15/06/2011 02:34:40
Cavaye opposé à la nationalisation des postes de Dg
Le président de l’Assemblée nationale a gelé la proposition de loi du député Jean Michel Nintcheu visant à réserver l’exclusivité de direction des entreprises dit de souveraineté à des Camerounais.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le président de l’Assemblée nationale a gelé la proposition de loi du député Jean Michel Nintcheu visant à réserver l’exclusivité de direction des entreprises dit de souveraineté à des Camerounais.

On le sait désormais très regardant sur la gestion du portefeuille des entreprises publiques et parapubliques avec sa sortie vigoureuse contre le management de la filière du développement de la culture du coton. Mais le Social democratic front (Sdf) s’étonne que le président de l’Assemblée (Pan) refuse manifestement d’inscrire à l’ordre des travaux de l’auguste chambre la proposition qu’il a faite via le député Jean Michel Nintcheu, à l’effet de « camerouniser » les postes de directeurs généraux d’entreprises à capitaux publics. Alors que le texte a été déposé depuis un an.

Dans les rangs des députés de ce parti, on l’assimile à la volonté de garder les yeux fermés sur une pratique qui n’existe pas dans des pays développés ou au manque d’initiative qui sclérose le parlement camerounais toujours à l’attente d’un signal de l’exécutif à qui il a abandonné l’initiative des lois.

Mais, pour le cas de la proposition de loi introduite par Jean Michel Nintcheu, de nombreux députés issus des rangs du Rdpc ayant requis l’anonymat regrettent que le Pan n’ait pas encore transmis ladite proposition de loi à la conférence des présidents, juge de la recevabilité des projets de textes de loi. Pourtant notent –ils, le Pan aurait pu mettre sur la table ce texte qui confirmerait l’intérêt qu’il porte sur le management des entreprises camerounaises comme il l’a fait avec la Sodecoton le 6 juin 2011 au cours de la plénière d’ouverture de la session qui se tient en ce moment. 

Règlements

Quant à l’initiateur du texte, il stigmatise l’arrogance du président de la chambre basse du parlement camerounais qui, poussé par un égo personnel, a décidé de manière cavalière de transgresser les règlements. Car, depuis au moins la session de mars 2011, le Pan aurait dû transmettre le texte aux députés. Aussi, dans un courrier adressé à Cavaye Yéguié Djibril, le député du Wouri-Est indique-t-il que  « lorsqu’à l’issue de deux sessions ordinaires une proposition de loi n’a pas été examinée, celle-ci est de plein droit examinée au cours de la session suivante ». Interpellant ainsi le président de la chambre sur la nécessité d’ouvrir au moins sur la question.

 Il est rejoint dans cette idée par de nombreux députés rencontrés hier au palais des verres de Ngoa-Ekellé. C’est le cas de Madame Ndam Njoya qui regrette qu’assez souvent, le bureau de l’Assemblée saborde les textes déposés par les partis de l’opposition, se contentant de laisser prospérer des projets du gouvernement. Elle cite le cas de la dernière proposition portant sur la procédure de contestation des chefs traditionnels qui avait longtemps traîné dans les tiroirs du Pan.

Comme elle, certains députés venant des rangs du Rdpc constatent que  « plusieurs entreprises stratégiques sont dirigées par des non nationaux : Camrail, Socapalm, Hevecam, Campost, Camair-co, Cimencam, Orange Cameroun, Mtn Cameroun, Chanas Assurances, Sgbc, Bicec, Scb-Crédit agricole etc. ». A ces sociétés Jean Marie Nintcheu ajoute de grands chantiers miniers et portuaires sont annoncés au cours des prochaines années comme le barrage de Lom Pangar, le port en eau profonde de Kribi, le barrage de Memve’ele, la centrale à gaz de Kribi, le gisement de fer de Mbalam, la construction de la mine de cobalt, nickel et manganèse de Nkamouna, le gisement diamantifère de Mobilong doivent être régis par une loi de la même nature qui confierait l’exclusivité de leur management à des nationaux.

Rodrigue N. Tongue 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE