23/06/2011 02:32:27
2011: 200 artsites camerounais supplient Paul Biya d'Ítre candidat
Drôle d'histoire...
Camerpress
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C’est un couple présidentiel du Cameroun décontracté et arborant le sourire des jours tranquilles qui a reçu hier, mardi 21 juin à l’occasion de la Fête de la musique, une délégation de musiciens conduite par Roméo Dika, représentant le syndicat des artistes musiciens du Cameroun et Odile Ngaska, présidente fraîchement réélue à la tête de la Socam. Vêtus d’un ensemble bleu nuit pour monsieur et un tailleur doré pour madame, le couple Biya s’est fait le devoir de saluer, individuellement les 189 artistes et leurs danseurs qui assistaient ainsi à un évènement exceptionnel. La preuve Dina Bell, l’un des doyens présents à cette cérémonie n’a pas manqué, peut être sous le coup de l’émotion, de claironner «c’est notre 20 Mai aujourd’hui», comme pour dire l’importance qu’il accordait à cet instant.

Pour ces artistes qui ont parcouru en file indienne la distance entre le grand portail d’entrée de la résidence présidentielle de Mvomeka’a, au hall de réception, l’objectif de cette rencontre était clair : appeler le président de la République à présenter sa candidature à la présidentielle d’octobre prochain. Bien que ce soit la doyenne de la musique camerounaise, Anne-Marie Nzié qui a ouvert la marche, c’est au musicien Nkotti François qu’a incombé la responsabilité de lire la «motion de soutien» rédigée par ses pairs. En l’absence du président de la république qui, quelques instants plus tôt, les avait laissé en compagnie de son épouse, Chantal.

Malgré cette absence, Nkotti François n’y est pas allé par quatre chemins pour louer l’oeuvre de M. Biya et dire la détermination des musiciens camerounais présents à cette cérémonie, à soutenir le président de la République afin d’éviter aux Camerounais de vivre les évènements malheureux qu’a vécu le peuple ivoirien. K-Tino, bien qu’arrivée en retard à cette cérémonie, a tenu à dire son mot: «c’est un nouveau départ pour nous; nous évoluons en dix camps, à partir de ce jour, nous allons tous regarder dans la même direction», a-t-elle dit.
Et alors que des personnes présentes sur le site raillaient l’initiative de ces artistes, Ottou Marcellin, sanglé dans un costume noir porté sur un polo à col roulé bleu nuit, a dit ses certitude : «De quel droit s’en mêlent-ils, ceux qui trouvent inutile cette action ? C’est une action essentiellement civile d’un citoyen. Cela n’a rien à voir avec ma vie d’artiste. Je ne suis pas un homme politique, mais j’ai fait le tour des pays en guerre et personne n’aimerait vivre cela. [...]. Je soutiens le président de la République car, si nous n’avions pas eu 30 ans de paix, je n’aurais pas eu 30 ans de carrière musicale. Je demande aux personnes qui jugent déplacée cette action d’aller dans un pays en guerre et on verra s’ils le diront encore».

Face à ce déferlement d’éloges et à ces artistes heureux de savourer les douceurs qui leur ont été apprêtées, notamment ce gigantesque gâteau à la crème offert par son épouse et lui, Paul Biya les a appelés à une prise de conscience et à une bonne moralité pour protéger les bonnes moeurs dans leurs textes. Un message que ces derniers, gloussant de plaisir, ont juré d’avoir compris.

C’est donc repus et sous l’oeil ravi du gouverneur de la région du Sud, Jules Marcellin Ndjaga, arrivé quelques instants plus tôt qu’à 18h50, les musiciens se sont dirigés vers le Complexe commercial de Meyomessala où a été apprêté un podium spécial sur lequel ils se sont relayés jusqu’au petit matin.

Note: le chapeau est de la rédaction de cameroonvoice

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE