08/08/2011 19:03:49
Le président Jacob Zuma refuse de recevoir Michele Obama
Jacob Zuma, a traité Michelle Obama avec mépris lors de sa visite en Afrique du Sud, en envoyant son ministre des prisons pour l'accueillir à l'aéroport et a refusé même de la recevoir pendant son séjour de trois jours dans le pays.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Jacob Zuma, a traité Michelle Obama avec mépris lors de sa visite en Afrique du Sud, en envoyant son ministre des prisons pour l'accueillir à l'aéroport et a refusé même de la recevoir pendant son séjour de trois jours dans le pays.

M. Zuma était hors du pays pour la première journée du voyage de Mme Obama en solo à l'étranger à son retour le lundi soir.

Le mardi ses aides de camp ont déclaré qu'il n'était "pas disponible" pour la rencontrer.

A la place, il a envoyé son ministre des prisons Nosiviwe Mapisa-Nqakula pour l'accueillir à son arrivée à Pretoria, le lundi soir, et une de ses trois épouses, Nompumelelo Ntuli-Zuma, pour la rencontrer brièvement le mardi.

Mme Obama, ses filles Sasha et Malia et sa mère Marian Robinson, ont également été reçus par le vétéran de 92-ans, ex-président Nelson Mandela à son domicile de Johannesburg.

C'était la première rencontre de Mme Obama avec l'icône mondiale, bien que son mari Barack Obama l'ai déjà rencontré lorsqu'il était encore sénateur, lors de sa tournée africaine en 2006. Les Aides de Mme Obama ont révélé qu'une photographie prise par téléphone mobile de cette réunion est maintenant exposée dans le bureau de M. Mandela.

Lorsque Mme Obama a fait son premier voyage en solo, au Mexique, elle a été l'invité d'honneur à un dîner d'État offert par le président Calderón et son épouse.

Sa visite en Afrique du Sud vise à faire progresser son agenda international, l'engagement des jeunes ainsi que le soutien de M. Obama pour "la démocratie, le développement et les possibilités économiques en Afrique".

Mais elle coïncide avec un refroidissement dans les relations entre l'Afrique du Sud et les États-Unis. La semaine dernière, le président Jacob Zuma a émis une forte riposte à un appel lancé par Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine, a appelé les dirigeants africains pour l'aider à éliminer la Libye de Mouammar Kadhafi.

«Nous croyons fermement que la résolution (du Conseil de sécurité de l'ONU) est maltraité par un changement de régime, les assassinats politiques et de l'occupation militaire étrangère», a déclaré au parlement Mr Zuma, le jour après le discours de Mme Clinton.

En ce qui concerne madame Obama, les autorités sud-africaines ont insisté tout simplement sur l'agenda chargé de Mr Zuma très occupé. Une offre a été faite a Mme Obama d'une réunion à 9 heures le mercredi, offre qu'elle a rejetée, car elle faisait un discours à Soweto selon ses aides.

Zizi Kodwa, porte-parole de M. Zuma, a refusé de discuter des nominations du président dans les prochains jours, mais a déclaré que son journal était plein et ne pouvait pas facilement être changé.

"Même quand le président est en Afrique du Sud, il n'est pas en vacances et ne peut rencontrer qui il veut, à tout moment", a-t-il déclaré.. "
Clayson Monyela, porte-parole du Foreign Office en Afrique du Sud, a déclaré que puisque Mme Obama n'est pas un chef d'État ou ministre, il n'y avait aucune obligation pour M. Zuma pour la rencontrer.

"C'est totalement faux de suggérer cela comme un camouflet"
, a-t-il dit. «Si M. Zuma ou le Ministre des relations extérieurs étaient dans le pays ils l'auraient rencontré. Nous reconnaissons qu'il s'agit d'une visite historique et c'est la raison pour laquelle elle a été bien accueillie par les principaux ministres.»

Le Professeur Chris Landsberg, directeur de l'Université de Johannesburg département politique et conférencier invité à l'Académie diplomatique du ministère des affaires étrangères d'Afrique du Sud, a déclaré que même si ce n'est pas un camouflet, une «occasion a été manquée».

"Il n'ya aucun doute, il ya eu une certaine irritation des deux côtés sur la Libye et je me serais attendu qu'il rencontre MmE Obama, s'il était dans le pays”, a-t-il dit. «cela aurait peut-être été une chance pour Mme Obama de passer certains messages directs de son mari, de clarifier sa position et facilité des tensions."

By Aislinn Laing, Johannesburg -Telegraph

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE