05/05/2011 00:08:54
Promesses non tenues: Des étudiants camerounais veulent manifester ŕ Pekin
Ils  revendiquent 24 mois de non paiement de leurs bourses  au gouvernement.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Il y a déjà plus d’un an (en mars 2010) que des jeunes gens bénéficiant d’une bourse d’étude en Chine octroyée par  l’Etat camerounais se plaignaient de n’avoir pas perçu la dotation mensuelle qui la sous-tend depuis 20 mois. Après ce mouvement d’humeur, l’Etat consentait à leur verser une partie des sommes dues. Depuis la fin avril 2011, c’est quasiment les mêmes, regroupés au sein de Cameroonian students association in china qui remettent ça. Sauf qu’ils revendiquent cette fois-ci, 24 mois de bourses impayées et non plus 20 comme en 2010.

Dans un courrier de dénonciation adressé aux  médias camerounais, les membres de cette association jurent que si le régime de Yaoundé  “ reste sourd à [leurs]  cris  de détresse, [ils] seront dans l'obligation d'organiser  une manifestation de protestation, avec grève de la faim, au siège de l’ambassade du Cameroun à Pékin ”. Le cri de détresse lancé à travers cette correspondance  porte sur le paiement de la quote-part (80. 000 Fcfa), de la totalité de la bourse qu’ils sont censés percevoir mensuellement. Et le versement irrégulier des indemnités de transport pour les étudiants en fin de formation.

Dans la même lettre, ces étudiants notent qu’au cours des années antérieures, leurs anciens camarades,  en fin d’études dans l’empire du Milieu, ont été obligés d’y abandonner leurs effets, faute de moyens financiers  pour le transport. Enfin, ces étudiants se disent  ainsi abandonnés dans les mains des autorités chinoises qui, elles, tiennent régulièrement à leurs promesses.

Trésor public

Au ministère de l’Enseignement supérieur (Minesup), l’on se contente d’expliquer que le nombre de mensualités  des quote-parts des bourses impayées est beaucoup moins élevé que le disent les étudiants boursiers. Mais le problème reste quasi entier. Car,  la voix la plus autorisée confirme des paiements irréguliers de bourses  et les frais de transport retour à Yaoundé pour les étudiants en fin de formation.  Des sources proches du dossier au Minesup indiquent que ce retard a déjà été noté plusieurs fois par le passé. Et que nonobstant l’urgence de l’affaire, les multiples relances de l’institution n’ont pas permis que la délégation de crédit s’opère entre le trésor public et l’ambassade du Cameroun à Pékin.

Les mêmes sources ajoutent que l’argent dû aux étudiants boursiers est inscrit au budget du ministère.  Seulement, pour qu’il leur parvienne, un dossier est monté par les services compétents du Minesup et transmis  au ministère des Finances (Minfi), précisément, à la direction générale du budget (Dgb). Cette dernière explique la lenteur dans l’exécution, à son tour,  par le principe  “ des priorités budgétaires qui font que l’argent ne soit pas débloqué pour la question de la bourse des étudiants en Chine ”. En attendant, estime l’ensemble des responsables suscités, les étudiants doivent attendre, “ surtout qu’ils ne sont pas démunis, puisque la Chine paye sans discontinuer ce qu’elle a promis ”.

En rappel, 500 jeunes camerounais environ auraient déjà bénéficié de cette opération mise sur pied depuis une dizaine d’années. On dénombre présentement près de 140 boursiers qui reçoivent dans ce cadre des formations diverses. Elles vont des plus classiques au moins ordinaires, comme le football et la danse.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE