27/08/2011 15:53:45
Cameroun: attaque d'un navire, le commandant de bord enlevé
Un navire camerounais transportant 150 personnes a été attaqué samedi dans les eaux nigérianes par sept personnes qui ont enlevé le commandant de bord.
Au fait M
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Un navire camerounais transportant 150 personnes a été attaqué samedi dans les eaux nigérianes par sept personnes qui ont enlevé le commandant de bord.

"Le bateau camerounais nommé Monica Express a été attaqué vers O8H00 (07HOO GMT). Le commandant de bord a été enlevé", a affirmé la source jointe depuis Yaoundé, précisant qu'il n'y avait pas eu de blessés.

L'information a été confirmée par un responsable de la compagnie Corner Water Shipping compagny Ltd qui exploite le navire: "Nous confirmons l'attaque. Le commandant a été enlevé. Notre agence de Calabar (sud-est du Nigeria) est en train de négocier pour sa libération. Les passagers n'ont rien eu. Nous avons des gens dans le bateau capable de le piloter. Le voyage s'est donc poursuivi normalement et les passagers sont en sécurité".

La source présente dans le bateau avait affirmé plus tôt que le navire, parti de Limbé (sud-ouest du Cameroun) vers minuit dans la nuit de vendredi, se dirigeait vers Calabar (sud-est du Nigeria).

"Je suis à bord du bateau. Nous étions déjà en territoire nigérian précisément à Oron Bar, à 3 heures de la ville de Calabar, lorsque sept assaillants lourdement armés ont abordé notre bateau à très vive allure", avait affirmé cette source.

"En ce moment, le voyage se poursuit normalement après le départ des assaillants. Il y a 150 personnes à bord et beaucoup de marchandises", selon la même source.

"Les assaillants ont expliqué qu'ils sont venus demander au commandant de bord de payer l'impôt de sécurité mensuel. Le commandant a dit que cela avait déjà été payé à l'un de leurs chefs. Ils ont dit qu'ils l'emmenaient dans leur camp, tout en promettant de le libérer s'il s'avère après vérification que cette taxe a été effectivement payée", a-t-elle poursuivi.

"Ils ont tiré un coup de feu en l'air en disant au commandant : +voilà ce qui va se passer+ si cet argent n'a pas été versé", a-t-elle encore précisé.

"Ils nous ont demandé de leur donner volontairement de l'argent. Pratiquement tout le monde a contribué. Ils ont à leur tour donné un peu d'argent à une femme enceinte (se trouvant dans le bateau)", a également affirmé la source.

Depuis trois ans, les attaques en mer et enlèvements, souvent attribués par les autorités camerounaises à des "pirates" et concernant des cibles variées, se sont multipliés au large de la péninsule de Bakassi, région marécageuse de 1.000 km2, difficile d'accès, potentiellement riche en pétrole et gaz et frontalière du Nigeria et du Cameroun.

Certains de ces groupes demandent aux compagnies pétrolières et de transport maritime de leur verser mensuellement de l'argent qu'ils appellent taxe de sécurité ou impôt de sécurité.

Un groupe rebelle, l'Africa marine commando, avait lancé une attaque nocturne dans le secteur proche du terminal offshore Moudi au large de la péninsule en novembre 2010 et enlevé en mer à deux reprises des étrangers en mars et septembre 2010.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE