28/06/2011 04:49:18
Les Etats Unis veulent des personnalitÚs neutres Ó Elecam
Le sous-secrétaire d’Etat américain a signifié au président de la République et au Premier ministre, le vœu de l’administration Obama de voir une élection présidentielle crédible avant la fin de l’année à travers un organe vraiment indépendant.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L’échange entre l’émissaire américain et le chef de l’Etat camerounais constitue sans doute le clou de sa visite à Yaoundé. Reçu en  audience lundi 27 juin 2011 vers 13 heures au palais de l’Unité, Johnnie Carson a selon une déclaration qu’il a faite à la presse au sortir de l’entrevue, entretenu le président de la République sur des questions essentiellement  économiques de façon générale et politiques aussi. Il a également noté l’excellence des relations entre le Cameroun et les Etats-Unis. Toutefois, des indiscrétions  glamées par Le Messager font état d’un accent particulier mis sur l’organisation de la présidentielle prévue en fin d’année, mais aussi des élections couplées législatives et municipales en 2012. Sur ce, il a invité le président Biya à tenir en compte, l’avis des partis politiques de l’opposition et celui de la société civile dans leur préparation et d’éviter de censurer  les débats sur tous les sujets d’actualité qui interpellent les citoyens avant cette échéance.

C’est le même discours qu’a tenu le sous-secrétaire d’Etat en charge des affaires africaines au Premier ministre quelques heures avant sa rencontre avec Paul Biya. M. Carson a indiqué à Yang Philémon qu’il était nécessaire d’organiser un scrutin équitable, où tous les candidats sont logés à la même enseigne, et surtout de doter Elecam de personnalités neutres qui garantirait en l’absence de crise postélectorale.

C’est d’ailleurs le sujet qui a meublé la rencontre du cadre du département d’Etat avec des leaders de partis politiques tels, Elisabeth Tamajong, secrétaire générale du Sdf ; Edith Kah Walla, présidente du Cpp et ceux de la société à l’instar de Hilaire Kamga, un peu plus tard dans l’après midi d’hier. L’émissaire d’Hilary Clinton leur a indiqué que le plus urgent était l’organisation d’élections transparentes au Cameroun avec un organe véritablement  indépendant. Il a également signalé en direction de ses hôtes qui ne font pas partie de l’appareil gouvernemental, qu’ils étaient considérés comme des interlocuteurs sérieux au même titre que le gouvernement. Car, l’Amérique privilégie la relation entre les nations et non seulement entre les gouvernements.

Pied-de-nez: Paul Biya reçoit un émissaire de Kadhafi

Simple coïncidence de calendrier ? Beaucoup en doutent, qui veulent y voir un message caché. Après son  entrevue avec Johnnie Carson, le « Lion » d’Etoudi a reçu en audience M. Joma Ibrahim Amer, ministre libyen des Affaires de l’Union africaine, envoyé spécial de Kadhafi. L’info, abondamment relayée par les médias à capitaux publics, n’est pas anodine. La visite de l’émissaire libyen sonne comme un pied-de-nez de Paul Biya en direction des Usa et des forces coalisées qui ont juré la chute du régime de Kadhafi.

« Je lui ai [à Paul Biya] présenté la réalité des événements qui se déroulent en Libye depuis le 17 février dernier. Je lui ai présenté des documents qui retracent la réalité de ce qui s’est passé et des développements qui ont suivi. J’ai mis l’accent sur les bombardements des pays de l’Otan qui visent des objectifs civils. Des maisons ont été détruites et des centaines de personnes tuées à Tripoli, à Surman, à Brega et ailleurs ; des universités entières ont été détruites par ces bombardements. Nous pouvons estimer les sorties d’avoins entre 11 000 et 12 000 pour 5 000 raids », a expliqué le ministre libyen à son hôte. A quelques jours du sommet de l’Union africaine, la Libye est à la recherche de soutiens. « La solution africaine qui sera adoptée au cours de cette conférence va mettre l’accent sur la nécessité de respecter la feuille de route de l’Union africaine » a poursuivi M. Joma Ibrahim. Pressé par les puissances occidentales, Paul Biya compte-t-il utiliser son éventuel soutien à Kadhafi comme monnaie d’échange ? Rien n’est moins sûr. La position du Cameroun, dans ce dossier, donnera une indication précise à cet effet.

Focal: Déclaration de l’ambassade des Etats-Unis à Yaoundé

« Le Sous-secrétaire Carson a eu des échanges avec les officiels du gouvernement camerounais au sujet de l’engagement continu des États-Unis à renforcer la démocratie et la gouvernance, à soutenir le développement économique et à faire avancer la paix et la sécurité dans la région. Johnnie Carson a parlé de l’engagement des États-Unis à promouvoir la démocratie et à protéger les droits de l'homme dans le monde entier. Il a en outre encouragé le gouvernement du Cameroun à prendre toutes les mesures  nécessaires, afin que les élections présidentielles de 2011 et les élections législatives et municipales de 2012 soient libres, justes, ouvertes et transparentes. Le sous-secrétaire  Carson a par ailleurs invité le gouvernement camerounais à veiller à ce que les autorités gouvernementales permettent aux citoyens de participer aux débats publics sur tous les sujets d'intérêt aux électeurs. Il a dit que de tels débats sont de pré-requis nécessaires à des élections libres, et que toute intimidation sur des candidats et des leaders de la société civile par des autorités gouvernementales dans la perspective des élections sera perçue par la communauté internationale comme ayant un impact négatif sur la crédibilité du processus électoral.

Le sous-secrétaire Carson a également dit aux membres du gouvernement que nous continuons à soutenir la participation et l'engagement de la société civile dans le processus électoral. Pendant sa visite, Johnnie Carson a également rencontré les dirigeants de plusieurs sociétés américaines qui font des affaires au Cameroun, et il a pris part à une réunion à l'ambassade des États-Unis avec les leaders de la société civile. Comme c’est souvent le cas lors de ses visites dans les pays africains, le sous-secrétaire Carson a rencontré des membres des partis de l’opposition.  Il a encouragé les responsables de la société civile à continuer à s’engager activement dans le processus électoral. Il a également eu un échange avec les employés de l’ambassade  des États-Unis dont plus de 200 sont Camerounais. »

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE