19/07/2011 04:38:21
Discours peu sérieux pour personnes peu sérieuses
Au fait, quand est-ce que la France officielle a-t-elle admis que le logiciel «Françafrique» était de saison, pour qu'elle puisse affirmer aujourd'hui qu'il est passé de mode ?
Le Nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 


Abidjan, le 15 juillet 2011. Le Premier ministre français, François Fillon, en compagnie du Président Alassane Ouattara. © AFP/Issouf Sanogo

Ainsi donc, François Fillon a fini son «tour du propriétaire» en Côte d'Ivoire. Un séjour qu'on devrait qualifier d'historique : la première visite officielle d'un Premier ministre français en Côte d'Ivoire depuis… 1986. A l'époque, Jacques Chirac, chef d'une droite ayant tout juste obtenu la majorité lors des législatives et par conséquent le contrôle du gouvernement dans le cadre de la cohabitation, venait remercier son «papa» Félix Houphouët-Boigny de l'avoir aidé par ses «conseils», mais surtout par son argent, qui se confondait avec celui de son pays, durant la campagne électorale. C'était le temps de l'Afrique de papa, d'un néocolonialisme que pourfendait, à Ouagadougou, Thomas Sankara, avant d'être assassiné avec, disent certains historiens, la bénédiction de Paris et d'Abidjan.

Tout aurait, aujourd'hui, changé de face. Evoquer même encore le terme «Françafrique» reviendrait à se servir d'un «logiciel dépassé», si l'on en croit les propos du Premier ministre de Nicolas Sarkozy. Ce discours de François Fillon, disons le tout net, est peu sérieux, et ne sera considéré sérieusement que par des personnes peu sérieuses. Mal inspiré au Cameroun en mai 2009, quand il niait les crimes commis par l'armée française durant la guerre d'indépendance, à côté de la plaque quand il a évoqué le faible taux de «francité» d'Eva Joly, et ce – ironie ! – devant Alassane Ouattara, la «victime» de l'ivoirité, Fillon a été naturellement défaillant en essayant de donner un avis pertinent sur l'évolution des relations entre son pays et ses excolonies africaines.

Au fait, quand est-ce que la France officielle a-t-elle admis que le logiciel «Françafrique» était de saison, pour qu'elle puisse affirmer aujourd'hui qu'il est passé de mode ? Depuis que François-Xavier Verschave, ex-président de l'ONG Survie, a passé au tamis critique le néologisme créé par Félix Houphouët et l'a érigé en mot-repoussoir résumant l'ensemble des relations mafieuses et entachées de sang liant la France à son «pré carré», le concept a été contesté, moqué, ridiculisé. Verschave a été accusé de paranoïa complotiste. Aujourd'hui, on aurait parlé de «conspirationnisme »… D'hier à aujourd'hui, qu'est-ce qui a changé dans le sens de la souveraineté des pays d'Afrique dite francophone? En 1997, Paris soutenait les milices de Denis Sassou N'Guesso contre le président élu Pascal Lissouba dans le cadre de la reconquête de Brazzaville. En 2002, Paris soutenait les milices pro-Ouattara contre le président élu Laurent Gbagbo. En septembre 1979, les parachutistes français renversaient le Centrafricain Jean-Bedel Bokassa. En avril 2011, les forces spéciales françaises détruisaient la Résidence présidentielle ivoirienne afin de livrer Laurent Gbagbo à ses adversaires. Lors de la guerre du Biafra, entre 1967 et 1970, la France, alliée à l'Afrique du Sud raciste, convoyait des armes aux rebelles ibos. Aujourd'hui, la France largue des armes aux rebelles libyens, en partie islamistes. La seule différence entre les aventures militaires néocoloniales d'hier et celles  d'aujourd'hui ? La force de la résistance populaire qui se construit lentement «oblige» légionnaires et hélicoptères à tuer des civils africains. Par centaines. A  Abidjan, François Fillon a demandé que les crimes de tous les camps soient punis. Qui punira la France ? La Françafrique, c'est une relation dans laquelle la France utilise sa présence militaire en Afrique pour y jouer un rôle politique, renverser et installer, soutenir et déstabiliser. C'est ce qui s'est passé et c'est ce qui se passe en Côte d'Ivoire.

Des soldats béninois et burkinabés défilent sur les Champs Elysées, Paris, 14 juillet 2010

La Françafrique, c'est une relation économique du cheval et du cavalier, où Paris est le partenaire économique «de référence», vers qui les contrats se tournent prioritairement… sans que la réciproque soit vraie. On est en plein dedans. La Françafrique, ce sont les conseillers militaires et économiques dépêchés par l'Elysée et qui travaillent, au plus haut niveau de l'Etat africain vassal et de manière très officielle, pour le compte du pays donneur d'ordres. On y est retournés, pieds et poings liés. La Françafrique, c'est le jeu qui consiste pour la France à choisir ses interlocuteurs en Afrique, et à décider toute seule en donnant l'impression d'un dialogue avec «nos partenaires africains».

La manière dont les autorités françaises communiquent sur le maintien – ou le retrait – des troupes hexagonales en Côte d'Ivoire illustre à la perfection le complexe de la marionnette et du ventriloque qui caractérise les relations diplomatiques entre nos pays. Alors que l'investiture d'Alassane Ouattara se tenait encore, Nicolas Sarkozy a affirmé devant ses compatriotes regroupés dans le camp militaire français de Port-Bouët – symbole ravageur ! – que son pays garderait une présence militaire «permanente» en Côte d'Ivoire. Pourtant, les accords de défense doivent être renégociés d'Etat à Etat, et ratifiés par l'Assemblée nationale. Si Sarkozy se risque à une telle affirmation, c'est parce qu'il sait qu'il contrôle le pouvoir exécutif ivoirien et qu'il contrôlera demain  notamment grâce à l'opération d'épuration politique en cours, sanctifiée par Paris le pouvoir législatif, au terme des élections qui doivent se dérouler avant la fin de l'année.

François Fillon a raison : le logiciel «Françafrique» est dépassé. Il a été remplacé par un software d'écrasement des peuples africains qui est, paradoxalement, à la fois plus subtil et plus grossier. Et terriblement violent.

Sylvie Kouamé

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE