07/06/2011 04:21:58
Dr Jekyll et Mr Hyde
Vols, braquages, racket, expropriations continuent, les hordes sauvages continuent leurs sales besognes, et s'en prennent à tous ceux qui pourraient avoir encore des biens cachés.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Vols, braquages, racket, expropriations continuent, les hordes sauvages continuent leurs sales besognes, et s'en prennent à tous ceux qui pourraient avoir encore des biens cachés : les prêtres (voir ici ), les écrivains, comme Bernard Binlin Dadié, 94 ans, président du CNRD, proche du FCI de Laurent Gbagbo (voir ici).
 
Le 4 juin, le chef du village de Tézié, dans la sous-préfecture Saioua succombe des suites de son passage à tabac par les Frci; Attaques, massacres et "nettoyage ethnique" à Bettié, toujours par les Frci, car cette localité à 55 km d'Adzopé est censée etre un fief Gbagbo ! un jeune garçon Kablaan Kouao kidnapé en pleine nuit par les memes autorité républicaines de ouattara et qui n'a toujours pas été retrouvé, malgré une rançon exigée et obtenue de la vieille mère;  Djédjé Boli Eric, un habitant de l'ethnie bété, toujours emprisonné et torturé dans le 11 ème arrondissement de Williamsville.
 
Paul Degré, directeur financier de l'Enstp (Ecole Nationale Supérieure de Travaux Publics) de Yamoussoukro est décédé à la suite du pillage de son village Galèbre, région de Gagnoa, et de l'incendie de sa maison.
 
Une journée de ‘’cohésion sociale’’ a été organisée, le samedi 4 juin 2011, à l’hôtel Assonvon à Yopougon, à l'initiative du président du Sénat et présidée par le premier ministre Soro, avec la participation d'un imam et d'un prêtre  ‘’Il n’y a plus de fouilles dans les maisons. Cela n’existe plus. C’est strictement interdit’’, a-t-il affirmé avant d’appeler les populations à signaler toute personne se réclamant des Frci et qui s’aventurerait à enfreindre la décision prise. Selon Coulibaly Ousmane dit Ben Laden, ‘’tous ceux qui sont en treillis ne sont pas forcément Frci’’: voila justement le hic, car cette équipe de policiers et militaires sortis du rang des rebelles, mercenaires, dont la solde n'a pas été versée, dozos et ex-prisonniers reconvertis en “serviteurs du peuple”, n'obéissent à personne, et les ivoiriens n'ont plus confiance. "A ceux qui détiennent encore des armes à Yopougon, il a été demandé de les déposer dans l’anonymat", mais beaucoup de personnes désabusées préfèrent  mettre leurs armes à l’abri, loin des maisons, car ils continueront à les fouiller, prétextant la recherche de ces armes pour continuer de piller et d'emporter ce qui peut rester d’objets de valeur! "Ne faites jamais confiance à un terroriste, ils avaient promis de ne plus reprendre les armes, nous connaissons la suite." conseille une personne à la suite de ces déclarations apaisantes du chef frci.
 
Les Ivoiriens, dont la mémoire est tellement pleine de souffrances, ont cet humour à toute épreuve dans la plus dramatique des situations, qui permet de garder la tête hors de l'eau, et de maîtriser la situation, appellent ces pseudo gardiens de l'ordre les “frères Cissé”, car ils sont pour la plupart des gens du nord et du Burkina voisin, et fonctionnent apparemment tous sur le modèle mafieux, en s'adjugeant les biens d'autrui. Cissé est un nom du Nord, et c'est aussi le nom de la branche maternelle de Ouattara qui lui-même dans un discours pour justifier de ses origines ivoirienne nous parle de sa famille : "mon père s'appelait dramane Ouattara et ma mère s'appelle Nabintou Ouattara née Cissé."
 
Les "Frères Cissé", les frci,  c'est la famille de Ouattara, celle qu'on n'est pas censé connaître, car le nom de jeune fille de la mère disparaît au profit de celui de son époux, mais dans le cas de notre Ouattara national, après l'humour des hommes, voila l'humour de Dieu : par-delà la respectabilité du clan familial Ouattara ("mon père est de Kong en Côte d'Ivoire, descendant de l'Empereur Sékou Ouattara, bien connu des historiens de notre pays."), et de l'aïeul célèbre qui confère au “Dr Dramane” ses lettres de noblesse (la partie visible, policée et civilisée de son personnage), il n'arrive pas à dissimuler sa laideur et la laideur de son compagnonnage avec les frci, ces mercenaires dont il a eu besoin pour asseoir son pouvoir et accomplir les sales besognes de l'ombre : la face cachée, inavouable de son identité lui colle à la peau, et l'empêchera toujours de s'ébattre et de s’épanouir sous un soleil plus clément !
 
Shlomit

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE