27/05/2011 05:34:44
Après la lettre de Clinton à Biya... Les Etats-Unis font marche arrière ?
En réaction au traitement médiatique réservé à la lettre aux Camerounais de  Hillary Clinton, le site de la présidence du Cameroun publie une  lettre de félicitation de Barack Obama à la même occasion.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Barack Obama écrit enfin à Paul Biya. Voilà comment pourrait être commenté trivialement le courrier du président américain. Ladite correspondance  est postée sur le site www.prc.cm, le 25 mai 2011. Soit 5 jours après la fête nationale et 7 jours après la publication dans les canaux essentiels de communication des Etats-Unis, de celle d’Hillary Clinton adressée au nom de Barack Obama au peuple camerounais.

Le président américain écrit que  « La commémoration de la Fête nationale de la République du Cameroun, le 20 mai, [lui] offre l'heureuse occasion d’adresser [à Paul Biya], ainsi qu'au peuple camerounais, les vives et chaleureuses félicitations du peuple américain auxquelles [il] joint les [siennes] propres». Plus loin Barack Obama qui avait déjà écrit directement, au peuple camerounais à travers son secrétaire d’Etat précise que : « Notre adhésion commune aux idéaux démocratiques continuera à renforcer notre amitié et nos liens. Puissent la paix et la prospérité régner sur la République du Cameroun ». Le texte est publié avec une considérable fort de caractère en page d’accueil du site de la présidence et illustré par une photo où les deux hommes posent à l’occasion  d’un dîner offert en marge de la dernière assemblée générale des Nations unies.

Seulement, il n’est nulle part mentionné dans la correspondance postée seulement avant-hier, la date de sa signature. Mais des sources dignes de foi indiquent qu’elle n’est parvenue aux  services de la présidence qu’après le tollé qu’à suscité la première sortie de Barak Obama qui avait alors emprunté  la plume d’Hillary Clinton survenue le 19 mai 2011. Le secrétaire d’Etat américain exprimait au nom de son patron l’attente  impatiente de  l’organisation, au plus tard, cette année, des élections transparentes et crédibles au Cameroun. Les mêmes sources précisent que cette correspondance adressée directement à Paul Biya intervient probablement après une  protestation de la chancellerie du Cameroun à Washington.

Pis, si la lettre d’Hillary Clinton est postée sur le site de l’ambassade des Etats-Unis à Yaoundé (yaounde.usembassy.gov) depuis le week-end dernier, celle signée par Barack Obama lui-même, n’y figurait pas jusqu’à hier, 16heures 30. Joint au téléphone, les services de presse de la chancellerie américaine à Yaoundé et ceux du ministère des Relations extérieure (Minrex) confirment  son existence. Et  précisent que cela fait partie simplement  des usages diplomatiques qu’un chef d’Etat écrive directement à un autre pour lui présenter des félicitations à l’occasion d’un heureux évènement ou des condoléances après un triste évènement comme l’a fait récemment,  Paul Biya pour présenter sa sollicitude au peuple américain endeuillé par les violentes tornades qui ont secoué une partie des Etats-Unis.

Politesse

Seulement, de nombreux observateurs voient en cette sortie de Barack Obama, la rectification du tir après l’émotion qui a traversé Yaoundé suite à la lettre « incendiaire » et méprisant tous les canaux diplomatiques sous la plume de Hillary Clinton. Ceux-là estiment qu’au-delà des formules de politesse, le régime de Yaoundé doit considérer que c’est le premier courrier d’Obama que signe par ordre, son secrétaire d’Etat qui doit résumer le fond de la pensée de l’administration américaine vis-à-vis de Yaoundé. C’est le cas de Gérard Amougou. Ce  chercheur en sciences politiques estime que la dernière lettre d’Obama n’est que du cosmétique qui rattrape un excès de zèle causé par la précipitation subséquente au ressentiment qu’à Washington à l’égard de Paul Biya. Selon lui, « même l’homme politique le plus naïf doit l’avoir noté ».

L’intégralité de la lettre de Clinton*

Au nom du Président Obama et le peuple des Etats-Unis, je suis enchantée de vous  envoyer, peuple camerounais, les meilleurs voeux au moment où  vous célébrez votre fête nationale ce 20 mai.  Nos deux nations partagent des valeurs  durables qui reflètent notre longue histoire fonctionnant au nom des causes communes.

En effet, nous célébrons le cinquantième anniversaire des corps de la paix cette année, ainsi, nous honorons les volontaires de corps de paix qui ont œuvré aux côtés  des Camerounais dans les villages et les villes.  Depuis 1962, plus de 3.000 volontaires ont travaillé avec le Cameroun pour aider à améliorer la qualité de vie des individus et des communautés dans tout le pays.

Le reste des Etats-Unis voué à travailler avec le gouvernement du Cameroun dans le renforcement de  la démocratie, la  gouvernance, et l’Etat de droit, nous attendons avec intérêt de voir le peuple du Cameroun exercer leur droit de voter à la fin de cette année dans une élection présidentielle  libre, transparente et crédible.

Comme vous célébrez cette occasion spéciale, sachez que les Etats-Unis se tiennent avec vous.  Nous sommes commis à cette association durable et  à la construction mutuelle d’un avenir  plus paisible et plus prospère pour tous.

*Traduction libre de l’auteur

L’intégralité de la lettre d’Obama

Commémoration de la Fête nationale de la République du Cameroun 

Monsieur le Président,

La commémoration de la Fête nationale de la République du Cameroun, le 20 mai, m’offre l'heureuse occasion de vous adresser, ainsi qu'au peuple camerounais, les vives et chaleureuses félicitations du peuple américain auxquelles je joins les miennes propres.

Notre adhésion commune, aux idéaux démocratiques continuera à renforcer notre amitié et nos liens. Puissent la paix et la prospérité régner sur la République du Cameroun.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, les assurances renouvelées de ma très haute considération.

Maison Blanche

Washington D.C

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE