14/07/2019 20:34:49
Cameroun- Appel à l'apaisement : Rude interrogatoire en prison de Mancho Bibixy par ses codétenus anglophones

Condamné le 25 mai 2018 à 15 ans de prison par le tribunal militaire de Yaoundé pour « actes de terrorisme, hostilité contre la patrie, sécession, révolution et insurrection », le journaliste et enseignant anglophone Mancho Bibixy, alias "BBC", et l'un de ses compagnons   a pris récemment, depuis la prison,  la tête d'une croisade contre la poursuite du boycottage des activités scolaires dans les régions anglophones, provoquant la colère des nombreux autres prisonniers anglophones qui voient en ce changement de position un ramollissement frisant « l'entente avec l'ennemi ».

TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille


Mancho Bibixy. Le leader de la « révolution du cercueil » commence à énerver ses camarades.


Condamné le 25 mai 2018 à 15 ans de prison par le tribunal militaire de Yaoundé pour « actes de terrorisme, hostilité contre la patrie, sécession, révolution et insurrection », le journaliste et enseignant anglophone Mancho Bibixy, alias "BBC", et l'un de ses compagnons   a pris récemment, depuis la prison,  la tête d'une croisade contre la poursuite du boycottage des activités scolaires dans les régions anglophones, provoquant la colère des nombreux autres prisonniers anglophones qui voient en ce changement de position un ramollissement frisant « l'entente avec l'ennemi ».

Cet  appel à l'apaisement, mieux à la raison, est mal perçu  par ses compagnons d'infortune qui estiment que si le régime a pu être mis à mal par le mouvement sécessionniste anglophone, c'est justement grâce aux sacrifices consentis par les populations qui se sont engagés dans cette résistance passive consistant à observer à la lettre ou presque, les mots d'ordre de boycott des activités, notamment commerciales et scolaires. Pour ceux qui sont révulsés par la dernière sortie de "BBC", demander un retour à la normale aujourd'hui avant l'aboutissement du combat mené depuis octobre 2016, dont le compteur affiche des dizaines de milliers de morts, des centaines de milliers de refugiés et plus d'un demi million d'enfants anglophones empêchés de se scolariser.

Selon Kaah Aaron qui relate la scène de l'interrogatoire musclé dont Mancho et Ngalim ont fait l'objet vendredi de la part de leurs codétenus qui les avaient carrément pris en otage, les deux hommes sont passés tout près d'être passés à tabac en cas de réponse non satisfaisante aux questions de leurs "procureurs", constitués  d'étudiants et enseignants anglophones emprisonnés.

Mancho et Ngalim ayant déclaré dans une lettre, d'une part, que le gouvernement avait apporté des réponses à certaines revendications des enseignants qui étaient à l'origine du boycott des classes, et d'autre part, que  la "lutte" s'était retournée contre le peuple pour le salut duquel elle avait été engagée,  les autres prisonniers anglophones remontés contre les deux "traîtres" demandaient à être édifiés au sujet des revendications des enseignants anglophones auxquelles le gouvernement avait apporté des réponses satisfaisantes et au sujet de l'identité de ceux qui avaient retourné la lutte contre le peuple anglophone.

Source : 'Canibalisme' parmi les détenus anglophones à Kondengui

Sandra Andeme

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE