18/06/2011 15:37:43
Violents affrontements entre forces pro-Ouattara Abidjan
Le chaos que les hommes du couple Ouattara/soro avaient soigneusement organisé pour donner du fil à retordre aux forces de l’ordre du président Gbagbo, les rattrape.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Ce samedi 18 juin, une dépêche de l’AFP relate en des termes  imprécis, un événement que vient de vivre les habitants de yopougon un quartier d’Abidjan. La dépêche reprend en effet les termes du communiqué officiel lu par le capitaine Alla Kouakou Léon, porte-parole du ministre de la défense. Le communiqué parle de «groupe armé» et d’«ennemi» d’un côté et FRCI de l’autre. L’opinion publique se trouve largement désinformée par la généricité et l’imprécision de ces termes choisis.

http://news.abidjan.net/h/401942.html

Cependant, les évènements que relate cette dépêche sont symptomatiques du désordre sécuritaire et de la confusion qui règnent actuellement à Abidjan. En effet, ce vendredi 17 juin 2011, aux environs de midi des tirs nourris à l’arme lourde, ont été entendus du côté de la base navale de Locodjro dans le quartier de yopougon. Ce que le communiqué officiel n’a pas voulu avouer est qu’il s’agit en fait d’affrontements entre forces pro-ouattara. Le communiqué publié par le capitaine Alla Kouakou Léon, dit en substance que la rixe a fait, ‘’côté ennemi’’ un mort, 1 blessé et 5 personnes arrêtées.

Il ajoute ensuite en parlant du groupe désigné comme « ennemi » que ce sont des combattants se réclamant d’un certain Lieutenant Yéo Doh, qui ayant participé à la campagne militaire pour mettre fin à la crise postélectorale, se sont ensuite rendus coupables d’exactions au « 40 Logements » du Plateau et de nombreux actes de racket à des barrages qu’ils avaient érigés à travers les quartiers de la commune d’Adjamé. Toujours selon le capitaine Alla , certains des combattants de Yéo Doh avaient été arrêtés et incarcérés à la base navale de Locodjro. Et ce serait donc en réaction à l’arrestation de ses hommes, que Yéo Doh aurait constitué ce groupe armé qui a pris d’assaut la base navale de Locodjro, ce vendredi matin, en vue de les libérer.

Les hommes de Yeo Doh sont donc bien connus comme ayant combattu pour M Ouattara et font donc bel et bien partie de son armée.

En gros, le chaos que les hommes du couple Ouattara/soro avaient soigneusement organisé pour donner du fil à retordre aux forces de l’ordre du président Gbagbo, les rattrape. D’un côté les combattants de M Ouattara avaient saccagé les commissariats de police (la plupart étant non fonctionnel à ce jour) d’un autre côté, des armes avaient été données à n’importe qui. Aujourd’hui ces hommes parmi lesquels se trouvent de nombreux bandits libérés sans jugement, se servent des armes de guerre pour «racketter» la population, voler, braquer et tuer selon leur propre justice. En effet, pour beaucoup d’entre eux il n’est pas sûr qu’ils reçoivent l’argent qu’on leur avait promis. Les armes qui leur ont été données constituent donc leur ultime garantie de remboursement et leur moyen de vivre

On peut penser que ce premier accrochage entre combattants pro-Ouattara ne sera certainement pas le dernier. L’enjeu sécuritaire est capital pour le couple Ouattara/soro qui se doit de donner rapidement des gages aux potentiels investisseurs en Côte d’ivoire. Outre ces évènements des témoins avaient déjà rapporté une chasse-à-l’homme organisée par les soldats de la force licorne notamment dans le but de reprendre à certains combattants pro-Ouattara, les armes qui sont en leur possession. Organiser le chaos a été bien facile mais rétablir la sécurité dans les rues l’est moins pour le couple Ouattara/Soro.

Robert Picault

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE