17/08/2019 22:02:37
Cameroun-Torture des prisonniers politiques : «Prenez vos responsabilités. Ouvrez une enquête.» Me Ntimbane Mbomo écrit au Procureur militaire

Avocat au Barreau de Paris Me Timbane Mbomo est choqué par  les révélations récurrentes de torture  abominable  infligée aux prisonniers politiques  par des gens d'armes travaillant pour le compte du régime  du président Biya (86 ans, 37 années au pouvoir).

TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

                                              Le 1er Vice-président du Mrc Mamadou Mota a été sauvagement torturé                 
Avocat au Barreau de Paris Me Timbane Mbomo est choqué par  les révélations récurrentes de torture  abominable  infligée aux prisonniers politiques  par des gens d'armes travaillant pour le compte du régime  du président Biya (86 ans, 37 années au pouvoir).

Dans une lettre ouverte adressée au Commissaire du gouvernement (Procureur militaire) près le Tribunal militaire de Yaoundé,  l'avocat urge celui-ci d'ouvrir une enquête, « Toute inaction par rapport à ces actes de torture dénoncés » participant alors « à la promotion d'un État d'ensauvagement au Cameroun et dont les règles de justice deviendraient ceux des jungles à savoir la revanche. ».
Une interpellation qui met d'autant plus le procureur militaire dos au mur que celui-ci a devant lui des faits incriminés ressortissant véritablement, pour une fois, de ses compétences, contrairement aux "CRIMES" de marches pacifiques pour lesquelles il a déjà envoyé en prison plus de 800 personnes, si l'on considère qu'en plus des plus de 500 militants politiques encore détenus dans les prisons camerounaises (pour avoir répondu à l'appel de Maurice Kamto de résister à travers des marches pacifiques contre « le vol de sa victoire » à la présidentielle de 2018), environ 300 autres mis avec une incroyable légèreté en détention provisoire ont déjà été libérés depuis les premières arrestations en janvier. Le parquet militaire n'étant pas parvenu jusqu'ici à justifier leur arrestation. Tout comme ils ne parviennent pas à justifier le maintien en détention des 500 autres.    
 
Ci-dessous, la lettre ouverte de Me Ntimbane Mbomo

"Monsieur le Commissaire du gouvernement près le tribunal militaire de Yaoundé.

Des informations récurrentes, des vidéos et autres témoignages de victimes et de leurs proches en circulation sur les réseaux sociaux font état de sévices, tortures et autres brimades dégradantes de personnes interpellées dans les locaux du secrétariat d'État à la défense à Yaoundé.

C'est le cas de Monsieur Mamadou Mota, homme politique ingénieur agronome, marié et père de famille qui s'est présenté il y a quelques jours devant le tribunal de première instance de Yaoundé Ekounou pour répondre plutôt des faits portées contre lui, le bras emplatrê, avec de nombreux autres stigmates de tortures sur son corps.

Il faisait valoir qu'il a été violenté, brutalisé, brimé par des gendarmes en service dans une unité de gendarmerie au SED.

Il s'agit de faits d'une extrême gravité et pour lesquels la justice militaire ne peut rester indifférente.

Les actes de torture sur des hommes quelque soient les fautes commises sont considérés par les conventions, traités ratifiés par le Cameroun, la loi constitutionnelle et le code pénal camerounais comme des traitements inhumains et dégradants. En d'autres termes comme des actes de déshumanisation.

Au-delà delà des douleurs physiques, les actes de tortures ont des conséquences psychologiques néfastes.

L'homme torturé par un autre homme est diminué,. Il se sent humilié dans son être.

Un homme qui vous tape dessus, vous bat, Vous gifle est horrible.

Que dire de l'état d'esprit de la femme ou des enfants d'un père de famille battu, blessé ?

Monsieur le Commissaire du gouvernement, Vous ne pouvez pas garder silence et laisser impuni ces actes de torture décriés

Prenez vos responsabilités. Ouvrez une enquête.

Toute inaction par rapport à ces actes de torture dénoncés participera à la promotion dun État d'ensauvagement au Cameroun et dont les règles de justice deviendraient ceux des jungles à savoir la revanche.

Nous pensons qu'en jouant votre rôle, Vous marquerez de belle manière la construction d'un État de justice et de droit, seul gage de la paix au Cameroun."

Cameroonvoice

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE