30/06/2011 00:17:48
Libye: L'OTAN détruit des installations civiles pour "taire" Thierry Meyssan
L'OTAN détruit des installations civiles pour empêcher Thierry Meyssan de s'adresser au peuple libyen.
Réseau Voltaire
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille
Thierry Meyssan - Président du réseau de presse non alignée


« L'Appel de la Patrie » est la principale émission politique de la télévision nationale libyenne depuis la début de la guerre. Elle est diffusée presque chaque jour et animée par Youssef Shakir, un journaliste réputé qui a, par le passé, lutté contre le colonel Kadhafi et qui aujourd'hui défend l'unité nationale face à l'agression étrangère.

L'émission est réalisée en direct depuis les sous-sols de l'hôtel Raixos qui abrite la presse internationale, de sorte que l'OTAN n'ose pas bombarder le studio.

Un groupe d'enquêteurs du Réseau Voltaire est actuellement en Libye. Thierry Meyssan, président du réseau de presse non alignée, était l'invité spécial de ce programme, le 27 juin 2011.

Cependant, une minute avant le début du programme, l'OTAN a lancé un missile ciblé sur le relais hertzien de manière à empêcher la diffusion de l'émission. L'explosion a eu lieu à proximité de la place Bab Al-Azizia où des manifestants anti-OTAN campent depuis le début du conflit. Les ingénieurs libyens sont parvenus à bricoler une autre antenne relais et le programme a pu commencer avec une heure et demie de retard. Il a fait l'objet de rediffusions. Il sera prochainement visible sur internet.

La destruction intentionnelle d'installations civiles est un crime international. Selon l'Alliance, ce très coûteux bombardement high-tech ne visait pas une antenne relais, mais un « mirador  ».

Il y a quatre ans, les États-Unis ont déclaré que Thierry Meyssan était une menace contre leur sécurité nationale et, en vertu de l'article 5 du Traité, ont demandé à leurs alliés de l'OTAN de le « neutraliser  ». Il a depuis fait l'objet d'une tentative d'enlèvement et de plusieurs tentatives d'assassinat sans qu'il soit possible d'identifier les commanditaires avec certitude.

On ignore si le missile utilisé pour empêcher vainement l'intellectuel révolutionnaire de s'adresser au peuple libyen a été tiré par l'armée française ou par une autre composante de la Coalition des volontaires.

*Titre de Cameroonvoice

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE