11/08/2011 05:01:10
Le candidat «naturel» du Sdf sera désigné par un congrès extraordinaire
Le chairman du Social democratic front (Sdf) a réitéré son appel aux inscriptions sur les listes électorales hier en précisant que c’est l’instance suprême de son parti qui devra décider sous peu de la participation à l’élection présidentielle.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le chairman du Social democratic front (Sdf) a réitéré son appel aux inscriptions sur les listes électorales hier en précisant que c’est l’instance suprême de son parti qui devra décider sous peu de la participation à l’élection présidentielle.

La foule de journalistes et autres sympathisants du Sdf qui a investi le salon de l’hôtel Djeuga palace abritant ce 10  août 2011, la première sortie médiatique de Ni John Fru Ndi après les travaux du comité national exécutif (Nec) du « parti de la balance » tenu le week-end dernier n’a pas eu droit aux grandes déclarations. Tellement durant sa communication, le président national du Sdf a surfé sur  la résolution spéciale du Nec sur les élections, les conclusions de ses échanges avec les membres de la délégation du Commonwealth et de l’Internationale socialiste, et le mémorandum contenant les onze conditions préalables à la participation du Sdf aux prochaines élections.

Il n’y aura donc pas eu de scoop à Yaoundé hier. Sauf des rappels. Celui demandant aux Camerounais de s’inscrire massivement sur  les listes électorales d’Elecam ; celui de l’impérieuse amélioration du processus électoral ;  l’appel pressant du peuple pour une alternance démocratique au Cameroun et entre autres, la dénonciation des recrutements abusifs dans les forces armées de personnes non qualifiés ou les promesses fallacieuses de recrutement de 25. 000 jeunes dans la fonction publique. Sur les sujets de fond, le président national du Sdf n’a pas su apporter de réponses précises aux questions des journalistes. Notamment  celle  de savoir pourquoi avoir dit non à Elecam dans sa configuration actuelle et d’avoir brusquement décidé de composer avec lui sans que son visage ait changé. Ou encore, est-ce que le Sdf participera au scrutin annoncé pour en octobre prochain.

John Fru Ndi a tantôt indiqué que la décision de concourir à la prochaine présidentielle incombe au congrès extraordinaire qui devrait se tenir très prochainement. Quant à la question sur la légitimité d’Elecam, il s’est contenté de dire que les différents procès intentés contre l’organe en charge de l’organisation des élections et des référendums au Cameroun par son parti sont suffisamment évocateurs de la position définitive du Sdf sur ce sujet.  Autre question de journaliste : « n’est-il pas tard, à 20 jours du délai légal des inscriptions sur les listes électorales, pour espérer des inscriptions massives ? » La réponse du chairman est sans appel. « Les exemples du Nigéria où en 2 semaines seulement on a pu inscrire 7,5 millions de personnes montrent bien que s’il y a une volonté générale, l’on peut inscrire tous les Camerounais en âge de voter en quelques jours seulement ». De plus, d’autres cadres du parti estiment que de nombreux sympathisants du Sdf sont déjà inscrits sur les fichiers du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd). Ces derniers arguent que puisqu’il ne s’agit pas d’une refonte de listes électorales, le Sdf est dans son droit de croire que ses fans pourraient voter si jamais le chairman concourait en octobre prochain.

Focal. Fru Ndi chez le Premier ministre

De nombreux personnels de «  l’immeuble étoile » abritant les services du Premier ministre ont été intrigués de voir en chair et en os, Ni John Fru Ndi autour de 09 heures dans la salle d’attente des visiteurs du chef du gouvernement. Car, le chairman est soupçonné de se montrer disponible à intégrer un gouvernement Biya avant ou après la présidentielle. D’autres sources confirmeront que le président national du Sdf a bel et bien été reçu en audience par le maître des céans. Joints au téléphone,  le vice-président Joshua Oshi et Anembong Monju, la secrétaire nationale à la communication confirmeront que le chairman a bel et bien été reçu en audience à 09 heures hier, 09 août 2011 par le Premier ministre. Sauf que, précisent-ils, il y accompagnait la délégation de l’Internationale socialiste en mission à Yaoundé depuis trois jours à la tête de laquelle se trouve son secrétaire général, le Chilien Luis Ayala.

Les deux cadres du Sdf indiqueront que c’est en tant que hôte  de cette délégation, laquelle est faîtière des partis politiques à vocation socialiste que John Fru Ndi les a accompagnés à « l’immeuble étoile ». Au cours de ces échanges, il se serait agi exclusivement de discussions sur l’amélioration du processus électoral au Cameroun. L’on peut donc comprendre la boutade du manitou de Tarikon devant la presse lorsque, justifiant la présence des cadres de l’Internationale socialiste à la conférence de presse qu’il a donnée hier, il a indiqué que le « Sdf invite au Cameroun des gens décidés à œuvrer pour la démocratie et non ceux qui viennent donner des armes aux populations »

Rodrigue N. TONGUE

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE