15/04/2009 16:06:14
Moulvoudaye: Adama Modi éconduit le Préfet

C'était au cours de la session d'adoption du conseil municipal de la commune de Moulvoudaye de jeudi dernier.
Mutations
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Une altercation vive hier entre les conseillers municipaux de la commune de Moulvoudaye a failli tourner au drame dans le sein de cette municipalité. Altercation entre des conseillers réputés proches du maire Djonmo et ceux qui revendiquent leur appartenance au clan du député Adama Modi, par ailleurs conseiller municipal dans cette commune contrôlée par le Rdpc. Et pour cause, l'exécutif municipal s'opposait à la conduite des enquêtes de la commission mise sur pied par Adama Modi au cours de la session ordinaire du conseil municipal de jeudi dernier. Laquelle session s'est achevée en queue de poisson, en raison a-t-on appris de l'adversité du député Adama Modi.

En effet ainsi que le relate un membre de la délégation du préfet du Mayo-Kani qui a requis l'anonymat, "jeudi dernier lorsque nous sommes arrivés, le sous-préfet, le commandant de brigade et le maire nous ont accueillis. Ils nous ont dit que le ministre Adama Modi souhaitait nous rencontrer avant la session du conseil municipal. C'est ainsi que nous sommes arrivés chez lui." L'attente, a indiqué un responsable des forces de maintien de l'ordre du Mayo-Kani, très longue. Le député ayant fait près d'une heure avant de se présenter à ses visiteurs.

Au cours du déjeuner offert par le représentant du peuple en sa résidence, ce dernier va indiquer de manière lapidaire au préfet, "Ne soyez pas surpris de ce qui va se passer tout à l'heure au Conseil." Une affirmation qui a surpris l'état major du préfet. Lequel a été courroucé lorsqu'arrivé au niveau de la salle des réunions de la commune de Moulvoudaye, un dispositif d'accueil du préfet faisant la part belle au Lamido au détriment du sous-préfet et du Maire a été mis en place. Une incartade qu'a tout de même toléré le préfet Otto Wilson.

Mais, le député Adama Modi arrivé en dernière position va dès son entrée dans la salle des travaux s'étonner de ce que le deuxième adjoint du préfet soit situé sur l'estrade alors même que le Lamido soit laissé à la traîne. Les joutes oratoires qui s'en suivent débouchent sur une suspension de la session. Pendant près de deux heures, le député et le préfet s'expliquent. Alors qu'on croit l'affaire close à la reprise des travaux, la lecture du compte administratif et financier corse le déroulement de la session. Le député du Mayo-kani s'étonne de ce que pour la seule année budgétaire 2008, trois millions de francs Cfa aient été destinés aux missions du maire. "Il faut une commission pour faire la lumière sur la gestion de la commune" a suggéré Adama Modi.

Tensions
Une proposition qui n'a pas rencontré l'assentiment du préfet du Mayo-kani. Ce d'autant que le député s'est empressé de désigner les membres de cette instance. Une dérive pour le préfet. Otto Wilson a rappelé que c'est le doyen d'âge qui préside les travaux et est par conséquent seul habileté à conduire les débats. Une remarque qui a ravivé les tensions. Dans un échange verbal nourri, le député va inviter les conseillers à sortir de la salle. Le mot sera relativement suivi. L'ambiance est surchauffée sur toute la ligne. Le préfet qui craint des débordements se retire de la salle en compagnie de son état major. La session ne peut donc se poursuivre. Les travaux sont bloqués. Adama Modi Bakari en profite pour rappeler que ses échos retentissent.

Mais selon le sous-préfet de Moulvoudaye "il s'est agit d'une incompréhension. Il ne s'agissait pas d'un détournement de fonds par le maire, mais d'une incompréhension sur l'utilisation des frais de missions. Je pense que 48 heures après, les conseillers se sont retrouvés pour adopter les comptes administratif et financier de la commune pour l'exercice 2008. " Il précise par ailleurs que " le préfet n'a pas été chassé du conseil. Il a estimé que l'ambiance n'était pas propice au déroulement des travaux et il s'est retiré. En ma qualité de sous-préfet, je suis également sorti de la salle." Le préfet du Mayo-Kani Otto Wilson est resté injoignable tout l'après-midi d'hier. Mais un de ses collaborateurs rassure quant à la sérénité qui est revenue à la commune de Moulvoudaye.

Selon des informations recueillies à la source, le prefet Otto a intimé l’ordre aux députés Adama Modi de sortir de la salle du Conseil. La replique du député a été nette : "Si quelqu’un doit sortir d’ici, ce n’est pas moi. Je suis chez moi et Conseiller, ce qui n’est pas votre cas". Le maire Djonmo que nous avons joint hier soir au téléphone l'atteste aussi. "Nous avons adopté notre compte administratif vendredi dernier après que les tensions soient retombés. En fait notre député avait reçu des informations fausses sur la gestion de la commune. Des fausses informations propagées par certains conseillers. Notamment sur la gestion des 11 millions du budget d'investissement. Après que nous lui ayons apporté des explications, il est revenu à de meilleurs sentiments. Le Préfet nous a compris et nous avons validé nos documents." Même s'il reste que l'altercation entre les conseillers membres de la commission des finances et ceux de la commission d'enquête mise sur pied par le député Adama Modi laisse interrogateur sur le climat qui prévaut dans l'arrondissement de Moulvoudaye.

DieudonnÚ Ga´ba´

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE