13/04/2019 14:29:33
Voyage en catimini de Biya à Genève : Une dizaine d'organisations interpellent le président suisse

Elles sont environ une dizaine d'organisations des Camerounais de la diaspora, réunies au sein du "Collectif de la diaspora camerounaise" à avoir entrepris d'interpeller le président  de la confédération helvétique sur sa complaisance vis-à-vis du président camerounais, Paul Biya, qui a programmé d'effectuer secrètement un voyage privé en Suisse avec son épouse, accompagné d'une armée de militaires et gendarmes portant des munitions de guerre, pour faire face à la diaspora camerounaise qui menace  de lui réserver un accueil de misère partout où il mettra pied en Europe à cause du mauvais traitement que son régime tyrannique inflige aux Camerounais.

TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille


 

Elles sont environ une dizaine d'organisations des Camerounais de la diaspora, réunies au sein du "Collectif de la diaspora camerounaise" à avoir entrepris d'interpeller le président  de la confédération helvétique sur sa complaisance vis-à-vis du président camerounais, Paul Biya, qui a programmé d'effectuer secrètement un voyage privé en Suisse avec son épouse, accompagné d'une armée de militaires et gendarmes portant des munitions de guerre, pour faire face à la diaspora camerounaise qui menace  de lui réserver un accueil de misère partout où il mettra pied en Europe à cause du mauvais traitement que son régime tyrannique inflige aux Camerounais.

Dans cette correspondance, les camerounais reprochent au chef de l'Etat suisse qui semblerait être encore le seul leader de l'un des pays du monde libre à faire des yeux doux au satrape camerounais, sa feinte de ne pas savoir dans quel indescriptible chaos sociopolitique et humanitaire Paul Biya et son régime clanique ont plongé le Cameroun, un des pays.

Ci-dessous, l'intégralité de la lettre du Collectif, qui invite à l'extrême vigilance le président Ueli Maurer.

"A Monsieur Ueli Maurer, Président de la Confédération Suisse, Chancellerie fédérale, Palais fédéral ouest, 3003 Berne

Monsieur Ueli Maurer, Président de la Confédération Suisse

Nous , le Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora (CODE), le Cercle Belgo-Africain Pour la Promotion Humaine (CEBAPH), le Mouvement de février 2008 au Cameroun, Action Solidaire Internationale (ASI), le Collectif Folefack, la Fondation Moumié, Le Collectif Ceuta & Melilla, le Collectif National Contre l'Impunité au Cameroun (CNI)…. avons reçu de nombreuses informations en provenance du Cameroun et des camerounais résidant à Genève et aux environs, concernant la présence sur le territoire helvétique des policiers camerounais, armés et cantonnés autour de certains édifices de la confédération à l'instar de l'hôtel intercontinental de Genève, d'une clinique privée et d'une résidence privée à Lausanne.

En effet cette présence policière camerounaise, armée à l'étranger et entièrement financée par le pouvoir de Yaoundé qui a élu domicile à l'hôtel Intercontinental depuis des lustres, est l'illustration parfaite de la violation par la confédération helvétique de la Directive (UE) 2017/853 du parlement Européen et du Conseil du 17 mai 2017, modifiant la directive 91/477/CEE du Conseil relative au contrôle de l'acquisition et de la détention d'armes

Il faudra aussi pour rappel signaler que selon la loi helvétique sur la police du 26 octobre 1957, entrée en vigueur le 1er janvier 1958, tous les services de police sur le territoire helvétique sont placés sous l'autorité du conseiller d'Etat chef du département de la sécurité et de l'économie

La police camerounaise en quadrillant certains édifices de la confédération , agissant en territoire étranger sous l'autorité du chef de l'Etat camerounais, sur un territoire étranger viole cette loi sus citée et mérite des sanctions telles prévues par la loi.

Le 4 avril dernier, vos services compétents ont reçu un message-fax du chef du protocole d'Etat du Cameroun, Simon-Pierre Bikélé, en vue d'obtenir de vous, des autorisations de port d'armes au profit des éléments de la sécurité présidentielle camerounaise dans le cadre d'un voyage en préparation en Suisse.


Monsieur Ueli Maurer, nous sommes au courant que vous avez notifié récemment au chef de l'Etat camerounais que vous n'étiez plus en mesure de mobiliser vos propres fonctionnaires pour assurer la sécurité de ce dernier en visite privée en Suisse.

Aujourd'hui, notre pays, le Cameroun traverse une grave crise multidimensionnelle : crise politique, crise électorale, crise économique, crise sociale, crise sécuritaire...

Sur le plan sécuritaire, la paix est le maître-mot de la propagande du pouvoir. Les médias publics bruissent à longueur de journée de la paix. Les discours officiels ne manquent pas de référence à la paix. Le président de la République est présenté comme le pape de la paix. Paradoxalement, le Cameroun n'a jamais accumulé autant d'armes de guerre que maintenant. Par conteneurs entiers, d'importantes quantités d'armes de destruction massive en provenance de Chine, de la République Tchèque, de Singapour, de la Corée du Nord et récemment de la Lybie, sont importées à l'insu du haut commandement militaire.

Sur le plan électoral, aujourd'hui malheureusement, force est de constater que depuis 1982 que Monsieur Biya est à la tête du pouvoir au Cameroun, le Cameroun n'a jamais connue la pratique des élections libres, transparentes et équitables. Paul Biya a restauré l'organisation unilatérale des élections par le gouvernement et des organes fabriquées par lui même pour frauder et s'éterniser au pouvoir

Sur le plan social, la situation est caractérisée par un grand paradoxe. Le Cameroun est riche. Riche de matières premières, de terres arables, de rivières et de fleuves, de forêts, de soleil. Mais les Camerounais sont pauvres. Malgré les énormes revenus générés par ces richesses naturelles

Plus de 70% de Camerounais vivent en dessous du seuil de pauvreté ; leur quotidien est fait de souffrances extrêmes : chômage endémique, vie chère, manque d'eau potable, d'électricité, de pétrole lampant, de gaz, absence de protection sociale, très faible accès aux soins de santé, famine et malnutrition.

Pendant ce temps, le chef de l'Etat camerounais , s'il n'est pas lui même présent en Suisse, sa délégation constituée de plus d'une centaine de personnes et quelques membres de sa famille séjournent en Suisse, dans l'un des hôtels les plus huppés de l'Europe ,dilapidant ainsi l'argent du contribuable camerounais .

Toutes ces pratiques qui relèvent d'un passé de triste mémoire, que nous croyions révolu à jamais, traduisent la volonté têtue du pouvoir d'aller à contre-courant de l'histoire et de restaurer le chaos au Cameroun

En tout état de cause, Monsieur Ueli Maurer, nous vous invitons à la vigilance, et vous recommandons qu'une mission gouvernementale helvétique, se rende à l'hôtel Intercontinental sise à Chemin du Petit-Saconnex 9, 1209 Geneva, Suisse pour s'assurer de la véracité de nos allégations et surtout, demander à la délégation camerounaise de quitter cet hôtel.

Dans cette optique, le peuple camerounais saura que vous ne contribuez pas à la ruine du Cameroun et à la clochardisation du peuple camerounais.

Ne pas le faire Monsieur Ueli Maurer, vous rendrait complice.

"Que dirait le Peuple Suisse, votre Peuple, si vous passiez plus des trois quarts de l'année installée dans un hôtel de Yaoundé, entourée par un bataillon de courtisans qui vous donnent l'illusion de grandeur, en pillant sans vergogne votre pays ? Que dirait votre Peuple si vous installiez votre famille pendant plus d'un quart de siècle dans un hôtel huppé de la capitale camerounaise aux frais du contribuable Suisse, loin de la Suisse dont la destiné vous a été confiée? La réponse à ces questions parait évidente : Vous seriez destitué et jugé
Nous osons croire Monsieur Ueli Maurer, que notre message retiendra votre attention

Dans l'espoir que cette correspondance réveillera l'Etat Helvétique sur la situation chaotique au Cameroun, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l'expression de notre parfaite considération. "

Fait à Bruxelles, le 10 avril 2019.
•    Le Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora (CODE),
•    Le Cercle Belgo-Africain Pour la Promotion Humaine (CEBAPH),
•    Le Mouvement de février 2008 au Cameroun,
•    Action Solidaire Internationale (ASI)
•    Le Collectif Folefack
•    La Fondation MOUMIE
•    Le Collectif Ceuta & Melilla
•    Le Collectif National Contre l'Impunité au Cameroun (CNI)

Contact: asblcebaph@gmail.com

Cameroonvoice

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE