31/05/2011 01:17:36
Societé: Une femme s'immole au feu ŕ Bamenda
Scène de concubinage. Nathalie Asobo est actuellement en soin intensif à l’hôpital régional de Bamenda. La scène se déroule au quartier « la chance » à Bamenda, jeudi 26 mai 2011.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

D’après des témoignages concordants, Mlle Nathalie Asobo, employée dans un Etablissement de microfinance de la ville de Yaoundé est mère de deux enfants de pères différents. Elle  vivait en concubinage à Yaoundé avec le sieur Bgekam Ngapou Aliou. Ces deux enfants sont nés avant sa rencontre avec ce dernier. Les deux avaient promis que leurs relations aboutiront au mariage. alheureusement, elle ne parvient pas à concevoir un enfant de Bgekam Ngapou Aliou. Ironie du sort ou simple coïncidence ? 

L’enseignant de formation, est affecté à Bamenda, notamment au lycée de Mbatu. Mlle Nathalie Asobo reste à Yaoundé où elle occupe des fonctions dans un Emf. A Bamenda, Bgekam Ngapou Aliou se trouve une autre amie. Les relations sont très poussées au point où il joint au téléphone Nathalie Asobo à qui il indique son intension à « épouser cette nouvelle trouvaille de Bamenda » ce d’autant que Nathalie ne peut plus enfanter. Néanmoins il permet à cette dernière de lui rendre visite à Bamenda autant qu’elle voudra. Par deux fois déjà apprend-on, Nathalie Asobo a effectué le déplacement de Bamenda pour convaincre Bgekam Ngapou Aliou de renoncer au mariage qu’il projette avec celle rencontré à Bamenda.

Peine perdue. Mercredi 25 mai 2011, Nathalie Asobo voyage nuitamment de Yaoundé pour Bamenda. Elle emporte avec elle un bidon d’essence. Et c’est de bonheur qu’elle rencontre jeudi matin 26 mai son amant Bgekam Ngapou Aliou à domicile pour une troisième tentative de détournement du mariage projeté par ce dernier avec une autre. Les discussions sont rudes et à la limite explosives. Elle  s’empare d’un couteau et tente d’éliminer son amant. Ce dernier réussit à la désarmer. Il sort alerter et raconter ses déboires à son bailleur, un certain Jacques Sagué. Pendant ce temps Nathalie Asobo verrouille la clé, asperge l’essence dans la chambre  et y met le feu. Quand le bailleur et le locataire accourent la flamme a déjà embrasé toute la maison. Constatant que la flamme est ardente, elle a ouvert la porte et s’est jetée au dehors.

Les éléments des services des sapeurs pompiers alertés et le voisinage parviennent à éteindre les flammes. Nathalie Asobo est brûlée au second degré. Transportée à l’hôpital régional de Bamenda, elle est en soins intensif. Elle aurait déclaré renseignent, certains témoignages,  qu’elle a posé cet acte parce « si son amant est ce qu’il est aujourd’hui, c’est elle qui a sponsorisé sa formation d’enseignant et qu’il ne saurait la laisser pour un autre». Amour, quand tu nous tiens !

DS

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE