29/07/2011 04:28:17
Ma 4e lettre Alassane Ouattara
Par ailleurs, la population ivoirienne de Cote d'ivoire attend toujours votre premier bain de foule Monsieur le président. Les sénégalais, les français, les burkinabés, les équato-guinéens, les américains etc... vous ont vus de près. Qu'en est-il des ivoiriens?
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Monsieur Alassane Dramane Ouattara,
Président de la république indépendante et souveraine de Cote d'Ivoire,

Cher Monsieur,

C'est avec un profond sentiment de tristesse et de déception que je m'adresse à vous à travers cette modeste lettre que, j'espère vous parviendra.

Monsieur le président de la république indépendante et souveraine de Cote d'Ivoire, je vous ai déjà envoyé plusieurs courriers qui sont restés sans suite. J'ose penser que le contexte socio-militaro-politique de notre pays vous préoccupe au point que répondre à des individus insignifiants de mon rang est le dernier de vos soucis. Surtout que la résonance de mon patronyme provoque une allergie des plus aiguës en vous et précipite votre index sur la gâchette. Du calme Monsieur le président, je n'ai pas de kalachnikov ni de lance-roquettes. Je veux la paix pour mon pays..

Monsieur le président,

Je vous envoie la présente lettre pour vous soumettre mes différentes préoccupations suite à votre accession à la présidence de la Cote d'Ivoire dans les chars français le 11 avril 2011. Comme vous le savez,  des milliers d'ivoiriens ont été massacrés, des familles entières décimées, des personnes brûlées vives, des biens rasés et annexés, des femmes violées. Vous avez enjambé tous ces morts et ces ruines pour vous faire reconnaître par un conseil constitutionnel  ivoirien complètement désemparé, représenté par la coquille vide d'un Yao N'dré qui était encore enfoui dans les profondeurs et douleurs du cauchemar ivoirien.

Votre cérémonie d'investiture a été l'occasion pour un rassemblement des ressortissants de la CEDEAO en lieu et place des ivoiriens qui vous auraient voté à plus de 55%. La pièce de théâtre était parrainée par la grande france du "tout-petit" qui se veut se faire grand en marchant sur la pointe des pieds. La fête populaire et la liesse qui devraient couronner la célébration de la chute du dictateur Gbagbo comme ce fut le cas en Tunisie n'ont pas eu lieu, sinon pas encore! Sur ce point, je suis vraiment resté sur ma faim, et avec moi, des milliers d'ivoiriens y compris certains de vos militants. "Nous nous sommes trompés de personne", confirma un diplomate français, parlant de vous! Quel culot ce diplomate!


Monsieur le président, je suis préoccupé.

Monsieur le président, force est de reconnaître que les grandes nations contemporaines ont toutes connu la guerre. La france a connu la révolution, les Etats-Unis ont vécu la guerre de sécession, l'Espagne fut victime de la guerre civile. La guerre peut être un préalable au développement, la guerre peut servir de tremplin au renforcement des liens entre les peuples d'une même nation. La guerre peut renforcer la paix au sein d'une nation. Tout dépend de comment on s'y prend. Tout dépend de la tête du pays. Contre le gré, des ivoiriens, vous êtes la tête du pays. La volonté de la france a été faite. Amen!

Monsieur le président, notre pays a du mérite. La Cote d'Ivoire peut se vanter d'avoir vécu le plus long coup d'état de l'histoire des nations  de mémoire d'homme (de 2002 à 2011). Ce coup d'état manqué de 2002 qui s'est finalement mué en conflit armé ouvert est supposé avoir pris fin officiellement le 11 avril 2011 avec la "CAPTURATION" de son excellence Laurent Gbagbo. "Le cauchemar est terminé" disait Mr Soro Guillaume. 

Mr le président, la guerre est effectivement terminée en Cote d'Ivoire. Le fait est devant nous, réel et indéniable: vous avez gagné la guerre militaire avec l'appui de 5 armées (la licorne, l'onuci, les dozos, l'ecomog et le "commando invisible" ).  Les classes politiques ivoiriennes ont commis de graves erreurs, chacune à son niveau. "Nous sommes tous responsables de ce qui nous est arrivé, nous sommes tous allés loin", disait le pauvre Yao N'dré. En effet. Oui, le cauchemar est terminé, mais pas pour tout le monde! Les pro-Gbagbo vivent toujours dans la psychose, qui pour leur appartenance politique, qui pour leur appartenance ethnique. Monsieur le Président, cela n'est pas cela la démocratie!

Mr le président, vous aviez promis de garantir la sécurité des personnes et des biens sous deux mois. Plus de quatre mois plus tard, le pays, dans sa quasi-totalité vit encore dans l'angoisse, la peur et la méfiance mutuelle entre les ethnies cristallisées autour des groupes politiques RHDP et LMP. Politique de la division ou géopolitique à l'envers?

Monsieur le président, vous aviez promis une justice équitable pour tous. Vous continuez à dire que les responsables des crimes seront tous punis. Ce que j'ai remarqué Monsieur le président, c'est que tous ceux que vous soupçonnez chez vos adversaires sont tout de suite arrêtés,  jetés en prison et torturés avant même d'ouvrir les enquêtes. quand il s'agit des personnes appartenant à votre camp, vous ouvrez les enquêtés sans queue ni tête d'abord. Jusqu'à ce jour, aucune arrestation n'a eu lieu dans votre camp. C'est curieux quand même non! C'est cela la justice à deux vitesses, la justice des vainqueurs. cette justice ne nous fera pas profiter de la guerre comme les autres nations.

Monsieur le président, des milliards de nos francs sont sacrifiés pour ramener la paix dans notre pays au moyen d'une réconciliation que vous prônez depuis le 11 avril. Vous avez même créé une commission vérité et réconciliation. Ce que j'ai remarqué, c'est que là encore, vous faites de deux poids deux mesures. Monsieur le président, j'ai appris récemment par la presse que le Directeur de campagne artistique de son Excellence Laurent Gbagbo a été reçu par de vos ministres après avoir été "courtisé" par le subit faiseur de paix Traoré Salif (A'salfo) qu'on avait jamais vu aussi actif sur le plan politique. Pendant ce temps, vous lancez un mandat d'arrêt international contre l'un des directeurs de campagne du même Gbagbo. J'ai appris également que Hermann Aboa, un jeune journaliste talentueux qui n'a fait que faire son travail pendant la guerre,  est derrière les barreaux. Cela est inadmissible!!!! Michel Gbagbo a-t-il choisi d'etre né de Laurent Gbagbo? Quel autre crime a-t-il commis hors mis etre le fils de son père? Est cela le crime de sang?

Monsieur le président, je demeurre "stoique et pantois" selon les termes de mon frère "Vieux Gazeur". Merci Coco!

Monsieur le président, vous encouragez les ivoiriens de la diaspora à rentrer au pays. c'est une très bonne chose parce que " there is no place like home". Oui, on ne sent mieux que chez soi. Mais que nous arrivera-t-il à nous qui pensons différemment de vous? A quelle sauce serons-nous mangés? Est-ce une manière voilée de nous appâter ou de demander aux étrangers d'achever l'invasion et l'annexion de la Cote d'Ivoire?

Monsieur le président, permettez-moi de vous confier une confession: la colère que j'avais contre vous s'est dissipée. "Le temps est l'autre nom de Dieu". Je ne vous appelle plus watra, je ne vous appelle plus "préfet international" non plus. Je vous appelle "Monsieur le président". Je suis également contre ces bruits de coup d'état contre votre régime.

Je suis contre la violence, c'est la raison principale pour laquelle je pense que vous ne méritez pas de diriger la Cote d'Ivoire parce que je reste convaincu que c'est vous qui avez introduit la violence sur la scène politique en Cote d'Ivoire. Un coup d'état déjoué recemment, de qui se moque-t-on? Quel etre humain pourvu de tous ses sens oserait tenter un coup d'état contre un régime international surtout dans le contexte actuel? La réussite d'un coup d'état mettrait la france et les états-unis dans une position très inconfortable.

Cela est évident! Sans m'ériger en expert de la stratégie de défense, je sais que les 322000 km2 de la Cote d'Ivoire sont bouclés par 3 des 5 armées qui vous installé. Tout mouvement viendra de l'intérieur. Aucun pro-Gbagbo n'osera faire un coup d'état. Cela n'est pas dans la culture des ivoiriens. Cette rebellion mangera ses enfants! "Celui qui règnera par l'épée, périra par l'épée....en vérité, en vérité". Arretez de vous faire peur et de créer des mouvements pour inculper les pauvres Forces de Défense et de Sécurité qui ont commis le seul crime de défendre les institutions de la république quand vous avez attaqué le pays. Les ivoiriens ne sont pas dupes.

Monsieur le président, vous êtes au pied du mur aujourd'hui. La tache vous semble himalayenne! Visiblement, c'est dur pour vous, je dirais même très dur! Les solutions ADO semblent inappropriées sinon inefficaces. Au lieu de sauter de branche en branche à visiter les différentes capitales des autres pays du monde, vous feriez mieux de redonner confiance aux ivoiriens afin d'aller vers une réconciliation vraie et durable. Les ivoiriens veulent réapprendre à vivre. Il faut leur donner cette chance. Il faut les aider à restaurer la confiance entre eux. La guerre est finie. Libérez tous les prisonniers politiques, arrêtez de poursuivre les personnes soupçonnées d'appartenir au camp Gbagbo. Mettez fin aux exactions, appliquez une justice vraie digne de confiance et capable de recoller tous les morceaux de la Cote d'Ivoire. Appliquez le respect des droits élémentaires de l'homme. Laissez les journalistes faire leur travail en paix. Ce sont des préalables basiques à une démocratie vraie.

Par ailleurs, la population ivoirienne de Cote d'ivoire attend toujours votre premier bain de foule Monsieur le président. Les sénégalais, les français, les burkinabés, les équato-guinéens, les américains etc.... vous ont vus de près. Qu'en est-il des ivoiriens?  Vous devez visiter les quatre coins de la Cote d'Ivoire, en particulier l'ouest. Vous devez être le président de la Cote d'Ivoire.

Monsieur le président, c'est bien vous "ADO SOLUTIONS", j'ai confiance.

Sans rancunes.

Cebastien Gnahoré

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE