04/07/2011 03:23:01
Obiang N'Guema sur la crise ivoirienne : «Les décisions de janvier n'ont jamais été appliquées»
l'UA n'est « l'appendice d'aucune autre organisation » faisant allusion à l'Union Européenne et l'ONU qui sont les organisations les plus enclin à s'immiscer dans les problèmes internes africains et très souvent au détriment et sans l'accord de l'UA.
Notre-Voie
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le président équato-guinéen, Obiang N'Guema a dénoncé hier ( vendredi 01 juillet à la cérémonie d'ouverture du 17ème sommet de l'Union Africaine (UA) à Malabo, la capitale de son pays la Guinée la non application des décisions de mars sur la résolution de la crise ivoirienne. « Les décisions qui ont été arrêtées lors du sommet de janvier n'ont pas été appliquées et sont restées lettre morte avec les conséquences que nous connaissons », a-t-il soutenu en présence de Alassane Ouattara (qui a fait le déplacement) qui a bénéficié de la non application de ces décisions grâce à un soutien hyper actif de la France, des Etats-Unis et de l'ONU qui l'ont imposé au pouvoir par les armes en enlevant le président Laurent Gbagbo par coup d'état. Justement, la question de l'ingérence des occidentaux dans les affaires intérieures des pays africains a occupé une bonne place dans le discours du président Obiang qui est par ailleurs le président en exercice de l'UA. Il a en effet, martelé que « l'UA est contre les ingérences dans les affaires intérieures de ses Etats membres. »

Devant ses homologues chefs de l'Etat, le président Obiang n'a pas donné dans la langue de bois pour dénoncer les ingérences des pays occidentaux dans les affaires intérieures des pays africains très souvent avec la complicité de certains de ces pays. Il a tenu a rappeler dans son allocution que l'UA n'est « l'appendice d'aucune autre organisation » faisant allusion à l'Union Européenne et l'ONU qui sont les organisations les plus enclin à s'immiscer dans les problèmes internes africains et très souvent au détriment et sans l'accord de l'UA. « L'UA ne demande pas à intervenir dans les conflits en Europe, en Asie et en Amérique. Qu'on laisse donc l'Afrique régler ses problèmes », a souligné le président en exercice de l'UA qui a ajouté que « l'Afrique n'est pas un continent à coloniser. L'époque du colon est terminée. » Et que « nous devons assumer notre souveraineté, notre indépendance et notre dignité. » Pour lui, dans le cadre du règlement des conflits sur le continent africain, « l'UA n'a jamais prôné la guerre avec ses conséquences que nous savons.» Il a appelé l'UA a prendre « sa propre autonomie en finançant elle-même ses institutions. » Selon lui, les ressources propres des pays africains doivent revenir au peuple africains et non être exploitées par les puissances étrangères. Pour lui, la seule relation qui vaille la peine d'être nouée avec les occidentaux, c'est un partenariat « gagnant-gagnant ».

Coulibaly Zié Oumar

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE