13/07/2019 18:00:39
Cameroun- La honte : Comment le Pr. Kamto a envoyé promener les magistrats militaires à la solde de Biya

Que croyaient les magistrats militaires en allant à la rencontre de l'éminent Agrégé de Droit et avocat international qu'ils maintiennent captif depuis six mois ?

TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille



Que croyaient les magistrats militaires en allant à la rencontre de l'éminent Agrégé de Droit et avocat international qu'ils maintiennent captif depuis six mois ? Qu'il s'aplatirait à leur vue dans l'espoir que la justice militaire -qui ne peut  faire autre chose  que se plier aux injonctions iniques du ministre de la Défense (pas le délégué, mais le titulaire) de mettre sous les fers tous ceux qui osent contester ses méthodes de réélection-, fasse preuve de discernement pour une fois ?

C'était compter sans la volonté de fer de l'homme politique pour qui la cause de l'alternance démocratique à la tête de l'Etat est d'un enjeu pour lequel aucun sacrifice n'est de trop. Il leur en a une fois de plus administré la preuve, alors qu'ils étaient descendus dans les prisons où sont maintenus captifs le candidat à l'élection présidentielle, ses alliés politiques et les militants du parti MRC dont il est le président du Directoire National.     

C'est droit dans ses bottes, que Maurice Kamto a envoyé promener ceux qui croyaient l'impressionner avec une soi-disant remise en liberté des personnes qui, aussi bien de jure que de facto, ne devraient pas ou plus se retrouver derrière les barreaux, en leur signifiant qu'il ne leur con cédait la possibilité d'être jugé par eux que s'ils libéraient les plus de 500 personnes arrêtées et emprisonnées pour lui avoir manifesté leur soutien.

Alors que le régime tentait un énième hold-up judiciaire en envoyant sa « justice » prendre Maurice Kamto par surprise avec un document qu'il devait signer un vendredi soir, dernier jour ouvré de la semaine –donc ne laissant pas de possibilité de contestation-, le juriste emprisonné leur a clairement fait entendre qu'il accepterait de faire face "aux accusations du régime de Paul Biya au cas où ce régime illégitime libère tous les prisonniers politiques", pour reprendre les mots de nos confrères Norbert Tchana Ngante et Boris Bertolt qui ont relayé l'entrevue entre le prisonnier du chef de l'Etat camerounais et les bras armés judiciaires de son bourreau.   

« Nos sources indiquent qu'il a clairement souligné aux magistrats militaires venus le voir que les statuts du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) sont clairs en indiquant que c'est le président du parti qui répond devant toutes les instances pour quoique ce soit », écrivent les journalistes, qui ajoutent que « Cette position du président élu Maurice KAMTO intervient alors que le régime illégitime du boulanger de Yaoundé, Paul Biya tente une nouvelle filouterie… »

Cameroonvoice

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE