09/06/2011 04:29:19
Répression: Deux journalistes de Canal 2 International limogés
Guy Zogo et Albert Patrick Eya remerciés par leur patron pour avoir fait des reportages « subversifs » tendant à déstabiliser la paix au Cameroun. Emmanuel Chatue aurait subi les pressions du régime Biya pour prendre cette double décision.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Guy Zogo et Albert Patrick Eya remerciés par leur patron pour avoir fait des reportages « subversifs » tendant à déstabiliser la paix au Cameroun. Emmanuel Chatue aurait subi les pressions du régime Biya pour prendre cette double décision.

Décidément, être reporter au Cameroun devient difficile. L’actualité au sein des médias vient encore de le prouver. Deux confrères, Albert Patrick Eya et Guy Zogo, viennent d’être limogés par leur patron, Emmanuel Chatue, de la chaîne de télévision privée Canal 2 International. La décision est tombée hier, mercredi 8 juin  2011, après une réunion rassemblant une grande partie des employés. Selon nos sources, les deux journalistes ont été licenciés pour avoir produit des articles qui pouvaient déstabiliser la paix au Cameroun.

En ce qui concerne Guy Zogo, sa « chute » vient d’un reportage fait sur les émeutes qui ont suivi le match du Cameroun face au Sénégal le 4 juin à Yaoundé. Le journaliste a posé sa voix sur les images faites par un caméraman et qui montraient des impacts de balles sur un homme décédé au quartier Elig Edzoa. Le reportage est passé lundi soir, au journal de 20 heures. Chose que le Pdg de Canal 2 International, Emmanuel Chatue, n’a pas du tout apprécié.

Le cas d’Albert Patrick Eya est énigmatique. Sa faute c’est d’avoir fait un compte rendu de la conférence de presse d’Abah Aboubakar qui annonçait des manifestations contre le régime en place. Ce compte rendu, monté en février dernier, n’a jamais été diffusé. Mais, le patron a quand même reçu une copie. Albert Patrick Eya, qui revenait d’une suspension, voit ainsi son travail perdu pour une histoire qui remonte à environ cinq mois.

Pression du régime

Albert Patrick Eya était employé à Canal 2 international depuis sa création. Guy Zogo quant à lui y travaillait depuis 2009. Ils auraient été virés à cause des pressions subies par leur patron. Selon plusieurs sources internes à cette entreprise, c’est la présidence de la République , via la délégation générale à la Sûreté nationale (Dgsn), qui aurait demandé leurs têtes. « On a demandé à Canal 2 de prouver que les balles qui avaient tué des gens à Elig Edzoa le week-end dernier avaient été tirées par des policiers », rapporte une source.

Pressé, le propriétaire de Canal 2 International a donc convoqué une réunion au cours de laquelle 14 personnels de l’antenne de Yaoundé étaient conviés, après qu’ils aient été interdits d’accès dans les locaux d’Etoudi mardi 7 juin. Au cours de cette réunion, Emmanuel Chatue a expliqué que les deux confrères limogés ont produit des reportages « subversifs qui ont failli mettre l’Etat du Cameroun en danger ».

Les deux concernés n’ont pas voulu faire de commentaire sur leur limogeage. Tout au moins, ils estiment que la décision de leur désormais ancien patron est on ne peut plus injuste. Autour d’eux, certains de leurs collègues sont convaincus que c’est le Dgsn qui a obtenu leurs têtes. Emmanuel Chatue aurait tout simplement plié sous la pression. Une décision qui n’est pas inédite. On se souvient en effet que cette chaîne de télévision est passée maîtresse dans le « lynchage » de ses journalistes lorsque ses intérêts avec l’Etat sont touchés. Certains sont poussés à la démission, d’autres sont suspendus ou limogés lorsqu’ils produisent des reportages qui n’arrangent pas le gouvernement. Il faut signaler que d’autres journalistes, pas seulement de Canal 2 International, ont déjà perdu leurs postes dans divers médias camerounais pour de pareilles raisons. 

Alain NOAH AWANA 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE