30/07/2011 06:04:44
Rentrée scolaire: Bapès Bapès «suspend» l'inscription des élèves
Il est désormais interdit aux proviseurs de procéder aux inscriptions et recrutement des élèves. Ainsi en a décidé le ministre des Enseignements secondaires.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Il est désormais interdit aux proviseurs de procéder aux inscriptions et recrutement des élèves. Ainsi en a décidé le ministre des Enseignements secondaires.

«Le ministre des Enseignements secondaires met en garde tous les chefs d’établissement des enseignements secondaires publics au sujet des inscriptions et recrutements des élèves (...) pour l’année scolaire 2011-2012. Le ministre invite les chefs d’établissement à se conformer aux instructions de la circulaire d’avril 2009 portant définition des normes et procédures de recrutement dans les établissements scolaires». Telle est la décision prise le 1er juillet 2011par Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires (Minesec) et affichée aux frontons des établissements scolaires concernés. Cette décision qui émane du communiqué N°35/Minesec/Sg, interdit formellement aux chefs d’établissement relevant de son département ministériel toute inscription et tout nouveau recrutement des élèves dans les lycées et collèges.

Par ailleurs, le Minesec rappelle les règles du jeu fixées par lui-même quelques années auparavant, et qui appellent à une bonne gouvernance. «Les inscriptions, recrutements et paiements des frais d’Ape ne débuteront que sur instructions du ministre». Au lycée bilingue de Deïdo, ces prescriptions sont respectées, d’après un enseignant. «Pour entrer en 6è, il faut que l’élève soit admis par voie de concours, soit par étude de dossier. Pour les classes intermédiaires, c’est par étude de dossier et il y a une commission au-dessus de tout soupçon qui se charge de  valider les cas à retenir».

Au sein de cet établissement scolaire, c’est le calme plat. En dehors des animateurs pédagogiques qui accordent leurs violons dans la confection des emplois de temps hebdomadaires, des parents copiant la liste des manuels scolaires sur les babillards, des curieux qui scrutent sur le tard les résultats des différents examens officiels, les services financiers sont fermés. Les toiles d’araignée qui ornent les huis sont là pour convaincre. Malgré tout, on note quelques parents égarés qui viennent inscrire leurs enfants. «Les inscriptions ont été suspendues jusqu’à nouvel ordre. Lisez ce communiqué du ministre et ne vous laissez pas arnaquer par n’importe qui. Vous serez informé en temps opportun. L’intendant est en congé, mais sera bientôt de retour», renseigne un enseignant.

Bapès Bapès promet également des représailles. «Tout recrutement opéré sans autorisation sera de nul effet et le contrevenant en portera l’entière responsabilité». Qu’est-ce-qui peut justifier cette décision du Minesec? «Le ministre veut rester le seul maître à bord qui contrôle tout. Mais son action est louable, car il s’agit de mettre un terme aux recrutements anarchiques en début d’année dans les établissements scolaires. C’est pendant cette période que les proviseurs s’engraissent sur le dos des pauvres parents», dit un enseignant du lycée d’Akwa. Qui poursuit en donnant la fixation tarifaire. «Il faut 100.000 Fcfa pour mettre un enfant en 6è, c’est le taux officiel et ce taux diminue en fonction des relations et les classes suivantes. Si un proviseur prend seulement 10 élèves en 6è, il s’en tire avec un million. A vous de faire le calcul en tenant compte des pourcentages qu’il doit verser à ses démarcheurs».

Prenant le pas, Alexandre Moumedi, un enseignant de techniques administratives encourage le Minesec. «C’est une mesure conservatoire et prévisionnelle. Il y a des affectations, des nominations et ce serait dommage qu’un proviseur recrute des centaines d’élèves et qu’il soit  plus tard affecté ailleurs quand il n’est pas admis à faire valoir ses droits à la retraite. Celui qui va arriver passera une année noire, sans avantages de fonction, car son prédécesseur aura tout raflé». En attendant la reprise des inscriptions et recrutements, des tractations en coulisses pré nomination, affectations et maintien au poste sont engagés auprès de Louis Bapès Bapès.

Etame Kouoh

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE