30/05/2011 14:19:59
Deauville : le bain źde foule de mer╗ de Ouattara
Le milliardaire Ouattara, depuis le sommet du G8 lance un appel solennel: « Le G8 doit nous aider. Nous besoin de 15 à 20 milliards d'euros sur cinq ans ! »
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Alors que les avocats de Laurent Gbagbo attendaient depuis lundi 23 mai à Korhogo, l'autorisation de  rencontrer leur client, ce n'est que jeudi soir qu'ils ont pu le rencontrer. Grâce à la mobilisation du site d'informations Ivoirebusiness et des milliers d'Ivoiriens qui avaient envoyé spontanément des lettres de soutien  au siège de la Direction,  dénonçant une tentative de meurtre sur la personne du Président, le gouvernement Ouattara a été contraint de faire marche arrière et de "prouver" que le Président Gbagbo était toujours en vie et de le ramener sur place !
 
Maître Habiba Touréa, avocate, a dénoncé le fait qu'elle et ses collègues, arrivés sur place lundi, n'aient pu rencontrer l'ex-chef d'État plus tôt, qu'il ait fallu attendre son audition par le procureur de la République, Simplice Kouadio Koffi.
 
Toujours selon l'avocate, il semble bien que Laurent Gbagbo n'ait été ramené à Korhogo que pour rencontrer le procureur et essayer d'étouffer les rumeurs persistantes et sérieuses, que l'on avait essayé une nouvelle fois d'attenter à sa vie.
 
En effet le bruit a couru que le président Gbagbo refusant d'apposer sa signature sur des documents bancaires, aurait été sérieusement passé à tabac et n'aurait eu la vie sauve que grâce à un médecin qui aurait refusé de le tuer en lui administrant une dose létale de morphine, le tout divulgué par un agent israélien du Mossad !


 
Alors qu'il faisait son entrée dans la cour des grands à Deauville et donnait des interviews, relayées en boucle par les médias français, à la suite de son invitation au G8, Monsieur Ouattara a préféré jouer la carte de l'apaisement en proposant une version démocratique de la nouvelle Côte d'Ivoire, et éviter que les nombreux opposants qui l'avaient accueillis à sa descente d'avion mardi soir ne puissent être trop bruyants, et alerter l'opinion publique française maintenue dans l'ignorance des faits réels!
 
Dans le court extrait de l'interview de Ouattara diffusé sur TV 5 monde, nous avons déjà vu qu'il faisait endosser à Gbagbo toutes les sales besognes de ses troupes et la libération de 6000 prisonniers de droit commun des prisons d'Abidjan ! De même, il prétend que les fameux Libériens recrutés par Gbagbo continuent leurs exactions pour le clan Gbagbo, alors que ceux-ci ont révélé qu'ils avaient été réembauchés par ses soins au moment de la chute de Gbagbo, avec la promesse d'une solde plus élevée qui n'a jamais été honorée.

 

Découverte d'un parking de voitures volées au Deux Plateaux par les FRCI

Comme pour les Dozos et autres mercenaires qui ont été payés en fausse monnaie, ces hommes, sans états d'âme se sont retournés contre les populations civiles et ont commis viols, pillages, meurtres; ils ont tué les exploitants de café et de cacao, pour s'emparer de leurs champs et revendre le fruit du labeur de leurs victimes!
 
Le but de Mr Ouattara, c'est d'évoquer Réconciliation et Justice, afin que l'opinion internationale, matraquée par le slogan croie au changement, au retour progressif de l'ordre et du fonctionnement des institutions!
 
Mais la réalité sur le terrain est toute autre, les exactions continuent, alors même que le président Sarkozy était sur place, pour louer le changement bénéfique de la côte d'ivoire par l'avènement de Ouattara et l'arrivée d'une vraie démocratie, meurtres, vols disparitions continuaient d'être le quotidien des ivoiriens soupçonnés d'affinités avec Gbagbo.
 
Mais dans les faits, le pays croule maintenant sous les dettes de guerre et celles occasionnées par les braquages de banque perpétrés par les forces rebelles FRCI de Ouattara et celles de l'Onuci ! Sommes volées qui bien sur ont été mises au crédit de Gbagbo ! Et le milliardaire Ouattara, depuis le sommet du G8 lance un appel solennel: « Le G8 doit nous aider. Nous besoin de 15 à 20 milliards d'euros sur cinq ans ! »
 
La France de Mr Sarkozy fait le maximum pour consolider le siège présidentiel de son poulain, mais malgré l'omniprésence de l'ambassadeur de France Jean-Marc Simon, et les nombreux coups de téléphone passés entre Mr Sarkozy et le président choisi par la "communauté internationale", ce nouveau régime soutenu à bouts de bras, est incapable de rapidement sortir le pays du marasme économique et humanitaire; si ce n'est verbalement, à coup de dépêches dans les médias francophones!
 
Ces derniers inlassablement, tels des perroquets, nous annoncent la démocratie en route, masquant la réalité du chaos institutionnel et l'absence totale de respect des droits de l'homme, médiatisant à outrance une cérémonie d'investiture à Yamoussoukro, près d'Abidjan mais suffisamment éloignée de cette nécropole qui cache mal ses cadavres et leur puanteur, et des camps de réfugiés ou s'entassent des dizaines de milliers de réfugiés. Pour animer la ville, des bus ont convoyés des Burkinabés et des populations locales, invitées et rémunérées pour jouer les ivoiriens heureux du changement !

Après cette journée à crédit qui a coûté la bagatelle de 21 millions d'Euros soit un million de plus que le G8 réuni à Deauville, il s'avère que de nombreux "figurants" ivoiriens attendent encore la concrétisation de l'accord financier passé avec les nouvelles autorités en place à Yamoussoukro !
 
Dernière nouvelle, le colonel Marc Paitier (PHOTO) a été désigné par l'Élysée pour assister le nouveau président ivoirien Alassane Ouattara,  dans la délicate mission de refonte de l'armée ivoirienne. En clair, c'est un français, ancien assistant de 2005 à 2006 du général Elrick Irastorza, commandant de la force française Licorne en Côte d'Ivoire, qui est devenu officieusement le 18 mai 2011, le nouveau  Chef d'État-major de l'Armée ivoirienne, cette nouvelle armée, constituée de rebelles ivoiriens et étrangers, de sauvages "Dozo", de mercenaires libériens, d'éléments "recyclés" appartenant à l'armée de Gbagbo, moins de la moitié car les  militaires, policiers et leurs cadres ont peur des représailles, et sont pour beaucoup encore dans la clandestinité, cachés dans leur pays ou pour les plus chanceux au Ghana et autres pays frontaliers. En effet, le sort réservé à ceux qui s'étaient rendus avec leurs armes,  rend les réfractaires méfiant, et ils ne se contentent plus de simples promesses sans effet!
 
Croyant avoir affaire à des putschistes civilisés,  ils s'étaient rendus, mais ont vite déchanté  en comprenant que leur sort ne relevait  ni du droit des prisonniers de guerre, ni de la parole donnée par la nouvelle démocratie, et beaucoup, en se rendant, l'ont payé de leur vie !
 
On comprend mieux maintenant l'absence surprenante du président Sarkozy sur la photo de famille prise tout de suite après l'investiture de Ouattara : les vassaux africains entourant l'élu de la communauté internationale, privés de la présence rassurante de leur suzerain ! Il devait certainement  retrouver discrètement le colonel, recueillir ses premières impressions et lui donner les dernières consignes élyséennes avant de rejoindre les français de Côte d'Ivoire pour son discours de Papa Poule, dont la seule préoccupation était de ne pas les mettre ses chers compatriotes en danger, pendant que sauvagement il envoyait la Licorne bombarder le palais présidentiel, tuer des centaines d' ivoiriens dans les dommages collatéraux, en bombardant entre autres, un supermarché et un hôpital, et livrer les autres aux hordes sauvages de son ami de longue date, le très civilisé Alassane Ouattara.
 
En attendant le président Ouattara vient recueillir en France les ovations et la chaleur qu'il ne semble pas recevoir sur place, et l'expert de la commission d'enquête internationale sur les violations des droits de l'Homme, le Soudanais Suliman Baldo, a déclaré hier (28/05), que les crimes et les exactions continuent dans l'ouest de la côte d'ivoire !

Shlomit

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE