21/07/2009 12:30:05
Le Nigeria dresse la carte et répertorie les langues et cultures indigènes
APA - Lagos (Nigéria) Le président nigérian Umaru Yar'adua a déclaré que le gouvernement dresse la carte et répertorie les langues indigènes en danger et d'autres aspects des cultures de la nation afin de leur accorder l’attention qui convient.
APA (Agence de Presse Africaine)
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

«La langue est le premier patrimoine parce que c'est le premier point de tout trait ou identité culturels », a déclaré le président Yar'adua qui s’exprimait samedi à l'ouverture de la première Conférence Internationale sur l'extinction de la langue Igbo à l’Ecole normale fédérale d'Alvan Ikoku, à Owerri dans le sud-est.

M. Yar'adua, qui était représenté par le ministre nigérian du Tourisme, de la Culture et de l'Orientation nationale Alhaji Jibrin Gada, a précisé que la tentative de sauvegarder le patrimoine du Nigeria devrait être au premier rang de l'effort national.

Il a invité toutes les ethnies du pays à parler les langues au moins lorsqu’elles sont en communauté pour assurer leur conservation.

Selon le ministre, qui parlait au nom du président de la république, cette démarche est une manière de sauvegarder l'acquis culturel du Nigeria.

Il a invité chaque ethnie nigériane à s'inspirer du «Ndi Igbo» (peuple Igbo) en démontrant le besoin urgent de préserver et de sauvegarder la langue Igbo.

Un membre du comité d'organisation de la conférence, le professeur Innocent Eleazu, avait un peu plutôt déclaré qu'il était inquiétant que la langue Igbo soit l'une des langues qui disparaîtront d'ici 2025, selon les prévisions des Nations Unies.

«Ce n’est un secret pour personne que 9 sur 10 ménages Igbo dans la Diaspora ne peuvent ni lire ou écrire notre langue et 8 de ces mêmes 10 ménages ne parlent pas la langue Igbo du tout,'' a-t-il dit, amer.

Professeur Eleazu a révélé que seul environ 2% de la population mondiale Igbo peut parler la langue sans y ajouter quelques mots anglais.

L’objectif de la conférence est d'amener les dépositaires dans les Etats parlants l'Igbo à dresser un plan pour éviter l'extinction de la langue.

Ils devront entre autres créer des journaux nationaux et un site Web Igbo en langue Igbo et auront surtout besoin de l'attachement à la langue, a poursuivi l'universitaire Innocent Eleazu.

Les autres voies pour préserver la langue, ajoute-t-il, sont notamment un salaire plus élevé pour les professeurs d’Igbo dans les écoles et l'attribution aux étudiants de bourses de langue d'Igbo.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE