08/07/2011 15:09:58
Mangou et Kassaraté : la "prophétie" de Gbagbo se réalise
Telle une prophétie, le président Gbagbo avait lâché la phrase à l’endroit des patrons de l'armée, le 7 août 2010 : «Si moi, je tombe, vous (les généraux de l'Armée, Ndlr) tombez aussi.
Le Nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille
Le GAL Philippe Mangou avec le Président Laurent Gbagbo, le 7 août 2010, pour le cinquantième anniversaire de l'indépendance. © AFP

 

Telle une prophétie, le président Gbagbo avait lâché la phrase à l'endroit des patrons de l'armée, le 7 août 2010 : «Si moi, je tombe, vous (les généraux de l'Armée, Ndlr) tombez aussi. (…) C'est comme un édifice qui a plusieurs poteaux. Si tu le fais tomber, tes poteaux tomberont aussi». Il ne croyait pas si bien dire. Onze mois plus tard, jour pour jour et au même lieu, c'est-à-dire au palais présidentiel du Plateau, les deux généraux de Corps d'armée sont remerciés par l'actuel locataire des lieux, après avoir joué un rôle capital dans le changement de régime, selon les aveux de Mangou lui même. «Il faut reconnaitre les éléments des Fds ont joué un rôle très important dans ce changement de régime. Nous les chefs nous avons fait défection… Nous avons joué un rôle capital dans ce changement de régime»,

Il faut reconnaitre les éléments des Fds ont joué un rôle très important dans ce changement de régime. Nous les chefs nous avons fait défection… Nous avons joué un rôle capital dans ce changement de régime
  - Philippe Mangou  

déclarait récemment le Général 4 étoiles à la presse lors du séminaire des forces militaires à Bassam.

Hier au palais présidentiel, dans leurs tenues d'apparats, les nouveaux chefs des différents  commandements des Frci et de la gendarmerie nationale avaient fière allure. Juste à la fin de la déclaration du ministre délégué à la défense, Paul Koffi Koffi, annonçant les différentes  promotions aux grades supérieurs et nominations, les heureux élus, tout sourire se sont retrouvés avec le Premier ministre Guillaume Soro à la Primature. Quelques minutes plus tard, Philippe Mangou et Edouard Tiapé Kassaraté descendent les marches de la présidence, les visages fermés, le pas accélérés. Après la suppression des primes alimentaires, leur éviction à la tête de l'Etat-major des armées et du Commandement supérieur de la gendarmerie, ces généraux de corps d'armée doivent-ils s'attendre à voir le procureur militaire à leur trousse dans les prochains jours ? A y voir de près, les généraux 4 étoiles ne sont pas loin de la descente aux enfers. Le général Vagba Faussignaux de la marine a ouvert le bal depuis.

B.S.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE