03/08/2011 04:05:25
Les Camerounais dAllemagne : entre études et politique
Les Camerounais sont devenus en nombre, le troisième groupe en provenance d’Afrique subsaharienne, après les Ghanéens et les Nigérians. En outre, le nombre des Camerounais a continuellement progressé au cours des cinq dernières années, alors que celui des migrants d’autres pays africains est en régression.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Près de 80% de nos compatriotes de l’étranger, pour des raisons évidentes d’intégration  et d’autres contraintes, ont pris une autre nationalité, sans pour autant renier la nationalité camerounaise. Nul besoin de les citer. Du footballeur professionnel à l’homme d’Etat, chacun porte dans son cœur le drapeau camerounais tout en bénéficiant des avantages d’une autre nationalité.

Selon Albert Ndzongang, « le problème de la diaspora est grave. Sortir de son pays, être de la diaspora ne fait pas de vous un moins Camerounais ou plus important que ceux qui sont restés au pays. De tout temps, la migration humaine est une réalité. Nous connaissons beaucoup de personnes qui ont la double nationalité et occupent des fonctions importantes dans notre république. Je ne citerais que ceux de nos sportifs qui ont pris des nationalités étrangères pour des raisons professionnelles. Ils n’ont pour autant pas renié leur pays. D’ailleurs ils ont fait la gloire de l’équipe nationale ».

Les principales destinations des migrants classiques : études, regroupements familiaux, travail, situation politique sont la France , l’Angleterre, l’Italie, les Usa, le Canada et l’Allemagne.  Dans un document publié par la Gtz (coopération allemande aujourd’hui regroupée sous l’appelation Giz, ndltr), faisant état de la contribution au développement du Cameroun de la diaspora, nous apprenons qu’un recensement exhaustif et une analyse démographique des migrants camerounais en Allemagne n’est guère possible, faute de données suffisantes. En effet, les statistiques disponibles ne permettent pas de déterminer ni leur nombre exact, ni leur structure par catégories professionnelles.

Selon la Gtz , 14.414 Camerounaises et Camerounais sont aujourd’hui officiellement enregistrés en Allemagne. Ils représentent seulement une partie de l’ensemble des migrants camerounais vivant en Allemagne, dont le nombre total reste inconnu. En l’espace de 15 ans, le nombre des migrants camerounais officiellement établis en Allemagne a sextuplé. En 1991, le nombre de ressortissants camerounais enregistrés en Allemagne ne dépassait pas 2.452. Les statistiques officielles sur les migrants camerounais en Allemagne ne tiennent pas compte des migrants en situation irrégulière, qui vivent et travaillent en Allemagne. En outre, ces statistiques n’incluent pas les citoyens d’origine camerounaise naturalisés Allemands ou titulaires d’une autre nationalité, ni les membres de la deuxième génération, nés en Allemagne et possédant la nationalité allemande.

Aux 14.414 citoyens camerounais officiellement enregistrés viennent s’ajouter 1.601 personnes qui ont acquis la nationalité allemande entre 1980 et 2005. Si l’on part d’un nombre de naturalisations constant par rapport à 2005 (354), il y a lieu de supposer que 700 Camerounais de plus ont acquis la nationalité allemande au cours des deux dernières années 2006 - 2007. Le nombre réel des migrants africains en Allemagne est estimé supérieur de près de 50 % au nombre officiellement enregistré. Il est donc probable que le nombre total des migrants d’origine camerounaise vivant en Allemagne dépassent le nombre de 20.000.

Suite à l’assouplissement des conditions de naturalisation, le nombre de ressortissants camerounais ayant acquis la nationalité allemande est passé de moins d’une centaine avant 2000 à plus de trois cents aujourd’hui.

Le document souligne en outre que le nombre de migrants originaires du Cameroun est relativement élevé par rapport à celui d’autres pays de l’Afrique subsaharienne. Les Camerounais sont devenus en nombre, le troisième groupe en provenance d’Afrique subsaharienne, après les Ghanéens et les Nigérians. En outre, le nombre des Camerounais a continuellement progressé au cours des cinq dernières années, alors que celui des migrants d’autres pays africains est en régression.

Deuxièmement, les migrants camerounais en Allemagne sont pour la plupart jeunes et ont un niveau d’éducation élevé. Les Camerounais constituent  « aujourd’hui le plus grand groupe d’étudiants et de diplômés originaires d’Afrique subsaharienne en Allemagne. Leurs effectifs augmentent chaque année de 1.000 nouvelles inscriptions dans des établissements de formation. Compte tenu des besoins de main-d’œuvre qualifiée et du vieillissement de la population en Allemagne et dans l’ensemble de l’Union européenne, les migrants camerounais sont donc, du fait de leur jeunesse et de leur profil éducatif de haut niveau, un groupe qui présente un important potentiel économique, tant pour la société camerounaise que pour la société allemande ».

Motifs et formes de la migration

Pour cette étude, appuyée par des données de l’Office fédérale de la statistique, la crise socio-économique qui affecte le Cameroun depuis le début des années 1990, liée à la dépréciation de la monnaie et à la baisse des salaires, ainsi que la proportion élevée de jeunes dans la population et le manque de possibilités de formation et de perspectives professionnelles pour ces jeunes, sont à l’origine d’une pression migratoire croissante au Cameroun. À côté de l’Allemagne, le nombre des expatriés camerounais travaillant dans les pays de l’Ocde a été estimé en 2005 à 57.600, et sur ce total, 42 % étaient hautement qualifiés. Les liens de parenté et d’amitié transnationaux jouent un rôle important dans le processus de migration entre le Cameroun et l’Allemagne. Les réseaux de contacts et de relations ainsi que les exemples positifs de migrants qui ont réussi en Allemagne sont d’importantes raisons de choisir l’Allemagne comme pays de destination

Demandeurs d’asile

Avec l’aggravation des tensions politiques au Cameroun et la crise du droit d’asile en Europe, le nombre de Camerounais demandant l’asile en Allemagne a atteint son plus haut niveau en 1992 (1.622 demandeurs d’asile). Un nouveau pic a été atteint à la suite des élections de 2002 et 2003 au Cameroun, lorsque le nombre des demandeurs d’asile camerounais a dépassé le millier. Les autres années, les flux de réfugiés du Cameroun se sont situés autour de plusieurs centaines de personnes. Il est extrêmement rare que les demandeurs d’asile camerounais soient reconnus comme réfugiés politiques. Ainsi, depuis l’an 2000, seulement 2 à 4 personnes ont été reconnues par an. 904 citoyens camerounais vivent aujourd’hui en Allemagne en tant que « réfugiés tolérés », 500 sont inscrits au registre central des étrangers sans aucun titre de séjour (réfugiés tolérés mais non reconnus).

Edouard KINGUE

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE