08/08/2011 04:29:32
Dernière heure: La présidentielle d'octobre ne sera pas reportée
Selon des sources exclusives du Messager, tout porte à croire que le vœu de certains de voir le scrutin ajourné ne sera pas exaucé...
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Selon des sources exclusives du Messager, tout porte à croire que le vœu de certains de voir le scrutin ajourné ne sera pas exaucé...

Notre informateur, qui est très introduit dans les arcanes du pouvoir de Yaoundé, notamment au cabinet civil de la présidence de la République , est formel : il n’y aura pas de report de la présidentielle. Mieux, « la présidentielle se tiendra conformément aux termes de la Constitution  », assure notre source. Et s’il s’agissait simplement de rassurer l’opinion dont la frange opposée à la perspective d’un report grossit de jour en jour pour mieux surprendre son monde ? « Il s’agit du respect de la loi qui n’autorise pas le chef de l’Etat à de telles manipulations. De plus, l’argument de l’impréparation ne tient pas. Même si on la repoussait de 15 ans, il s’en trouverait toujours parmi les opposants qui ne seraient pas prêts », argumente notre interlocuteur. Or, Elecam clame qu’il est prêt.

Depuis plusieurs semaines, le débat autour de cette échéance capitale s’est cristallisé sur l’éventualité de plus en plus évoquée d’un report. Divisant jusque dans la classe politique du pays. Soutenue et réclamée par d’aucuns, cette perspective est vigoureusement combattue aujourd’hui. Le centre du pouvoir lui-même n’est pas épargné par ce débat. Dans son édition n°3400 du mardi 2 août 2011, Le Messager relayait déjà une information faisant état d’un rapport des services secrets suggérant au chef de l’Etat de repousser la présidentielle au motif de risques de troubles sociaux... Même si elle n’est pas officielle, l’info émanant du cabinet civil a le mérite de mettre les points sur les i. Mais mettra-t-elle aussi un terme au débat ? Rien n’est moins sûr.

Certaines indications laissent toutefois suggérer qu’une telle information ne serait pas dénuée de fondement. Jusqu’ici arcbouté sur ses 11 revendications, préalables à sa participation à l’élection présidentielle, le Sdf vient de réaliser une volte-face spectaculaire en mettant un peu d’eau dans son vin. A l’issue de son comité exécutif hier dimanche, le parti a finalement annoncé qu’il participera au scrutin et appelé ses militants à aller s’inscrire sur les listes électorales (voir article ci-dessous). De son côté, le Rdpc s’active dans les coulisses pour préparer l’échéance. Une source introduite au comité central soutient à cet effet que, « le congrès du parti se tiendra avant la présidentielle ». Interrogé sur la candidature de Paul Biya, notre informateur élude prudemment : « C’est le congrès qui va décider ». Tout est dit.

Frédéric BOUNGOU

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE