05/06/2011 01:04:22
Le Premier ministre sénégalais réclame la tête d'Issa Hayatou
"Issa Hayatou ne mérite plus de diriger le football".  Le Premier ministre sénégalais a interpellé le président de la Fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor, à prendre "des mesures"’ pour protester la légitimité d’Issa Hayatou.
APS
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Diverses personnalités sénégalaises, dont le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye qui réclame la tête d’Issa Hayatou, ont exprimé leur indignation de l’arbitrage appliqué aux Lions du Sénégal, samedi à Yaoundé, face aux Lions Indomptables du Cameroun (0-0).

Les Lions du Sénégal ont arraché le nul vierge devant le Cameroun, samedi au Stade Ahmadou Ahijo de Yaoundé, en match comptant pour la 4ème journée des éliminatoires de la CAN 2012.

Le chef du gouvernement sénégalais a demandé samedi le départ du Camerounais Issa Hayatou de la présidence de la Confédération africaine de football (CAF), avant d’engager la Fédération sénégalaise de football (FSF) à protester contre ‘’la prestation désastreuse’’ de l’arbitre angolais Martins de Carvalho Helder.

‘’Issa Hayatou ne mérite plus de diriger le football, il a regardé devant ses yeux et chez lui un scandale, tandis que l’arbitre a donné une image négative de l’arbitrage africain’’, a réagi sur l’antenne ouverte de la radio privée RFM, M. Ndiaye, un homme politique féru de football.

M. Ndiaye a qualifié de ‘’complice de loin’’ de l’arbitre angolais qui s’est illustré dans un parti pris lors de cette rencontre comptant pour la 4ème journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2012).

Le Premier ministre sénégalais a interpellé le président de la Fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor, à prendre ‘’des mesures’’ pour protester la légitimité d’Issa Hayatou. Aussi, M. Ndiaye a-t-il invité la CAF à prendre des mesures à l’encontre de l’arbitre angolais.

A l’instar de l’opinion publique dakaroise qui a accueilli le résultat des Lions avec un concert de klaxons dans le centre-ville de Dakar, d’autres personnalités sénégalaises sont intervenues sur les ondes pour exprimer leur indignation de la prestation de l’arbitre angolais du match Cameroun-Sénégal.

Ancien journaliste à Jeune-Afrique, le Sénégalais Cheikh Yérim Seck s’est dit outré par le comportement et la partialité de l’arbitre Martins de Carvalho Helder dans le pays du président de la CAF, Issa Hayatou.

‘’J’exprime ma sympathie aux Lions du Sénégal et mon indignation sur ce qu’on a vécu et qui ne peut se passer qu’en Afrique. L’arbitre n’a pas joué franc jeu et a montré une mauvaise image de l’Afrique’’, a dit Seck. ‘’Pire, tout s’est passé au Cameroun, le pays du président de la CAF’’, a-t-il déploré.

Le journaliste sénégalais a qualifié le comportement de l’arbitre de ‘’banditisme’’ et invité les dirigeants sportifs sénégalais à protester vigoureusement devant les autorités de la CAF. ‘’De telles images, nous ne les voyons qu’en Afrique’’, a-t-il poursuivi.

De son côté, le musicien sénégalais Youssou Ndour a, pour sa part, indiqué que ‘’l’arbitre a été à la disposition du Cameroun pendant 90 minutes créant une tension au détriment du Sénégal’’. L’artiste a souligné qu’‘’au-delà du penalty, l’arbitre a sifflé plusieurs fautes inutiles’’.

L’arbitre angolais Martins de Carvalho Helder s’est illustré en donnant des cartons à tour de bras. Six sur onze joueurs sénégalais ont été sanctionnés. L’entraîneur du Sénégal, Amara Traoré, a été expulsé pour protestation.

En outre, la qualité déplorable du sifflet a accru l’avantage du Onze camerounais. L’arbitre a même offert un penalty à la 87ème un penalty aux Lions Indomptables. Samuel Eto’o a raté le penalty.

L’arbitre angolais Martins De Carvalho Helder s’était illustré en 2010. Lors de la CAN 2010, il avait été suspendu. Le 16 janvier 2010, il a dirigé une rencontre du groupe C mettant aux prises le Nigeria au Bénin.

Au cours de ce match, de multiples erreurs et surtout, un parti pris inimaginable, sont à mettre à son compte. Ce qui lui avait valu une suspension de la Confédération africaine de football de six mois.

Les Béninois s’en était pris à lui en indiquant que Helder s’était vengé du Bénin, puisque quelques mois auparavant le Bénin avait privé les Palancas Negras d’Angola, d’une participation au Mondial sud-africain.

Depuis sa suspension en pleine Coupe d’Afrique des nations, Martins De Carvalho Helder, la CAF se contentait de le désigner comme quatrième arbitre seulement. Il a manqué l’occasion pour redorer son blason auprès de la commission des arbitres de la CAF.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE