25/04/2011 00:24:24
EcoBank: Les "complices" des assaillants dans les cachots de la gendarmerie
Si les autres suspects sont enfermés dans les compartiments spéciaux de la légion de gendarmerie du Littoral, la capitaine Ndecke a été transféré à Yaoundé. Pour exploitation.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Si les autres suspects sont enfermés dans les compartiments spéciaux de la légion de gendarmerie du Littoral, la capitaine Ndecke a été transféré à Yaoundé. Pour exploitation.

Depuis le 11 avril 2011, le capitaine de corvette Victor Ndecke, chef des ateliers à la base navale de Douala, et certains de ses complices présumés séjournent à la légion de gendarmerie du Littoral, car fortement soupçonné d’avoir servi de “facilitateurs” aux braqueurs de l’agence Ecobank de Bonabéri dans la nuit du 18 au 19 mars 2011. Il est reproché à ces derniers d’avoir fourni des informations et donné des armes lourdes aux assaillants car une inspection effectuée par les fins limiers de la gendarmerie nationale quelques jours plus tôt à la base navale de Douala a révélé la fuite du matériel militaire de forte intensité a appris Le Messager.

“Il y avait beaucoup d’armes de grand calibre qui manquaient à l’appel quand mes collègues ont procédé à la vérification du matériel. Nous avons signalé cette anomalie à l’état-major, et adressé un rapport à Yaoundé mais aucune décision n’a été prise”, révèle un gendarme sous anonymat. C’est après l’attaque d’Ecobank que ce rapport aurait été rouvert et examiné. Poursuivant, notre interlocuteur ajoute que “on s’est rendu compte que ce sont les armes qui ont disparu de cette base, en attendant confirmation, qui ont servi au braquage d’Ecobank. Ce sont des armes lourdes de forte portée”.

Quid des autres attaques ?

Même si le ministre de la Défense qui a annoncé en mondovision que l’armée camerounaise avait réussi l’exploit d’abattre treize assaillants, et  récupéré leur embarcation et téléphones portables (ce qui aurait permis de mettre la main sur le capitaine de corvette Ndecke Victor qui aurait échangé avec les pirates plusieurs jours avant l’attaque), c’est l’exploitation de ces suspects que jaillira la vérité si leur culpabilité parvient à être établie.

Aux dernières nouvelles, le capitaine de corvette Victor Ndecke a été transféré à Yaoundé. “C’est désormais un problème de sécurité nationale qui dépasse de loin le braquage d’une banque. Il appartient à Yaoundé de conduire l’enquête”, dit officier de police judiciaire. Si la lumière est sur le point d’être faite sur ce braquage, qu’en est-il des autres, à l’instar du hold-up de trois banques à Limbe, l’enlèvement des autorités administratives à Bakassi, et le racket des passagers pendant plusieurs heures à la barrière gendarmerie à Ahala II-Yaoundé ? Sans compter les autres crimes perpétrés dans le septentrion où des villages entiers sont occupés par des troupes militaires étrangères?

Focal: Le gouvernement ne convainc pas

C’est assez rare qu’un ministre communique deux fois en 24 heures au Cameroun. Mais il l’a fait. Issa Tchiroma a rappelé les journalistes le 22 avril 2011 pour leur donner “ l’information officielle ” sur les enquêtes subséquentes au braquage de l’agence d’Ecobank  de Bonabéri. Issa Tchiroma a sur certains points confirmé tout ce que la presse “ au cours d’enquêtes informelles ” a annoncé. Le cas des officiers de la marine interpellés par exemple. Mais, sur le reste, le Mincom peine à  convaincre que l’affrontement du 19 mars 2011 au petit matin était une réplique au braquage d’Ecobank survenue plus de 6 heures avant. Ce, malgré de photos présentées “ en off ” aux journalistes comme étant celles de assaillants abattus au cours d’une “ battue qui a suivi  l’attaque ” d’Ecobank. 

La prétendue battue aurait fait 18 pirates tués, une embarcation des assaillants saisis en même temps que plusieurs effets vestimentaires  et 10 téléphones portables. Et coté camerounais, le Mincom accompagné des responsables de la communication du ministère de la Défense , annonce un officier décédé, 04 militaires blessés et 02 embarcations endommagés. Mais cette thèse a peine à convaincre au vu de l’absence des armes des assaillants, de l’argent volé et temps suffisamment long entre les attaques et l’heure de la battue.

Etame Kouoh

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE