18/07/2011 02:26:01
Baccalauréat 2011: Des candidats admis à 6,5/20 de moyenne.
Des candidats à l’examen du baccalauréat 2011 auraient selon des sources non été admis avec 6,5/20 de moyenne.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Des candidats à l’examen du baccalauréat 2011 auraient selon des sources non été admis avec 6,5/20 de moyenne.

C’est la moyenne retenue pour l’obtention du baccalauréat de l’enseignement général cette année. Cette information émane d’un haut responsable d’un jury à Douala. Ce dernier qui se dit outré de cette dévaluation du premier diplôme universitaire explique les contours de cette manœuvre qu’il juge politicienne. «Des instructions sont venues de Yaoundé, nous demandant de faire passer le maximum de candidats. Nous nous sommes d’abord opposés, mais au vu des faibles notes et des arguments présentés par la hiérarchie, on a cédé. Tous les chargés de missions avaient le même langage, car mes collègues d’autres centres ont confirmé ce qui se passe dans notre lycée. C’est pour cela qu’on s’est arrêté à 6,5/20 de moyenne. C’est une honte pour le Cameroun. Je suis un enseignant déçu par cette dégradation du système scolaire et cette dévaluation du baccalauréat».

Après la proclamation des résultats vendredi, 15 juillet 2011 conformément au chronogramme officiel, la mélancolie de la minorité des recalés a été diluée dans les cris de joie des futurs étudiants, plus nombreux. «En dehors des erreurs dues à l’action humaine, ceux qui ont échoué sont des fainéants. C’était l’appel un peu partout. Cet examen est à annuler. Non seulement on a supprimé l’oral, mais on passe maintenant avec six de moyenne. On va à la dérive car ce sont ces jeunes qui vont diriger le Cameroun demain. Je n’en revenais pas quand mes collègues qui sont dans les lycées m’ont soufflé la nouvelle», dit Martin Mbarga, enseignant dans le privé.

Un chapelet de griefs que réfute Adeline Mpacko, dont la fille n’a pas été admise. «Si l’on avait pris six de moyenne comme je l’entends, ma fille aurait réussi. C’est faux car les pédagogues ne peuvent pas tomber aussi bas et que l’on arrête d’accuser Paul Biya de manipulation». Prenant le relais, Ebénézer Moudio-Essono, parent dont le fils aîné est obligé de revoir sa copie pense que «je ne peux pas croire que mon fils a eu moins de six de moyenne, car il est suivi à la loupe par ses enseignants et répétiteurs. Quand j’aurai son relevé de notes, vous verrez que sa note est au moins de 08/20».

Si au collège Alfred Saker de Deïdo, les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes (40,32% de réussite au baccalauréat A4 allemand, 30,22% A4 espagnol, 44,44% série C, et 32% série D), c’est la grande forme au collège Libermann avec 100% au baccalauréat C et B, 91,66% série D, 78,95% sérié A4, d’après les statistiques affichées par les deux chefs d’établissement respectifs. Une image qui varie d’un établissement scolaire à un autre, d’un centre d’examen à un autre. «Il y a beaucoup de grands établissements qui n’ont pas eu beaucoup d’admis. Dire qu’on a trop baissé les moyennes est comme une insulte à leur égard», dit Pauline Djoumessi dont les deux enfants ont été recalés.

Quelle valeur accorder au baccalauréat 2011 si ces accusations s’avéraient fondées? Quelle crédibilité donner aux bacheliers 2011 face à la drastique revue à la baisse de la moyenne de passage? «Nous sommes à la veille de la présidentielle. Il faut au maximum contenter l’opinion publique en donnant des diplômes cadeau aux élèves, même ceux qui ne le méritent pas. C’est toujours comme ça en période électorale. Le Rdpc sacrifie le savoir sur l’autel de ses ambitions politiques démesurées. A Yaoundé, l’Office du baccalauréat va réajuster les notes sur les relevés et le tour est joué», pense Ndogmo Waffo Zacchée, militant Sdf-Douala Ier.

Etame Kouoh

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE