19/07/2011 06:07:45
Beloeil: Elle se fait escroquer 55 000$ par un faux «ivoirien »
Une résidante de la Vallée-du-Richelieu (Québec, Canada) a perdu 55 000 $ par pure gentillesse. Toutes les économies qu’elle gardait pour ses vieux jours se sont envolées à cause d’une arnaque sur internet.
Canoe
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Une résidante de la Vallée-du-Richelieu (Québec, Canada) a perdu 55 000 $ par pure gentillesse. Toutes les économies qu’elle gardait pour ses vieux jours se sont envolées à cause d’une arnaque sur internet.

Nicole (nom fictif) a dilapidé son argent pour venir en aide à une personne qui n’existe pas. D’abord par de petits montants, suivis par de plus gros.

L’histoire a commencé il y a quelques semaines. Nicole a fait la rencontre d’un homme sur le site de réseautage social Facebook. L’homme d’origine française, répondant au nom de Michel Jean, a commencé à entretenir une relation d’amitié avec elle.

«Facebook était pour moi une façon de retrouver de vieux contacts, raconte Nicole. Mais je ne suis pas très habituée à l’informatique. Je ne sais trop comment, mais je me suis mise à avoir des conversations, pendant deux ou trois semaines, avec cet architecte français.»

Un jour, l’homme informe Nicole de son départ vers l’Afrique, plus précisément en Côte d'Ivoire, pour une rencontre d’affaires. Il lui écrit même à plusieurs reprises de là-bas.

Premier versement

C’est à ce moment qu’il commence à soutirer de l’argent à sa victime. «Sa carte de crédit ne fonctionnait pas à l’hôtel. Par internet, il m’a dit que s’il ne payait pas les frais de 1000 $, on allait le mettre à la rue», a expliqué Nicole.

M. Jean fournit même un numéro de téléphone pour joindre le directeur de l’hôtel. Nicole prend contact avec ce dernier, qui confirme les dires de l’architecte. Nicole envoie un chèque, le premier d’une série qui mènera à son dépouillement total. Nicole reçoit ensuite un appel lui indiquant que son «ami» a été victime d’un accident de la route. Puisqu'il est inconscient dans une clinique privée, c’est à elle qu'incombe la responsabilité de donner le feu vert pour les opérations chirurgicales. C’est elle aussi qui doit débourser les frais. Un autre chèque de près de 5000 $.

Puis l’homme se fait prendre aux douanes avec, par erreur, un masque décoratif qui se veut un trésor national. L'homme doit débourser 18 000 $ ou se retrouver en prison. Nicole n'hésite pas à avancer la somme à son «ami».

La police s’en mêle

La police de la Côte d’Ivoire, l’ambassade du pays et même l’organisation internationale de police Interpol prennent tour à tour contact avec Nicole, du moins le croyait-elle. Les faux policiers parviennent à la convaincre qu’elle s’est fait piéger et que son argent lui a été subtilisé. Ils comptent sur elle pour les aider à «coincer» Michel Jean.

Le stratagème ne servira qu’à prendre le contrôle de l’ordinateur de Nicole et à lui soutirer encore plus d’argent pour lui permettre de retrouver ses économies.

«Je me suis mise à faire confiance à la police, qui me disait que je retrouverais mon argent, mais il fallait toujours débourser un peu plus.»

«J’étais complètement hypnotisée, comme avec Mesmer, raconte la victime, encore sous le charme. C’était toujours plus urgent, ça pressait. Je n’avais pas le temps de penser. J’avais confiance et je ne me méfiais pas; je voulais seulement aider.»

Au téléphone, Nicole raconte la chronologie des événements au journaliste sans une pointe de colère dans la voix. Confrontée à la perte de tout son argent, elle admet être plutôt attristée de la situation. «J’ai toujours été une missionnaire dans l’âme. Je pense toujours aux autres en premier, c’est dans ma nature.»

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE