encore beaucoup de chemin à faire. Sinon qu’elle a tout à faire dans le sens de sa libération, de son autodétermination. Ce qui se passe en Côte d’Ivoire est absolument scandaleux, inhumain. C’est à la limite inacceptable parce que voilà une France, avec ses supposés compagnons dans cette entreprise maléfique, qui vient enlever un président pour en installer un autre qui, dit-on, a été reconnu par la communauté internationale.

Dans ce cas, il va falloir revoir les démarches, les schémas, les procédés démocratiques. Puisqu’en ce moment-là, ne sera plus président dans un pays que celui qui aura été reconnu, désigné même, par la communauté internationale. C’est un message, au-delà de toute chose que les Africains doivent comprendre. Et je crois que la chute de Laurent Gbagbo, loin d’être la fin d’un film, est la semence de ce qui sera dans les années à venir. Les Africains ont compris le message de ce qui est à venir. Et ceux qui ont compris réagiront à propos.
 
Ateba Joseph, Informaticien

« Il faut panser les plaies »

C’est regrettable ce qui est arrivé en Côte d’Ivoire. On aurait pu l’éviter. Monsieur Gbagbo aurait pu éviter cela. S’il a fallu subir cela en termes de pertes humaines, s’il a fallu perdre toutes ces populations, toutes ces vies pour qu’enfin on arrête M. Gbagbo, est-ce que cela valait le coup. C’est donc très regrettable. Monsieur Gbagbo aurait dû tout faire pour éviter cela en acceptant dès le départ les résultats des urnes. J’espère que les Ivoiriens prendront conscience de ce qu’ils viennent de vivre et qu’ils vont se tourner résolument vers la voie de la réconciliation. Il faut panser les plaies et reconstruire ce peuple. C’est un pays qui ne mérite pas cela.
 

Parfait Siki, directeur des rédactions Repères

« La justice lui ouvre bien grand les bras »

Ce n’est pas trop tôt ! Je crois que le fait que la traque de Gbagbo ait duré a causé la mort de centaines de personnes. Si Gbagbo s’était rendu plus tôt, ces personnes seraient encore en vie. Je pense qu’il a fait endurer à son peuple des douleurs supplémentaires, après plus de quatre longs mois de négociations, d’aller et retour, de danse « bafia » dont il est devenu spécialiste, de duperies des interlocuteurs qu’il a pu rencontrer. Je crois qu’il en a trop fait. L’humiliation qu’il subit aujourd’hui est à la hauteur de ce qu’il a fait subir à son peuple.

Et maintenant, la justice lui ouvre bien grand les bras. Et il ne faut pas que les gens aient la mémoire courte quand on parle de ce qui va prévaloir désormais. En Côte d’Ivoire, il y a eu confiscation du pouvoir par un individu avec une clique d’hommes armés. C’est différent de ce qui s’est passé au Rwanda ou au Libéria où il y avait des factions armées. Aujourd’hui, le Rwanda est un exemple de bonne gouvernance. Moi je crois que la réconciliation déjà prônée par Alassane Dramane Ouattara doit être réelle et effective. Une commission doit être créée pour que tout crime qui a été commis soit sévèrement puni, qu’il ait été commis par des pro-Ouattara ou des pro-Gbagbo. Et que tous les Ivoiriens se mettent ensemble pour reconstruire ce magnifique pays. Le temps doit être à la réconciliation et le travail, pour que l’Eléphant d’Afrique se relève. C’est sur cette base que M. Ouattara doit travailler.

 
Charles Ateba Yene, écrivain

« L’arrestation de Gbagbo va révéler d’autres Gbagbo »

L’arrestation de Gbagbo va révéler d’autres Gbagbo. Vous savez, un bon combat n’est plus physique, il est spirituel. Ce qui se passe avec Gbagbo est bien. Cela a permis aux Africains de savoir qu’ils peuvent résister. Cela a également permis aux Africains et une partie du monde de voir ce qu’est la communauté internationale, son rôle et ses missions. Quand on arrête le président Gbagbo, la première chose c’est que Monsieur Ouattara a une longue conversation avec Sarkozy. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce qu’ils se disent ? Est-ce qu’on ne peut donc pas penser que Sarkozy était en train de lui donner des instructions par rapport au traitement à infliger à Laurent Gbagbo ? C’est humiliant, c’est inhumain.

Mais, c’est bien pour l’Afrique. La décolonisation de l’Afrique va se poursuivre. Il y aura d’autres Gbagbo. Ce qu’il a fait est déjà louable. Aujourd’hui, on attend de voir. Je souhaite qu’il ne soit pas humilié plus qu’il ne l’a déjà été. Je souhaite également qu’il réponde devant la justice de ses actes. Et je pense que la justice doit respecter trois logiques : celle de Gbagbo qui reste au pouvoir et bombarde, celle de Ouattara dont les soldats ont bombardé et tué pour qu’il accède au pouvoir, celle de la France qui a outrepassé ce que l’Onu avait prévu dans sa résolution. La France a montré son visage que beaucoup connaissaient déjà à savoir qu’elle veut guider les choses en Afrique. Mais, le sentiment qui est né en Côte d’Ivoire et qui va se perpétrer est que la France n’aime pas l’Afrique. Et les autres Africains, qui n’ont pas encore expérimenté la France dans sa nouvelle dimension de colonisation, doivent faire attention. Vive Gbagbo ! Vive l’Afrique !

Propos recueillis par
Alain NOAH AWANA

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE