27/08/2011 06:34:11
Cameroun. Ngaoundéré :Un pro-Kadhafi menace de se pendre
André Guyam, dénonce les interventions des occidentaux en Libye. Il a à cet effet marché le long des artères de la ville, corde bien nouée au coup et pancarte en main toute la journée d’hier menaçant de se suicider à la fin de sa marche.
La nouvelle expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

André Guyam, dénonce les interventions des occidentaux en Libye. Il a à cet effet marché le long des artères de la ville, corde bien nouée au coup et pancarte en main toute la journée d’hier menaçant de se suicider à la fin de sa marche.

C’est le carrefour du petit marché de la ville de Ngaoundéré qui a été choisi par André Guyam pour manifester son ras-le-bol contre les interventions occidentales en Libye. « L’occident et la communauté internationale saccagent l’Afrique et terrorisent les Africains. Certains intellectuels africains ont vendu leur conscience au détriment des peuples africains », pouvait-on lire sur la pancarte que brandissait cet homme âgé trentaine d’année.

Pour ces raisons, André Guyam a décidé de dénoncer à sa manière ce qu’il a appelé « le terrorisme occidental en Afrique ». Selon lui, pour contribuer à « la lutte contre l’envahissement occidental en Libye », il n’y avait pas mieux que de marcher dans la ville et « se  donner la mort par pendaison par la suite ». En sillonnant les artères de la ville, l’homme a été interpellé par la police. Celle-ci, après avoir entendu le pro-Kadhafi, l’a libéré à l’immédiat puisque ce dernier a promis de « ne pas troubler l’ordre public ».

À la question de savoir à quand son éventuelle pendaison, l’homme qui marche avec la corde déjà bien nouée à son coup, a confié que «  je vais d’abord marcher pour exprimer ma colère. Dans l’après-midi, je me rendrai à la gare voyageurs pour le faire savoir à tous les voyageurs. Par la suite je me pendrai ». Car, poursuit-il, « il vaudra mieux mourir que de supporter cette honte pour l’Afrique ».

En avril dernier, André Guyam avait été interpellé par la police à Ngaoundéré. Il faisait un sit-in au carrefour de la Sonel, contre la guerre en Côte-D’ivoire. Sur sa pancarte étaient inscrits des messages  appelant les camerounais à se soulever contre la guerre orchestrée par la France. Selon les informations reçues jusqu’à la fin de l’après-midi d’hier par le reporter de La Nouvelle Expression, André Guyam ne s’est pas donné la mort par pendaison, la police veillant au grain.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE