20/04/2011 02:41:28
Fame Ndongo et Cie affrontent les détracteurs des motions
Le rendez-vous de l’agora aura bien lieu. Jacques Fame Ndongo, chancelier des Ordres académiques a promis de relever le défi qui consiste à montrer  ou à démonter la scientificité des motions de soutien, de déférences et d’appel à candidature, devenus le crédo des chantres du Renouveau. Ce sera le 29 avril 2011 à Yaoundé au Restaurant Bar le Mont Cameroun.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le rendez-vous de l’agora aura bien lieu. Jacques Fame Ndongo, chancelier des Ordres académiques a promis de relever le défi qui consiste à montrer  ou à démonter la scientificité des motions de soutien, de déférences et d’appel à candidature, devenus le crédo des chantres du Renouveau. Ce sera le 29 avril 2011 à Yaoundé au Restaurant Bar le Mont Cameroun.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, comme le professeur  Joseph Vincent Ntuda Ebodé, directeur du centre d’étude politique et stratégique à l’université de Yaoundé II, le docteur  Mabou, secrétaire général de l’Esstic, tous cosignataires de la dernière motion de soutien des intellectuelles à Paul Biya, affronteront ceux qui pourfendent ce mode de communication “ qui participe plus de la flagornerie que de la contribution à l’avancement de la société, prétendument  inhérente à la caste des intellectuels ”. Pour le débat du vendredi 29 avril, le panel de “ détracteurs ” des motions est constitué du professeur Anatole Claude Abé,  sociologue, enseignant à l’université catholique d’Afrique centrale de Yaoundé, du docteur Mathias Eric Owona Nguini, politologue, enseignant, entre autre, à l’université de Yaoundé II et au cour international régional militaire basé au quartier Nsimbock à Yaoundé et enfin, Xavier Messe, enseignant à l’ Esstic.

Lequel panel n’est pas pour effrayer Jacques Fame Ndongo  qui a annoncé fièrement au cours de la présentation, le 18 avril 2011, du volume 4 de "Paul Biya : L’appel du peuple" - l’incarnation même des appels de soutien au président national du Rdpc- qu’il ira à ce débat “ confondre les détracteurs des motions de soutiens, en leur disant leur vérité scientifique”. Se voulant plus empirique, le professeur de sémiologie puise des exemples dans la Grèce antique, réputé sage. “ La motion fait partie de l'armature normative de la rhétorique inventée par la Grèce antique, berceau de la civilisation judéo-chrétienne et de l'occident en général [...] Je réfute donc la thèse “infantiliste” de la motion de soutien. Ceux qui la signent ne sont pas des tarés ou des malades mentaux ”, glose – t – il devant un public médusé.  Certainement qu’il va y avoir des étincelles ce 29 avril, au cours de ce championnat national de “ long crayons ”.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE