08/07/2011 03:09:41
Les Wade Père et fils entre le pathétique et le ridicule
"...au Secours France" ! Honte, à tous ces dirigeant africains, pour garder le pouvoir, ils n’hésitent jamais un seul instant à faire appel à la france, pour le sale boulot et verser le sang de leurs innocents citoyens
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Contexte :

Le jeudi 27 juin 2011, pendant que se déroulaient à Dakar les événements contre les coupures intempestives d’électricités,   Monsieur Karim Wade, fils du président Abdoulaye Wade  a appelé, Monsieur Robert Bourgi, en autre, Conseiller du Président Sarkozy pour les questions africaines, il était 3 heures moins 20 du matin, heure française, en disant à ce dernier :

"Tonton voilà, Dakar et le Sénégal sont dans une situation quasi insurrectionnelle" ;

"Les immeubles administratifs brûlent et ça brûle de tous les cotés. Des milliers de manifestants ont  saccagé et brûlé des villas de trois ministres et mis des gens dehors. Tout va très mal et on ne sait jamais. Des intérêts français peuvent être touchés".

Il rajoute

"Tu peux éventuellement alerter nos amis, tes amis".

Monsieur "fils"  qui tient dans le gouvernement de " papa chéri"   la fonction de "super" ministre d'État, ministre de la Coopération internationale, de l'Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures, à la moindre étincelle dans le pays qu’il aspire à gouverner, il ne trouve rien de mieux que de demander à la France de lui envoyer sa cavalerie lourde pour mater les populations.

On sait combien, la France excelle dans le maintient de l’ordre, ce n’est plus un secret. En effet, depuis la révolution de Tunisie où là, Madame Michèle Alliot-Marie, ancienne ministre des Affaires étrangères avait vantée le "savoir-faire" des forces de l'ordre Française.

Et toc, la phrase magique : "Des intérêts français peuvent être touchés".

Honte, à tous ces dirigeant africains, pour garder le pouvoir, ils n’hésitent jamais un seul instant à faire appel à la france, pour le sale boulot et verser le sang de leurs innocents citoyens, après tout, pourquoi le "prince héritier du Sénégal" penserait ou agirait autrement, il n’y a pas de raison. Il y a des précédents, en y regardant de près, le Fils de Monsieur le président qualifié  naguère d' "éclairé" n’a pas tord ;

Il a vu les agissements de la France en cote d’ivoire, avec un pouvoir  offert sur un plateau d’or à Monsieur Ouattara, grâce au passe-passe de la France avec l’ONU ;

Il a vu comment, la France avec son constitutionnaliste au Togo ont enfumés le peuple Togolais, malgré les centaines de morts ;

Il a vu au Gabon, comment la France a su bien manœuvré pour conserve sa mainmise.

Alors, le petit bougre a dont déduit, que l’ami Sarkozy  garant des intérêts de la France ne verrait  aucun inconvénient à venir écraser toute velléité venant du peuple sénégalais.

Pauvre Afrique et pauvre Sénégal en particulier, voilà, un homme qui avait bénéficié de l’élan de tout un peuple pour accéder démocratiquement pouvoir, des années après, atteint par la maladie des dirigeants d’Afrique francophone en particulier, qui croient qu’une fois au pouvoir, à l’instar de Monsieur Bokassa 1er, c’est la volonté de Dieu et que désormais, ce pouvoir doit rester entre leurs mains et après eux à leurs héritiers.

Monsieur Wade et son fils croient que le peuple sénégalais, à l’exemple des peuples du Togo ou encore du Gabon  se laissera aussi berner, que la France continuera à garantir "Ad vitam aeternam " cette aberration qui consiste à faire "fi", de la volonté d’un peuple au changement, en laissant ou en plaçant à sa tête des gens dont il ne veut plus.

Faut t-il rire ou en pleurer des Wade père et fils ? Espérons simplement que les ambitions du père et du fils finiront en fiasco, pour le grand bonheur du peuple Sénégalais.

Maintenant concernant la France, voilà encore un exemple patent, qui fait qu'aujourd’hui, les rues africaines et la France sont en divorces. La France doit rectifier son positionnement sinon, elle ira droit au mur, car, pourquoi le fils Wade a appelé Monsieur Bourgi, le message que semble avoir compris est le suivant :

"si vous servez ou si vous vous engagez en faveur des intérêts de la France, en retour vous pouvez tout vous permettre, vous asseoir sur la constitution de votre pays, emprisonner, empêcher tout expression libre et démocratique, affamer votre peuple si çà vous chante. Nous la France, nous vous protègerons et nous garantissons la pérennité de votre  pouvoir" Les Wade ont agi en conformité à cette lecture.

Les seuls perdants dans ce marché empreint de cynisme, ce sont ces nombreux Français installés en Afrique,  qui aiment  ce continent et ces pays, en utilisant leur présence comme bouclier et alibi, via la fameuse protection des expatriés dans les zones de conflits, le message oblige et amène chacun à considérer ces immigrés français comme des potentiels complices des agissement des dictateurs et des potentats en place, au nom des intérêts supérieurs de la France.

Il est à craindre à long terme que ce message soit plus que néfaste  à la France et à ces hommes et femmes qui sont en Afrique pour vivre, travailler, aider, accompagner et soulager les populations. Et le message de la France dirigeante change globalement le regard que les africains ordinaires ont sur eux.

A.M. Dworaczek-Bendome
http://www.dworaczek-bendome.org/

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE