22/04/2011 03:45:48
Joe La Conscience brocarde Alassane Outtara
Dans son nouveau disque, le chanteur camerounais ironise sur « le président de la république de l’hôtel du golfe ». Piégé dans son ironie ?
Camerpress
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Dans son nouveau disque, le chanteur camerounais ironise sur « le président de la république de l’hôtel du golfe ». Piégé dans son ironie ? Lorsque Joe la Conscience, mettait dans les bacs, son maxi single, en janvier 2011. Il ne s’imaginait sans doute pas que Laurent Gbagbo serait arrêté quelques mois plus tard par Alassane Ouattara et déporté dans le nord de la Côte d’ivoire.

Le soutien artistique du chanteur engagé camerounais au désormais ancien président ivoirien s’est donc avéré vain. Le conflit entre Alassane Ouattara, déclaré vainqueur de l’élection présidentielle de novembre 2008 par la Commission électorale indépendante (Cei), résultat certifié par l’organisation des nations unies (Onu) et Laurent Gbagbo, déclaré gagnant par le Conseil constitutionnel a débouché sur une crise politique, qui au bout de 4 mois, a finalement vu le premier chasser le second du pouvoir.

Toutefois, dans son maxi single intitulé Côte d’ivoire, Joe la Conscience chante en français et en anglais, sous un rythme reggae, les louanges à Laurent Gbagbo qu’il présente comme un combattant, face à la recolonisation de son pays. Cinq morceaux, sont au menu de ce nouveau maxi single. « A bas la recolonisation de la Côte d’ivoire », « privatisafrance », « guerre préventive », « guerre préventive (by tchossovi) et « président l’hôtel du golfe ». Dans le dernier morceau cité, Joe la Conscience ironise, sur le retranchement d’Alassane Dramane Ouattara à l’hôtel du golfe à Abidjan, depuis l’élection présidentielle de novembre 2010. « Ouattara président de la République de l’hôtel du golfe, t’auras jamais ma Côte d’ivoire ». C’est le refrain de ce reggae. Dans cette chanson, l’auteur évoque la souveraineté du Conseil constitutionnel.

Le morceau débute d’ailleurs par une déclaration ironique, « la commission électorale indépendante déclare monsieur Alassane Dramane Ouattara, président de la république autonome de l’hôtel du golfe ». Dans cette sortie, Joe la conscience se distingue davantage par son soutien à Laurent Gbagbo, que par son œuvre musicale. Ensuite, l’auteur embraye sur le caractère inattaquable du Cc ivoirien, en s’étonnant notamment du rôle des puissances occidentales, qui ignorent les résultats qu’il a publiés.

« Bafouer la légitimité, la légalité de la Cour constitutionnelle, avec à leur tête les mafias de Babylone, pour faire plaisir aux intérêts étrangers, avec à leur tête Obama et Sarkozy instruments des francs-maçons», chante-t-il. Le président Barack Obama, des Etats-Unis et Nicolas Sarkozy de la France n’ont jamais cessé d’exiger le départ de Laurent Gbagbo, au profit d’Alassane Ouattara, le vainqueur du scrutin présidentiel. Le rôle des soldats des Nations Unies, qui selon Joe la conscience ont tiré sur la population ivoirienne, est également dénoncé dans la chanson « président de l’hôtel du golfe».

Sur le plan musical, les autres chansons, tout comme celle évoquée précédemment, laisse sur la faim. Les chœurs accompagnant la voie de Joe la conscience sont discordants. L’auteur a davantage mis l’accent sur le message de soutien à Gbagbo, que sur l’œuvre artistique, qui reste pauvre. Dans la chanson, « Guerre préventive », l’auteur dénonce le rôle des puissances étrangères, qui selon lui veulent s’accaparer des richesses de la Côte d’ivoire.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE