05/05/2011 01:56:41
Aux cadavres jetÚs ce manteau de paroles...
En totale solidarité avec le combat du peuple ivoirien, sous la direction de SME le Président constitutionnellement élu Laurent Gbagbo, pour la liberté et le triomphe de la vérité. Que Dieu vous bénisse, et neutralise aujourd’hui tous les ennemis du peuple ivoirien !
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Français vivant en Israël, ancien pasteur de l’Eglise Réformée de France, j’ai écrit il y a quelques jours une lettre ouverte au Président Sarkozy, pour exprimer ma révolte et mon dégoût devant l’ignoble complot ourdi par la France, en accord avec Obama et l’ONU pour déstabiliser la Côte d’Ivoire et plonger tout le pays dans l’horreur de massacres sans nom, les derniers étant perpétrés l’armée française elle-même.

En totale solidarité avec le combat du peuple ivoirien, sous la direction de SME le Président constitutionnellement élu Laurent Gbagbo, pour la liberté et le triomphe de la vérité. Que Dieu vous bénisse, et neutralise aujourd’hui tous les ennemis du peuple ivoirien !

Aux cadavres jetés ce manteau de paroles... (Louis Aragon)

Monsieur,

Entendez-vous, Monsieur Sarkozy – je devrais dire Monsieur le Président, mais vous n’êtes plus à mes yeux digne de ce titre, encore que, aveuglé par la bêtise et l’ignorance, j’aie pu une fois, une fois de trop, et puisse D.ieu me le pardonner, voter pour vous –; entendez-vous, Monsieur Sarkozy, le gargouillis du sang dans la bouche de ceux qui aujourd’hui, par centaines, par milliers, sont égorgés sur vos ordres, aux quatre coins de ce qui fut le “paradis” de l’Afrique de l’Ouest, par une armée de bandits – grossie aujourd’hui du flot de tous les droits communs hâtivement libérés par vos “rebelles”, au fur et à mesure de leur progression dans les localités placées sous le signe de leur – votre ! – criminel arbitraire; droits communs également sortis des prisons de Ouagadougou par la volonté de votre “créature” au Burkina voisin, Blaise Compaoré; tout ce beau monde puissamment armé par vos soins, avec la complicité active d’une Onuci par vous corrompue et dévoyée, au mépris de toutes les règles du droit international et ivoirien ?

Jusques à quand croyez-vous pouvoir aveugler le peuple de France sur les dessous inavouables de vos sales menées africaines, sur les dessous de ces sales menées africaines qui ont, je vous le concède, commencé bien avant que vous occupiez ce fauteuil maculé du sang de la France coloniale et postcoloniale, et cela sans interruption depuis la guerre, quel qu’en ait été l’occupant, droite et gauche confondues dans la même abjection ? Jusques à quand pensez-vous pouvoir cacher à tous la gravité de ce cancer du mensonge et de l’injustice dont les métastases rongent et gangrènent la vie et l’âme de notre nation ?

Priez, priez vous-même pour que cet aveuglement se dissipe au plus vite, avant que le pays tout entier doive payer d’un prix trop élevé pour s’en remettre les conséquences de votre méchanceté, et de celle de vos sbires d’ici ou d’ailleurs, le prix du sang de toutes les victimes innocentes sacrifiées sur l’autel des intérêts vampiriques d’une France moribonde en mal d’argent frais. La France, je le crois, guérira, mais à la condition d’être d’abord guérie de vous comme de l’emprise de cette pieuvre étatique aux ramifications trivialement mercantiles, dont vous êtes aujourd’hui, à votre tour, à la fois le jouet et l’animateur : animateur sans âme – à propos, vous attendra-elle encore longtemps au vestiaire ? –, et donc nécessairement habité, manipulé par ce qui n’est pas lui.

Quoi qu’il en soit, vous êtes aujourd’hui, avec vos confères d’une scène internationale sur laquelle on ne sait plus qui manipule qui; vous êtes aujourd’hui mon ennemi, comme vous l’êtes de Mouammar Kadhafi ou de Laurent Gbagbo, deux dirigeants inspirés qui n’ont jamais cherché à paraître ce qu’ils n’étaient pas, en se drapant comme vous dans le manteau d’une dignité morale parfaitement hypocrite. Leur seul crime, à tous deux, est d’avoir osé vous tenir tête, à vous, à votre arrogance de caporal au service d’un Occident plus que jamais déterminé à asservir les peuples relevant de sa dernière chasse gardée, l’Afrique, et ce par le truchement de marchés honteux. L’attentat de Lockerbie ? Même les preuves de l’implication de la Libye dans ce crime ne sont toujours pas établies, quoi qu’on en dise. Et je ne vois pas en quoi les dirigeants du Bahreïn, du Yémen ou de Syrie menacent moins leurs populations que le régime libyen, qui, loin de tirer comme eux sur des foules désarmées, a du faire face à une insurrection armée fomentée et armée par vos soins !

Oui, vous êtes mon ennemi, l’Ennemi de tous ceux qui consentent à ouvrir les yeux sur l’atroce réalité des complots ourdis et des crimes perpétrés à leur insu et en leur nom, au nom d’une République dont vous contribuez à souiller à tout jamais la mémoire et l’honneur. Avec vous, la France, après s’être couverte d’une gloire de pacotille avec ses “rafales” – qui les veut, mes avions, qui les veut ? – et son savoir-faire guerrier, se retrouvera à court terme, et comme toujours, couverte de ridicule, puis de honte. Il est vrai que relayés à plaisir par vos services – secrets ou non –, et par la cohorte de vos valets du gouvernement, de l’Assemblée, du Sénat, de l’opposition, de l’intelligentsia parisienne, ainsi que de la presse française toutes tendances confondues, vos innombrables mensonges, en dépit de leur caractère ignoble et monstrueux, semblent tellement bien digérés par l’opinion que l’on peut à bon droit se demander si la démocratie française est en meilleure santé que celle de Kim Jong Il !

Lorsque vous vous regardez dans la glace, je vous souhaite, comme dans les films d’épouvante, dont l’horreur n’a rien à envier à celle du chaos dont vous êtes aujourd’hui le principal artisan, en Libye et en Côte d’Ivoire, de vous voir soudain environné par le reflet glacé de ces milliers de visages dont les regards se sont éteints, s’éteignent et vont s’éteindre par votre faute : pour chacun d’eux, compte vous sera demandé, comme à un petit Hitler en col blanc et aux velléités humanitaires. Pour chaque forfaiture maquillée en vertu, compte vous sera demandé, et compte triple: pour la perpétration du crime, pour sa dissimulation – en l’imputant lâchement à d’autres –, et pour sa négation assumée et réitérée jusqu’à la nausée.

Je vous ferai grâce du procès que l’on pourrait vous intenter pour tous les cas avérés de conflits d’intérêts dans lesquels vous et les vôtres vous êtes trouvés impliqués : ces délits sont mineurs, au regard des meurtres de masse qui vous rendent justiciable, plus que tout autre, de cette “Cour pénale internationale” par vous promise à Kadhafi et à Gbagbo, compétente pour qualifier et juger les crimes contre l’humanité. A moins que cette cour, elle aussi, fasse partie de la vôtre ? Certes, vous pouvez encore – mais c’est un mot dont vous avez affirmé avoir horreur, je le comprends mieux aujourd’hui, vous pouvez encore vous repentir. Mais en tout état de cause, la réparation des torts et des dommages irréversibles par vous causés à la France et au monde nécessiteront un temps de purgatoire beaucoup plus long que la permanence de votre trace dans l’histoire.

Ma prière aujourd’hui, c’est que Laurent Gbagbo et Mouammar Kadhafi vous survivent longtemps, ainsi qu’à ce système dont vous et toutes vos confréries pourvoyeuses de cimetières peuplés de beaux discours incarnez la perversion.

Respectueusement,

Un ancien pasteur de l’Église Réformée de France.

“Un jour pourtant, un jour viendra, couleur d’aurore...”

Eliahou Abel

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE