28/06/2011 04:58:14
Présidentielle 2011: Ndam Njoya annonce la candidature unique de l'opposition
Le président de l’Union démocratique du Cameroun prend par ailleurs l’opinion à témoin sur le rôle trouble de certains acteurs politiques nationaux, dans la réussite de ce type de projet.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

«Au sortir du mois d’octobre, le Cameroun doit avoir une nouvelle physionomie : celle-là républicaine, démocratique où s’affirme la culture des germes de l’éthique citoyenne» En clair, le président national de l’Union démocratique du Cameroun (Udc), lors de la conférence de presse donnée à Douala le 27 juin 2011 annonce la mobilisation de son parti ainsi que de nombreuses autres formations de l’opposition pour la présentation d’un candidat unique de l’opposition lors de l’élection présidentielle qui devrait se tenir au mois d’octobre prochain. Adamou Ndam Njoya précise par ailleurs que «ce qui veut dire que nous nous organisons pour atteindre les objectifs de l’alternance démocratique et pacifique et de l’inscription du Cameroun dans la voie sans retour du progrès républicain et démocratique».

Selon le président de l’Union démocratique du Cameroun, «l’Equipe démocratique républicaine» nom de baptême de cette nouvelle dynamique de l’opposition entend rassembler des acteurs «profondément engagés et non des hommes et des femmes d’occasions, de passage, qui se réveillent au moment des élections et s’endorment après.» Toutefois, le président de l’Udc ne perd pas de vue les expériences antérieures. Des raisons pour Adamou Ndam Njoya de prendre l’opinion à témoins. Parce ce que selon lui, «l’expérience nous a démontré par le passé que certains sont venu distraire les initiatives de l’opposition   et les aspirations du peuple camerounais au lieu de construire.»

Difficile de savoir à l’instant, les acteurs de cet autre regroupement de l’opposition. Des précisions qui pourraient être faites à l’issue de la réunion du bureau politique de ce parti. Néanmoins, le chef de file de l’Udc précise que les jeunes occupent une place de choix dans la structuration et les programmes de l’Equipe démocratique républicaine. Autres précisions apportées par Adamou Ndam Njoya, des mesures sont prises pour que la défection d’un membre de cette dynamique ne devrait pas impacter sur la continuité de ses activités. Une disposition qui, à en croire le président de l’Udc résulte du constat selon lequel, «certaines personnes viennent en politique pour leurs intérêts personnels ce que nous ne pouvons plus admettre.»

Si l’Udc, admet volontiers la préservation de la paix comme un facteur de développement, il reste que le vice président de cette formation politique indique que le discours prôné par les tenants du pouvoirs dépend de leur bon vouloir. A en croire Sam Mbaka, «le problème de la paix dont parle le Rdpc dépend de sa capacité à apporter des solutions aux problèmes que vivent les camerounais au quotidien.» Une question qui appelle, selon cette source, à la prise en charge des résolutions de la tripartite. Des raisons pour le vice président de l’Union démocratique du Cameroun de préciser que, «nous voulons la paix, nous oeuvrons pour la paix : la balle est dans le camp des détenteurs du pouvoir.» Une assertion soutenue par le président national de l’Udc qui pense néanmoins que, «le désordre peut arriver, mais nous ne souhaitons pas que ça arrive.»

Quoique réservé sur la question, le président de l’Udc laisse entendre que les Camerounais devraient attendre de la présente session de l’Assemblée nationale. Une session consacrée aux projets de lois relatifs à des ratifications. «Il n y a pas de projets de lois qui organisent la vie des camerounais.»  En outre, le président de l’Udc décline toute participation de son parti au débat portant sur l’éligibilité ou non du chef de l’Etat sortant et candidat naturel du Rdpc, Paul Biya.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE