21/07/2009 12:38:03
Yokadouma s'apprête à célébrer les autochtones
Une série de manifestations est prévue dans le chef-lieu du département de la Boumba Egoko. L’objectif étant de créer une synergie pour protéger certaines communautés.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La 15ème édition de la Journée mondiale de la protection des populations autochtones se célèbre le 9 août prochain. Au Cameroun, ce sera la deuxième fois que le ministère des Affaires sociales (Minas) va décider de se joindre à la communauté internationale pour célébrer cette journée. Alors que l’administration centrale à Yaoundé entrevoit certaines activités, ses services décentralisés à Yokadouma ont décidé de ne pas être en reste. Depuis le 19 juin 2009, des réunions préparatoires se tiennent de manière régulière. Elles regroupent entre autres les responsables de la sous-préfecture et la mairie, les centres sociaux et les organisations non gouvernementales (Ong), etc. Jusqu’au 25 juillet 2009, il est question de collecter les fonds et les contributions auprès des différents partenaires, de mettre en place la logistique nécessaire à l’organisation de l’événement. La délégation départementale du Minas et ses partenaires dans cet événement s’occupent également de la sensibilisation et de la mobilisation des membres des communautés autochtones dans les différents villages, en occurrence chez les « Bakas », plus connus sous le nom de pygmées.

Dans un contexte où cette communauté reste encore marginalisée au sein de la société, l’accent a été mis sur elle. Du 1er au 7 juillet 2009, des débats et des réflexions ont été menés sur les antennes de « Boumba Fm », la radio locale. Les principaux thèmes de cette discussion ont porté sur la protection des droits des communautés autochtones qui sont par ailleurs minoritaires. Cela a donné l’occasion aux différentes Ong et structures qui oeuvrent dans la protection de ces droits, de condamner les entraves. Le délégué départemental du Minas à Yokadouma s’est plaint de la difficulté d’accès à la citoyenneté des populations Bakas. « L’accès à la citoyenneté des populations Bakas et la scolarisation des enfants Baka est une calamité », explique en substance Emmanuel Aveka, même s’il estime que certaines choses sont en train d’être faites pour remédier à la situation. Il parle notamment d’un programme qui sera bientôt mis en place avec le concours de l’Ong Plan Cameroun pour une vaste campagne d’enregistrement d’enfants Bakas à la naissance. Pour les autorités, c’est une aubaine que leur offre cette Ong dans la mesure où elle vient les soutenir dans leur travail. Une tâche, explique t-on, rendue difficile à cause du manque de moyens de transport adéquat dans une zone où les routes sont pour la plupart du temps impraticables.

Alain NOAH AWANA à Yokadouma

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE