03/08/2011 04:27:05
Non au nouvel accord de défense France - Côte d'Ivoire
La France disposera alors d’une base permanente en Afrique Occidentale pour y défendre ses intérêts contre ceux des pays africains. Sinon, n’ayant plus de territoire dans cette sous-région africaine, pourquoi cherche-t-elle à s’y maintenir, si ce n’est pour mieux assujettir nos états ? Faut-il le permettre ?
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Depuis le 11 Avril 2011, la France a perpétré et réussi en Côte d’Ivoire, le coup d’état électoral et militaire déclenché depuis 2002. Elle voit ainsi se réaliser son désir de recoloniser ce pays. C’est pourquoi, tambour battant, elle s’immisce ouvertement dans les affaires intérieures de celui-ci , allant jusqu’à imposer à ses poulains ivoiriens la signature d’un nouvel accord de défense. Sachons-le bien, celui qui tient le fusil, tient nos vies, notre économie.

Face à cette proposition des récents auteurs du coup d’état le plus sanglant qui ait été commis, quelle position faut-il adopter?

Cet accord, comme tout accord, suppose l’adhésion volontaire des parties. Peut-on aujourd’hui parler de volonté propre des dirigeants actuels de notre pays, obnubilés par le pouvoir qu’ils ont recherché, violemment, depuis dix ans et que la France leur a octroyé par un coup d’état militaire? Il s’agit, pour eux, de se soumettre pour continuer d’obtenir, la protection de cette ancienne puissance coloniale. La signature d’un tel accord ne répondrait, pour la partie ivoirienne, qu’à des obligations de reconnaissance à la France pour services rendus. Les nouvelles autorités n’agiraient donc pas librement, mais sous la contrainte.

De plus, par cet accord, il s’agira de perpétuer le néocolonialisme français en Côte d’Ivoire. La France pourra continuer d’exploiter, à sa guise et à vil prix, nos richesses minières et agricoles. Elle nous maintiendra ainsi dans notre situation de pays exportateur de matières premières sans grande valeur ajoutée, et donc de produits créateurs de richesse pour l’économie française.

C’est là une des justifications du combat de la France contre le Président GBAGBO qui, dans son programme de gouvernement, a proposé, entre autre, la création d’une usine de transformation de fèves de cacao dans chaque région productrice de Côte d’Ivoire ; ce que refuse la France car elle sait anticiper, très tôt, les menaces  pouvant peser sur son économie. Dans le cas d’espèce, il s’agit du chômage d’un grand nombre de travailleurs français opérant dans la transformation des fèves de cacao, la fabrication et la commercialisation du chocolat et autres produits dérivés.

Voici un accord de défense qui aura certainement encore, comme le précédent, un impact économique négatif sur les richesses ivoiriennes. On peut aisément comprendre qu’il s’agit plutôt de défendre les intérêts économiques et militaires de la France et non ceux de la Côte d’Ivoire.

Alors que le Président GBAGBO nous promettait la fin de cette présence française et la disparition de la base militaire française du 43ième BIMA de Port-Bouët, ce nouvel accord viendra, au contraire, enraciner l’armée française sur tout le territoire ivoirien. C’est donc perpétuer l’occupation de la Côte d’Ivoire, faisant ainsi de notre pays une néo-colonie soumise à l’exploitation française.

La France disposera alors d’une base permanente en Afrique Occidentale pour y défendre ses intérêts contre ceux des pays africains. Sinon, n’ayant plus de territoire dans cette sous-région africaine, pourquoi cherche-t-elle à s’y maintenir, si ce n’est pour mieux assujettir nos états ? Faut-il le permettre ?

Par cette présence, nous couvons en nous le ver destructeur de notre pays et de notre économie. Nous acceptons alors de porter en notre sein, la menace d’une puissance étrangère certes, mais aussi et surtout traitre et hypocrite. Comment pourrons-nous alors nous développer ? Surtout qu’elle continuera de fomenter des coups d’états, quand elle verra ses intérêts menacés, comme elle le fait dans nos pays depuis nos indépendances factices (cas de la quasi-totalité des pays francophones, de certains pays anglophones et lusophones d’Afrique).
En accédant à la demande française, nous aidons à la formation des militaires français en zone de forêt et de savane, le climat et la végétation de ces zones n’existant pas chez elle. Nous lui donnons alors les moyens d’être plus opérationnels militairement chez nous que nos soldats moins équipés. C’est ainsi que les soldats français maîtriseront mieux notre territoire, connaîtront nos forces et faiblesses pour mieux nous affaiblir, nous dominer et nous massacrer.

Il faut toujours que nous gardions à l’esprit que la France se veut être l’ennemi de la Côte d’Ivoire patriotique. Elle vient de le prouver par cette guerre qu’elle nous a livrée injustement. Pour ses intérêts, elle n’a pas hésité à tuer des milliers d’ivoiriens et elle peut encore en tuer, beaucoup plus, si nécessaire. Il n’y a pas et il n’y aura pas pour elle de TPI et de CPI. Comment pouvons-nous accepter, par ce nouvel accord de défense, d’héberger de tels auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité?

De surcroît, la France a montré pendant cette guerre qu’elle a l’art machiavélique d’interpréter les textes, comme elle veut, c'est-à-dire en sa faveur, selon ses intérêts (résolutions de l’ONU sur la Côte d’ivoire et sur la Lybie). Faut-il s’engager avec cette partie-là dans un accord de défense ? Assurément non !

Car, signer cet accord reviendrait pour la Côte d’Ivoire, à :

-    empêcher la mise en place d’une politique monétaire, instrument indispensable de développement et de souveraineté nationale ;
-    priver la Côte d’Ivoire de la construction d’une armée nationale, forte, digne, patriotique, à même de faire front à la France ;
-    maintenir, depuis Paris et en temps réel, le contrôle de notre système bancaire et de toute l’activité économique ivoirienne ;
-    brader aux entreprises françaises, sans appel d’offre, des marchés juteux ;
-    concevoir un code d’investissement, à tout point de vue, favorable aux entreprises françaises, au détriment des autres agents économiques ivoiriens étrangers.

Si, malgré tout, cet accord est conclu, comme on le voit venir, il nous faut le dénoncer par tous les moyens pacifiques et, particulièrement, par :

-    des marches de protestation, éclatées sur tout le territoire et à l’étranger ;
-    des pétitions nationales et internationales ;
-    une dénonciation et une condamnation par les élus dignes et patriotes ;
-    une campagne d’information sur tout le territoire ;
-    des sit-in permanents devant l’Ambassade de France et le 43ème BIMA ;
-    le boycott de toutes les entreprises et de tous les produits français ;
-    l’adresse de correspondances à toutes les chancelleries de pays dignes.


Pour finir, La France nous a montré comment elle n’avait aucune considération pour nos lois et nos dirigeants politiques et qu’elle tenait, par dessus tout, à ses  propres intérêts. C’est pourquoi, malgré le précédent accord de défense, elle n’a pas hésité à organiser et entretenir pendant dix ans un coup d’état, à tuer de nombreux ivoiriens, pour chasser du pouvoir un Président légalement élu.

Non à la présence militaire de la France en Côte d’Ivoire !

Nous n’avons pour nous que ce pays, le seul que Dieu nous a donné comme héritage. Veillons à le laisser libre à nos enfants et petits enfants. Sachons, nous aussi, à l’image des pays d’Asie du Sud-Est, défendre nos intérêts de pays sous développés et prenons des mesures pour libérer notre pays politiquement, économiquement, monétairement et militairement de l’oppression française.

NON ! Nous disons non à la présence militaire de la France en Côte d’Ivoire.
NON ! Nous disons non au nouvel accord de défense  France-Côte d’Ivoire.

Une contribution de patriotes seniors

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE