25/05/2011 03:43:45
Côte d'Ivoire: un journaliste pro-Gbagbo assassiné
Un journaliste favorable à  Laurent Gbagbo a été assassiné début mai à Abidjan, a affirmé mardi Reporters sans frontières (RSF), en déplorant que "les règlements de comptes se poursuivent en Côte d'Ivoire".
RSF
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Un journaliste favorable à  Laurent Gbagbo a été assassiné début mai à Abidjan, a affirmé mardi Reporters sans frontières (RSF), en déplorant que "les règlements de comptes se poursuivent en Côte d'Ivoire".

Dans un communiqué, l'organisation de défense de la presse se dit "choquée d'apprendre l'assassinat de Sylvain Gagnetaud", journaliste à Radio Yopougon, du nom du quartier ouest d'Abidjan qui fut, après l'arresstation de Laurent Gbagbo le 11 avril, le théâtre de combats entre miliciens pro-Gbagbo et forces rebelles d'Alassane Ouattara.

"Connu pour sa proximité" avec le parti de Laurent Gbagbo, le journaliste aurait, selon des sources convergentes, été "arrêté lors d'une opération de ratissage des forces pro-Ouattara" dans ce quartier "aux environs du 8 mai et exécuté peu après, en compagnie de jeunes suspectés d'être des miliciens", poursuit l'ONG.

"Les circonstances de son arrestation et de sa mort restent floues", relève RSF. "Après la chute de Laurent Gbagbo, la radio Yopougon avait été attaquée puis incendiée dans la nuit du 13 au 14 avril 2011. Craignant pour ses jours, Sylvain Gagnetaud avait tenté de fuir", ajoute-t-elle.

"Cette nouvelle accablante est inquiétante pour l'avenir des médias en Côte d'Ivoire, où les journalistes et les médias affiliés à l'opposition sont traqués par les bandes armées", juge l'organisation.

"La capacité des forces de l'ordre à faire la lumière sur ce crime aura valeur de test pour les autorités nouvellement investies", juge RSF qui appelle à "mettre un terme à l'impunité".

"Ce mardi 24 mai, Nina Bolou, directrice de la société éditrice du quotidien d'opposition Le Temps, dont la réouverture est prévue dans les jours à venir, a été arrêtée dans les locaux du journal par des hommes armés", rapporte en outre l'ONG.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE