11/05/2011 03:43:44
Vidéo: Vergès, Dumas et le nouvel ordre mondial
Ils expliquent comment sont choisis ou placés les interlocuteurs des pays contre lesquels la France est engagée militairement, citant les fameux islamistes modérés, cités récemment par Alain Juppé, remplaçant de Michèle Alliot-Marie au Quai d'Orsay. Les empêcheurs de tourner en rond comme Gbagbo
Culturclub
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Un nouvel ordre mondial, de l'Afghanistan à la Côte d'Ivoire. Une conversation libre, instructive, sur la façon dont se réorganise le monde depuis le 11 septembre 2001.

Roland Dumas et Jacques Vergès évoquent l'actuelle guerre en Libye et le rôle étonnant qu'y joue le philosophe Bernard-Henri Lévy. Dumas relève les incohérences de la politique étrangère de la France en citant pour exemple le ralliement de notre pays au commandement intégré de l'OTAN, ce dont nous avaient toujours préservé de Gaulle, Mitterrand ou Chirac. Il explique comment sont choisis ou placés les interlocuteurs des pays contre lesquels la france est engagée militairement, citant les fameux islamistes modérés, cités récemment par Alain Juppé, remplaçant de Michèle Alliot-Marie au Quai d'Orsay. Les empêcheurs de tourner en rond comme Gbagbo sont, nous dit-il, poussés vers la sortie.

Jacques Vergès revient quant à lui sur l'événement déclencheur du "printemps arabe" et la façon désastreuse dont le dossier a été traité par la diplomatie française : « nous avons une classe dirigeante qui nous humilie profondément. Quand vous pensez qu'au moment où un jeune tunisien se fait immoler par le feu - un jeune diplômé, parce qu'il ne pouvait pas gagner sa vie, ni celle de ses parents, qui vendait des légumes dans la rue - la ministre des affaires étrangères de France est en train de faire une petite affaire immobilière -disons-le - de merde ! Pour gagner 100 ou 300 000 euros. Elle ferme les yeux et promet au chef de l'Etat qui va être renversé de lui envoyer des policiers français. C'est invraisemblable. »

Pour étayer son propos, il ajoute, au sujet de l'affaire Florence Cassez : « quand madame Alliot-Marie dit que la cour Suprême du Mexique a rendu une décision inique on a l'impression qu'elle parle à un département d'Outre-Mer. Quand on se mêle d'un contentieux électoral en Côte d'Ivoire, c'est comme si on disait "les nègres taisez-vous ! Nous on est les chefs. On va dire qui a raison qui a tort." »

Le célèbre avocat dresse également un jugement sans appel contre l'actuelle gouvernance française : « Nous assistons à un affaissement de la morale publique (...) On peut à la rigueur tolérer les dirigeants qu'on a s'ils sont intelligents, cyniques, avec le sens des réalités. Parce que le sens des réalités c'est une barrière contre la folie. Tandis que là, ils n'ont plus aucun sens des réalités. »

Nous faisons également réagir les deux hommes sur la Résolution 1975 du Conseil de sécurité de l'ONU, concernant le recours à la force des troupes de l'ONUCI en Côte d'Ivoire. Le vote en a été motivé par une information accusant les FDS (Forces de Défense et de Sécurité fidèles à Laurent Gbagbo) d'avoir tiré à l'arme lourde sur un marché à Abobo. En réponse, Roland Dumas évoque les manipulations de Colin Powell pour convaincre le monde dé la légitimité d'une guerre en Irak.

La vidéo se conclut par une nouvelle allusion à la troublante implication de Bernard-Henri Lévy dans le conflit en Libye, ceci par le biais d'un trait d'humour digne de la réputation de "l'avocat de la terreur".

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE