25/08/2011 06:14:24
Contrôle supérieur de l'état: les bandits interpellés à Douala
Les deux qui sont tombés dans les filets des éléments de la gendarmerie trainaient un sac plein de millions de nos francs.
Nouvelle expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les deux qui sont tombés dans les filets des éléments de la gendarmerie trainaient un sac plein de millions de nos francs. Victor Fotso (aucun lien avec le milliardaire de Bandjoun) et Jean Paul Soman ont été rattrapés très tôt hier par les éléments de la gendarmerie nationale au quartier Bépanda de Douala. Dès qu’ils ont senti qu’ils étaient suivis, ils ont tenté de s’enfuir à bord d’une motocyclette. Pendant la course poursuite, ils sont blessés par leurs poursuivants et neutralisés.Depuis que des cambrioleurs ont emporté le coffre fort du contrôle supérieur de l’Etat dans la nuit de samedi à dimanche dernier, les services de sécurité de l’Etat sont en branle.

D’après des sources, un des chauffeurs du contrôle supérieur de l’Etat, un repris de justice recruté dans des conditions floues, avait donné quelques pistes. Et l’exploitation des portables a enrichi le reste. Une exploitation rapide de ce suspect a par exemple révélé que les bandits étaient une dizaine. Premier indice, le coffre fort emporté a été retrouvé  dans le département du Mbam et Kim, non loin du pont d’Ebebda. Les bandits l’avaient éventré pour emporter le précieux contenu dont le montant les aurait plutôt agréablement surpris. Des sources parlent même de plus d’un milliard de Fcfa. Sur place, ils ont abandonné des bons de carburant estimés, eux, à plusieurs millions de Fcfa.

Sac plein de liasses d’argent

Au vu des informations, les différents fins limiers des forces de l’ordre se sont déployés sur tout le territoire national. Victor Fotso et Jean Paul Soman qui vraisemblablement venaient de Douala, sont arrivés dans l’un de leur fief du « Carrefour Agip » samedi dernier, avec sur eux un sac plein de liasses d’argent qu’ils disent avoir laissé chez une connaissance, une couturière.

Celle-ci dit avoir gardé le colis sans en connaitre le contenu.Mais elle a tenu à rentrer le mettre en sécurité chez elle, lorsqu’elle a attendu que les « légitimes  propriétaires » viennent le récupérer. Ceux-ci étaient plutôt enjoués à aller jouir de quelques billets de ce pactole dans les débits de boisson avec ceux qui les ont toujours regardés comme des « vauriens » dans le quartier. Cette prodigalité subite et suspecte a dû attirer l’attention. C’est à partir de là qu’ils ont été pris en filature. Les autres complices courent toujours. Mais leur identité semble déjà connue.

David Nouwou

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE