04/07/2011 16:50:51
Françafrique: les «bêtes sauvages» d'Afrique noire ne voteront jamais librement
La vieille droite française s'avère visiblement incapable d'adapter son logiciel africain au printemps arabe...Car pour nombre de ses cadres, il semble encore acquis que la démocraties est "un luxe pour les nègres d'Afrique".
nousbouger@nouvelobs
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Exercice ô combien périlleux, que celui dont s'est livré le ministre français de la coopération Henri de Raincourt, dans un entretien accordé au journal camerounais "le Jour" Lundi 04 Juillet 2012.

En effet comment convaincre le peuple camerounais sous la botte d'un tyran octogénaire depuis 30 ans, qu'il ne serait toujours pas assez majeur pour une alternance démocratique (50 années après son 'indépendance factice)?...Car tout bien pensé, l'Homme camerounais grâce à Paul BIYA serait mieux logé que son homologue de Libye sous Mouammar Kadhafi, de Côte d'Ivoire sous Laurent Gbagbo, ou du Zimbabwé sous Robert Mugabé.

La vieille droite française s'avère visiblement incapable d'adapter son logiciel africain au printemps arabe...Car pour nombre de ses cadres, il semble encore acquis que la démocraties est "un luxe pour les nègres d'Afrique".

Aussi les Ben Ali, Hosni Moubarak, voire Mouammar Kadhafi... peuvent être évincés, y compris avec l'aide les forces de l'OTAN, appuyées par la France et la Grande Bretagne. Cela ne changera fondamentalement rien au déterminisme politique de la droite française sous les tropiques africaines. Pour Paris le "bon président " en Afrique équatoriale française est un "Père de la Nation" inamovible, qui doit naturellement mourir de sa belle mort sur le trône, veillé à tour de rôle par des émissaires de l'Elysée...

- Le Général Gnassingbé Eyadéma du Togo peut ainsi mourir après 38 années de règne et immédiatement remplacé par son fils Faure Gnassingbé Eyadema dans une parodie de transition démocratique;

- Omar BONGO du Gabon peut mourir après 41 ans de règne, et immédiatement remplacé par son fils Ali BEN; dans un simulacre d'élection;

- et Paul BIYA peut indéfiniment se maintenir au pouvoir par la fraude électorale et la répression policière systématiques depuis 30 ans; jusqu'à sa mort (pour peu qu'il soit parmi les mortels!);

De toutes les manières et par toutes les voies (diplomatiques, militaires, contrat de développement et de désendettement), la France officielle veillera toujours à ce que les "bêtes sauvages" d'Afrique noire ne puissent jamais voter librement.

Hélàs!

Joël Didier Engo

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE