27/07/2011 03:48:33
Biens mal acquis. Cas Mebe Ngo'o
Sur instruction de Paul Biya, la commission nationale anti corruption, Conac, procède à la vérification des dénonciations faites par Jacques Blaise Mvié, Dieudonné Mveng et Jules Koum Koum sur l’enrichissement supposé du ministre de la Défense.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Sur instruction de Paul Biya, la commission nationale anti corruption, Conac, procède à la vérification des dénonciations faites par Jacques Blaise Mvié, Dieudonné Mveng et Jules Koum Koum sur l’enrichissement supposé du ministre de la Défense.
 
Révélée par La lettre du continent, l’affaire suit actuellement son cours. Mais notre confrère Jules Koum Koum, directeur de publication du Jeune Observateur, n’est pas le seul journaliste auditionné par la Conac. Selon les informations du Messager, deux autres confrères ont également été sollicités afin d’éclairer la religion de la Conac au sujet de la « fortune » présumée d’Edgard Alain Mebe Ngo’o. Il s’agit de Dieudonné Mveng, éditeur de l’hebdomadaire La Météo , qui a été entendu mercredi 19 juillet 2011 par la division des investigations de la Conac. Et de Jacques Blaise Mvié, patron de La nouvelle, qui, à en croire nos informations, sera quant à lui auditionné  au courant de cette semaine.

Des sources proches de la direction des investigations de la Conac confirment ces infos, indiquant qu’il s’agit d’obtenir de ces journalistes,  des pièces « à conviction » sur les allégations faites au sujet « des biens mal acquis » du ministre de la Défense. Selon toute vraisemblance, les concernés auraient promis de coopérer à cette démarche. Jules Koum Koum a à cet effet rallié Yaoundé lundi 25 juillet 2011 muni de documents à charge qui  étayent, selon lui, les articles de presse écrits publiés dans son journal pour dénoncer la prétendue fortune immobilière de Edgard Alain Mebe Ngo’o au Cameroun comme à l’étranger, mais aussi son important parc automobile.

Entretiens

Au tableau de chasse de ces confrères, l’on compte des avoirs immobiliers au Cameroun « hôtels à Kribi, villas à Sangmelima et Ebolowa, un complexe à Yaoundé près de l’ambassade de Turquie  et des résidences en  France anormalement étiquetées comme appartenant à Paul Biya »; ainsi qu’un parc automobile personnel « constitué de plusieurs véhicules de luxe dont une Mercedes 500 Classe S, une Lexus 430, une Toyota Maxima, une Land Cruiser, une Peugeot 607 et bien d’autres ».

Lors de l’audition, le mode opératoire est le même. Il se résumerait en des entretiens, faits par le chef de la division, accompagné d’un commissaire de police, détaché à la Conac. Les deux auditeurs formulent une demande de pièces à conviction aux journalistes ; ils enregistrent  leur  déposition par écrit, lequel fait l’objet d’un  procès verbal contresigné avec la mention « lu et approuvé » par chaque journaliste en ce qui le concerne.  Comme Jules Koum Koum, Dieudonné Mveng s’est plié à cette procédure. Il a notamment promis de mettre à la disposition de la Conac toutes les pièces sur lesquelles il s’est appuyé pour parvenir à la conclusion de l’existence d’une importante fortune appartenant au ministre de la Défense.

Manipulation ou acharnement

Joint au téléphone, Dieudonné Mveng regrette les fuites dans la presse mais assure néanmoins qu’il tiendra parole et enverrait, comme promis ce mercredi ses « pièces à conviction » à la Conac qui, de toute évidence, se serait passée de cette publicité. Ce même mercredi,  Jacques Blaise Mvié devrait, à en croire nos sources, déférer à son tour à l’invitation de la commission. Le patron de La Nouvelle dit à ce sujet, avoir  en sa possession « une cantine de documents qui pourraient aider la Conac à boucler son enquête ».

De manière générale, ces journalistes stigmatisent depuis plusieurs mois l’enrichissement jugé « illicite » autant que « fulgurant » de Edgard Alain Mebe Ngo’o. Une partie de l’opinion publique, autant que les affidés du Mindef y voient de la manipulation ou de l’acharnement. La Conac et la présidence de la République , prennent visiblement, très au sérieux, ces allégations.

Rodrigue N. TONGUE

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE