07/09/2011 04:34:00
Avenir du Cameroun: Des prières d'intercession pour la paix
A l’initiative du réseau national de prière citadine (Rnpc), des fidèles prient pour la paix afin d’exorciser les démons de la violence pendant la présidentielle.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

A l’initiative du réseau national de prière citadine (Rnpc), des fidèles prient pour la paix afin d’exorciser les démons de la violence pendant la présidentielle.
 
«Avant, le Cameroun était connu par le football. Aujourd’hui, le Cameroun doit être connu pour son évangile. Louez Dieu qui nous a donné la chance de le servir dans la loyauté». Ainsi s’est exprimé l’évangéliste Simon Djombi Enyawè, coordonnateur national du réseau national de prière citadine (Rnpc), samedi 3 septembre 2011. Au cours de la journée de repentance organisée à Douala, ce dernier demande aux fidèles chrétiens de toutes les obédiences, de prier pour la paix au Cameroun, avant, pendant et après la présidentielle de 2011.

En demandant aux hommes de rejeter le culte de l’idolâtrie et de l’argent, l’évangéliste Simon Djombi Enyawè prie pour le Cameroun. «Réaffirmons notre foi en Dieu et reconnaissons qu’il permet ce qui se passe actuellement dans notre nation. Repentons-nous pour toutes les fois où nous avons placé notre confiance dans l’argent, dans les institutions et des personnes, plutôt qu’en Dieu.Prions et demandons à Dieu le sens de la justice et une grande sagesse pour ceux qui sont responsables des institutions financières et des budgets du Cameroun, qu’ils honorent leurs engagements et oeuvrent pour limiter l’impact de la crise sur les plus vulnérables ».

Reprenant son souffle le temps d’une communication avec Dieu, il poursuit. «Prions pour que Dieu ouvre nos yeux afin que nous ne passions pas à côté de l’opportunité qu’offre le contexte troublé que nous traversons. Que nous fassions un grand pas : le retour à Dieu. Intercédons en faveur de Dieu, afin que la jeune génération se lève et soit saisie par la vision du Royaume de Dieu»

Afin que le Cameroun demeure un havre de paix, il est demandé aux fidèles de mobiliser les populations,      d’encourager les églises et les groupes de prière en place à localiser davantage leurs prières vers la paix et l'évangélisation de la cité, d’abattre les forteresses sataniques et les voiles des ténèbres sur la cité, en faisant ainsi du Cameroun un territoire où règne la paix et où la prédication de l'évangile ne sera pas empêchée de travailler vers l'établissement d'un réseau de pasteurs et d’anciens qui se réunissent régulièrement en accord pour prier pour le bien-être de la cité,  d’encourager et de donner des soutiens de tous genres aux intercesseurs, missionnaires volontaires et de les associer à des organismes missionnaires sincères et engagés dans le pays et ailleurs,  et de poser une fondation durable pour le réveil spirituel (retour vers Dieu) qui se manifestera en riche récolte des âmes, et d'avoir un impact radical dans tous les aspects de la vie sociopolitique et économique de la nation par une intercession et une évangélisation coordonnée et soutenue.

En attendant la fin de cette campagne de cent cinquante jours de prière pour le Cameroun, et qui va s’achever à la fin du mois de novembre 2011, force est de constater que le  réseau national de prière citadine est préoccupé par l’avenir du Cameroun.


Etame Kouoh

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE